Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 07:00

Deuxième jeudi en poésie sous le signe du féminin en cette semaine de la journée de la femme, sous la conduite éclairée de Lilie pour le défi n°50 des CROQUEURS DE MOTS

fleur-duvet.JPG

 

L'offrande à la nature

 

Nature au coeur profond sur qui les cieux reposent,

Nul n'aura comme moi si chaudement aimé

La lumière des jours et la douceur des choses,

L'eau luisante et la terre où la vie a germé.

 

La forêt, les étangs et les plaines fécondes

Ont touché mes yeux que les regards humains,

Je me suis appuyée à la beauté du monde

Et j'ai tenu l'odeur des saisons dans mes mains.

 

J'ai porté vos soleils ainsi qu'une couronne

Sur mon front plein d'orgueil et de simplicité,

Mes jeux ont égalé les travaux de l'automne

Et j'ai pleuré d'amour aux bras de vos étés.

 

Je suis venue à vous sans peur et sans prudence

Vous donnant ma raison pour le bien et le mal,

Ayant pour toute joie et toute connaissance

Votre âme impétueuse aux ruses d'animal.

 

Comme une fleur ouverte où logent des abeilles

Ma vie a répandu des parfums et des chants,

Et mon coeur matineux est comme une corbeille

Qui vous offre du lierre et des rameaux penchants.

 

Soumise ainsi que l'onde où l'arbre se reflète,

J'ai connu les désirs qui brûlent dans vos soirs

Et qui font naître au coeur des hommes et des bêtes

La belle impatience et le divin vouloir.

 

Je vous tiens toute vive entre mes bras, Nature.

Ah ! faut-il que mes yeux s'emplissent d'ombre un jour,

Et que j'aille au pays sans vent et sans verdure

Que ne visitent pas la lumière et l'amour ...

 

Anna de Noailles, 1876 - 1933, Le coeur innombrable, 

L'offrande à la nature, Le coeur innombrable, 1901*

 

voir aussi l'article wikipedia, Anna de Noailles

* Sarah Bernhardt l'a récité en 1901

Partager cet article
Repost0

commentaires

R


beau poème superbement illustré


bisous



Répondre
J


la photo est un petit cadeau récent de Dame nature au cours de mes promenades récentes
Bises 



T


Bonsoir Jeanne,


je te souhaite un bon week-end, bisous, à +++



Répondre
J


ben voilà. Une semaine encore de passée. Passe un nouveau beau week end aussi



C


Une pure merveille Jeanne, j'aime infinimment la plume d'Anna de Noailles et dernièrement j'ai posté un de ses poèmes sur mon blog expo, un de ceux que je relis de temps à autre quand mon coeur
me le réclame. Sans doute le connais tu la douleur d'avoir attendu, dont je mets un bout du début.


...Le temps n’a pas toujours une égale valeur,
Tu cours et je suis immobile,
Je t’attends ; cela met quelque chose en mon cœur
De frénétique et de débile...


Et revoilà les problèmes de connexion, juste avant que je ne termine.


bon vendredi et à la semaine prochaine pour la cour de récré si je suis à l'heure.

Caroline




Répondre
J


J'aime les poèmes d'Anna de Noailles pour leur musique, leur sensibilité qui lie l'individuel à l'univers, mais sans grandiloquence. Le temps n'a pas toujours égale valeur, oui c'est vrai, il y a
des instants que l'on voudrait prolonger et d'autres où tout semble figé et indépassable.
Frénétique et débile ... de adjectifs d'une cruelle actualité 



L


Quelle exhaltation, quelle passion de la vie  dans ces mots ! "tenir l'odeur des saisons dans mes mains"... Je ne le connaissais pas. Il fait écho à celui que j'ai choisi...



Répondre
J


n'ayant pas eu de connection Internet de tout le we et ayant encore eu des ratés cette semaine, je cours après le temps et je n'ai pas encore eu le temps de lire tous les poèmes de la semaine
dernière. J'aime bien prendre mon temps pour ces relectures ou ces découvertes. Sans le jeudi en poésie, j'en lirais moins c'est sûr !



M


il faudrait, en maternelle, ouvrir les enfants à la nature, à sa beauté, à son mystère, à ce qu'elle donne!


Beau choix!



Répondre
J


je crois que beaucoup le sont et ça marche, mais cela ne suffit pas c'est après que cela se gâte.



P


j'aime beaucoup ce poème d'Anna de Noailles ! il conjugue les sentiments et la nature !! merci jeanne pour ton choix, c'est un plaisir de le relire ici



Répondre
J


A chaque lecture, j'y découvre autre chose ...



M


Bonsoir Jeanne, un très beau poème qui parle à mon coeur! Nous avons à Hyères la Villa de Noaille, chef d'oeuvre d'architecture moderne (que je n'aime guère, mais chef d'oeuvre tout de même) Elle
y reçut de nombreux artistes dont Bunuel et Cocteau. J'écrirai un petit billet là-dessus un de ces jours. Merci pour cet agréable partage. Bonne soirée!



Répondre
J


Oh je me souviens, l'unique fois où je suis aller voir cette belle ville, je suis allée la voir. Ce serait bien de la montrer en effet 



T


Bonsoir Jeanne,


belle poésie, merci du partage.


Bises, à bientôt



Répondre
J


je la connais peu. Juste à travers des anthologies qui l'évoquent comme celle de Seghers.
Bises et belle fin de semaine 



C


Chez cette poétesse à la sensibilité exacerbée, une approche de la nature qui la fait soeur de Colette.



Répondre
J


C'est vrai, je n'aurais pas pensé à les comparer mais tu as raison ...



A


Je me promène de blog en blog au gré de vos beaux poèmes, très bon choix aussi.


Amicalement


Pierre



Répondre
J


le jeudi en poésie me donne aussi l'occasion de lire des poèmes, ce que je ferais sans doute moins autrement. et je peste contre les coupures d'Internet quand elles me privent de ces
distractions.
Merci de ton passage. Belle fin de semaine 



P


très ,très joli poème. Merci.... belle journée



Répondre
J


le jeudi, occasion de lire des poèmes ...


belle fin de semaine



E


Beau poème d'Anna de Noaille... C'est plaisant de revisiter tout ça!!! Merci



Répondre
J


ces jeudis en poésie me sont l'occasion de relire ou de découvrir des poèmes. Sans eux, j'avoue que je lirais moins de poésie et ce serait bien dommage



M


Je l'aime beaucoup (je l'ai connue grâce à Marcel Proust, son grand ami). Toujours beaucoup de plaisir à la lire...



Répondre
J


On ne parle beaucoup, de Proust cette année et pour cause. Personnellement, c'est un auteur que je n'ai jamais été capable de lire au-delà des cinquante premières pages. Peut-être en partie parce
que j'ai souffert sur des traductions en allemand que j'étais incapable de réussir ! mais pas seulement. J'en aprécie de courtes lectures orales et j'avoue aussi que certaines analyses me
conduisent à réviser mon jugement sur cet auteur où je m'arrêtais surtout à ses plaintes que je jugeais superficielles de bourgeois gâté.



M


Merci d'avoir choisi ce beau poème qui récité par Sarah Bernhardt a dû prendre une autre dimension !


Superbe ta photo.






Répondre
J


Je ne sais pas en fait. La façon de déclamer de ces époques étaient bien différente de notre diction moderne. Il parait qu'il existe des enregistrements (sur cylindres ou sur disques 90 à 100
tours)
Belle fin de semaine 



J


Dommage que tout finisse un jour.... C'est un très beau poème Jeanne...  Bon jeudi poésie à toi.... Bises



Répondre
J


Bien vu cet aspect du poème de Anna de Noailles. Tout finit un jour mais la fin est plus ou moins douce et je pense en ce moment aux survivants du Japon ou de Haïti ou d'Afrique.



J


Merci pour ce très bel ensemble


 Bonne journée



Répondre
J


Celui qui a su tirer un si beau parti de la verrière du musée d'Orsay a réalisé une bien belle photo de cette sculpture qui en dit long sur l'état d'esprit de camille claudel.



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères