Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 août 2011 2 30 /08 /août /2011 12:45

D'accord, cela fait un petit moment que j'ai laissé mon fuyard en carafe après avoir traversé la Rhône entre deux patrouilles au milieu de la guerre 1939-45.

 

Il me reste une lettre à vous faire deviner dans ce petit texte sans fin, car ces errances n'ont pas encore trouvé de solution(s)

 

Début

épisode précédent

 

Il grelottait maintenant et ne pouvait rien arrêter de la fontaine qui coulait en flot le long du nez. Il pleurait comme un bébé qui vient de connaître une grande frayeur, ce qui était la réalité.

 

Le calme revint doucement pendant que la camionnette avalait la route.

 

Une autre rive était déjà devant eux. Le trajet lui avait paru étrangement bref. Il faut dire qu'il avait enfin dormi une bonne partie du chemin au milieu de l'odeur d'ail et de thym. Le conducteur avait une grande habitude de la patrouille. Bien entendu, la menace de la fouille planait à chaque contrôle et l'équipe ne parlait guère, abritée derrière la croix rouge du véhicule.

 

On mena le petit groupe à l'abbaye de Hautecombe par le lac. La nuit était encore noire. Une grande journée de calme avant la dernière difficuté : franchir la frontière et gagner ce havre neutre où Maria le retrouverait.

 

La fin de leur errance dépendrait d'elle qui l'encouragerait à partir encore pour ce Moyen-Orient qu'on leur promettait comme un nouvel eldorado, ou voudrait revenir en cette région chère à leur amour, quand cette patrie d'adoption redeviendrait terre d'accueil.

 

Pour l'heure, il n'avait qu'à faire confiance à leur guide pour gagner la nouvelle bergerie.

 

Maria, qui n'avait que le handicap d'être catalane, avait pu voyager par le train, et elle était là avant lui pour l'accueillir. Inutile de décrire la joie débordante de leur réunion.

 

Maintenant que le ciel redevenait bleu, il leur faudrait regarder en direction d'un avenir à bâtir ...

 

Fin

 

Lettres omises dans les épisodes précédents : e t  a p r e                

 La dernière lettre manquante dans ce texte est ?

sommet-nuages.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q


C'était le s que tous ont trouvé.


Je l'ai cherché dans ton texte après avoir lu "et après"... C'est une excellente idée.


Ta contrainte avait donc plus que de la fantaisie, il fallait que tu arrives à supprimer une à une les lettres de cette expression...


 


Et après ? Tu vas écrire d'autres histoires ?



Répondre
J


et après ... une expression qui peut s'appliquer à beaucoup de situations. D'autres histoires, sans doute, j'en gribouille depuis l'enfance mais finalement je réagis aux thèmes des communautés.


En l'occurrence, cette contrainte me vient d'une autre idée et par conséquent d'une autre intention.



L


Bonjour Jeanne. Ah, je n'appelle pas cela du boulot ! Heureusement ! Bon courage et belle journée à toi, bises.






Répondre
J


C'est pour cela que j'ai ou du moins que j'ai eu l'intention de le mettre entre guillemets. Il faudrait un mot pour qualifier le fait de produire (encore un vilain mot) quand c'est un plaisir.


Bises et douce nuit



L


Bonsoir Jeanne. Non, ta réponse ne sera pas zappée ! Je l'ai lue, comme je tâche de lire toutes les réponses qui sont faites à mes commentaires, même avec du retard (et j'en ai en ce moment !).
Les textes longs ne me dérangent pas du tout, mon seul problème c'est le nombre de textes et de pages, je n'y arrive plus, j'ai perdu ma vivacité ! Mais peut-être reviendra-t-elle, cette vivacité
à lire le net ! On ne sait jamais ...


 


Je reconnais que "et après nous le déluge" pris dans son sens strict convenait peu à tes héros, c'est juste que je n'avais pas trouvé d'autre expression commençant par "et après" ! Ta bronchite
ne t'a pas empêchée d'avoir les idées claires, de l'imagination et de l'astuce, bravo ! J'espère que tu te portes beaucoup mieux, je t'embrasse.



Répondre
J


et voilà que je te donnes du boulot supplémentaire sous forme de pianotage !


Je vais bien mieux, heureusement, car ce n'était pas top, mais tout n'est pas encore redevenu normal et j'aimerais bien pourtant.


Bises



C


Je passe vite te faire un coucou et te souhaiter une belle journée Jeanne.


Je repasse plus tard lire tranquillement


bisous



Répondre
J


Christiane tu avais une bonne raison de me faire aller sur ton blog et j'invite mes lecteurs de commentaires à en faire autant.


Bises



J


Bonjour Jeanne, souhaitons-leur plein de bonheur mérité !  Le S je n'en ai poin trouvé, bel exploi !  Bizzzzzzzzzzzzz jill



Répondre
J


Bravo Jill et oui souhaitons leur un répit et le bonheur !


bises



M


heu.. je ne sais pas, j'ai été prise par la beauté du texte..
Bonne journée,


bisous



Répondre
J


C'est le plus beau compliment que tu puisses me faire ...


Bises et belle fin de journée



F

C'est le S ? j'arrive enfin à ouvrir les blogs mais pour les coms, je suis obligée d'ouvrir un onglet spécial. Le principal est qu'ils soient réunis! Bisous


Répondre
J


Gagné ! et l'expression est Et après ...


Bises



M


Le S a dû aller voir ailleurs ! je ne l'ai pas trouvé !! c'est peut être pour ça que ton histoire se termine bien !!!


Bonne soirée - bisous






Répondre
J


Oui, provisoirement, et après ... leur avenir se fera hors consignes littéraires et hors blog.


Bises



L


Coucou Jeanne ! Je pense que la lettre manquante est le s ! Et si tu t'arrêtes là, c'est déjà pas mal ! Et après ? Et après, on espère qu'ils pourront enfin souffler, trouver une paix même
relative ... Qu'ils n'auront plus à subir de déluge de feu, ni de déluge tout court. Car moi je pensais à : et après nous le déluge ! J'avais tort, ils ne sont pas du genre à se dire cela, ou
alors pas longtemps ! Les épreuves en auront fait des durs à cuire ! Pardon, j'extrapole mais je te redis un grand bravo pour ton défi des défis ! Merci beaucoup, bises.



Répondre
J


Ton choix n'était pas mal du tout, surtout quand tu l'illustres dans ton com.


Mais j'avoue que je commençais à saturer sur l'exercice, plus que sur le contenu que je pourrais prolonger bien entendu, mais pour aller où ? Le sujet, loin de nous, ne porte guère à polémiques,
la suite de l'Histoire, telle qu'elle s'écrit en ce moment, est beaucoup plus difficile à romancer et d'autres l'ont fait bien mieux que moi.


Par ailleurs, l'expression "après nous le déluge" me fait penser à des gens qui se préoccupent uniquement de leur petite sphère et le déluge peut bien se déclencher sur les autres. Je fais
peut-être une erreur d'interprétation. Mais si cellec-i est bonne, et même si mon récit ne le montre pas, mes héros ne se préoccupent pas seulement de leur propre personne.  J'ai été tenté
de faire hésiter Josua entre rejoindre la Suisse et rallier les maquisards du plateau des Glières mais ma bronchite m'a trop affaibli pour que je cogite la chose et les consignes sans lettre me
contraignaient trop dans mon expression ... Et puis surtout, je sais trop que lire sur Internet n'est pas aussi confortable et que les textes trop longs sont zappés.


D'ailleurs, c'est peut-être ce qui va advenir de cette réponse. Je ne t'en voudrai pas;


Bises et belle fin de journée.



P


L'X ,il me semble... belle soirée avec bises



Répondre
J


Peutêtre n'y a-t-il pas de x mais il manque ici une lettre plus fréquente dans la langue française.


Bises du soir



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères