Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juillet 2014 4 24 /07 /juillet /2014 05:00

 

M'amzelle Jeanne à la barre du défi n°128 des CROQUEURS DE MOTS laisse aux moussaillons amateurs de poèmes le libre choix du thème. Et comme le thème général du défi semble être les sentiments, voici ce que Vercors écrit de la passion en un petit paragraphe de sa nouvelle La marche à l'étoile.

Oui, je sais, c'est de la prose. Mais dans cette nouvelle remarquablement écrite, le héros, Thomas, poétise sa vie au moins autant qu'il ne la vit et la projette dans l'avenir, du moins au début.

 

Telle est la force de la passion, - telle en est la limite aussi et c'est pourquoi je ne l'aime pas. La passion est une terrible destructrice. Elle détruit dans la tête de qui la loge tout ce qui n'est pas son idée fixe. Elle fait une effroyable consommation d'impulsions et de concepts dont elle nourrit son insatiable cancer. Et quand, par fortune bonne ou mauvaise, elle vient à disparaître (comblée ou consumée), elle laisse dans la maison de qui l'a nourrie une vacance dévastée, et son hôte privé de désirs, - hormis la soif de devenir esclave de nouveau.

Vercors1, La marche à l'étoile, 1943,

p139 dans l'édition de 2013 du livre de poche du silence de la mer et autres nouvelles suivi de La marche à l'étoile

 

1.- Vercors (Jean Bruller), écrivain et illustrateur français, 1902 - 1991

 

Vos participations sont à signaler en commentaire de l'article du blog des Croqueurs de mots

où vous retrouverez aussi les autres participations

 

marche-etoile-1.jpg

(image trouvée ICI)

 

bonus : Une passion "très contrôlée" de la musique (pardonnez-moi cet oxymore) (La Roque d'Anthéron/France Inter, jeudi 24/07/2014, 7h23)

 

Et sur un autre sentiment qu'est l'amitié :

Les amis de La Fontaine ; Parole de Socrate, de Jean de La Fontaine

 

 

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M
ah moi qui suis passionnée , ou l'ai été tant d e fois, le suis je encore, je ne sais?il m'aurait semblé mourir si ma vie avait été une recherche de platitude continue, qu'on peu appeler équilibre
si on veut mais que j'ai toujours senti si proche d e l'ennui, lui même si proche d e la mort,...qu'en reste t il maintenant?feu de paille oui , mais avant d e détruire peut être toute illusion,
comme elle m'en aura fait voir, des cieux abyssaux....je ne regrette pas avoir cru en ces choses en ces gens même si je me suis trompée...il y a en moi grâce à la passion ou à ses cendres malgré
tout cette part indomptable et inimitable qui me fait tenir et croire en moi.
Répondre
J


Entre la passion aveugle et destructrice et la platitude, il y a de la marge. 


et peut-être quelque chose de la passion sans son côté négatif qui est l'enthousiasme


bises et belle journée



Q
Je trouve ce texte très beau...
Merci, Jeanne.
Répondre
J


Tout la nouvelle est magnifique. Je ne la connaissais pas. Le livre emprunté à la bibliothèque pour relire Le silence de la mer ne la comprenait pas et sans doute celui dans lequel je l'avais lu
en 1962. (Je me souviens de la date car c'était en sixième après la noël)



F
Des mots très forts comme ...la passion ! Bises
Répondre
J


Absolument !


bises et beau dimanche fanfan



J
Jeanne, dis-moi si mon commentaire est passé?
Répondre
J


oui ton commentaire était bien arrivé et par contre ma réponse n'est pas passée. 


Je modère les commentaires car je n'ai pas l'oeil rivé sur l'ordinateur en continu. 


Bises



J
Jeanne, et si la passion n'était pas destructrice?
si la passion rendait stratège.
Le passionné a souvent plusieurs cordes à son arc.
Quand une passion disparaît parce que comblée ou assouvie, sa disparition va permettre la naissance d'une nouvelle.
Le passionné n'a pas de repos.
L'enthousiasme le poursuit et l'exaltation le pousse et le tire; il avance ainsi le passionné...il sait qu'il arrivera quelque part. Dans "le silence de la mer" ou "vers l'étoile" ou "en équilibre
sur l'horizon"...
Répondre
J


ta réflexion est intéressante et je crois que c'est le cas de la personne qui est interviewée dans le lien que j'ai mis en pied d'article. Mais au sens premier de ce mot, c'est la perte totale de
contrôle qui qualifie "la passion" et si l'on admet ce que tu évoques alors je nuancerais en disant que peut-être toutes les passions ne sont pas destructrices.


belle journée



H
Bonjour Jeanne,

J'avais lu ce livre aussitôt après la guerre. C'es une lecture magnifique.
Bises bien amicales.

Henri.
Répondre
J


je l'avais lu il y a longtemps et je viens de le relire avec grand intérêt.


bises et belle journée



E
"Quelle importance pourrions-nous attacher aux choses de ce monde ? L'amitié ? Elle disparaît quand celui qui est aimé tombe dans le malheur, ou quand celui qui aime devient puissant. L'amour ? Il
est trompé, fugitif ou coupable. La renommée ? Vous la partagez avec la médiocrité ou le crime. La fortune ? Pourrait-on compter comme un bien cette frivolité ? Restent ces jours, dits heureux, qui
coulent ignorés dans l'obscurité des soins domestiques, et qui ne laissent à l'homme ni l'envie de perdre ni de recommencer la vie."
Châteaubriand
Répondre
J


Il en savait quelque chose, Chateaubriand. Mais il parait aussi qu'il n'était pas facile à vivre.


Trop exclusivement proche de sa soeur peut-être ?


Je pense que c'est quand une peine ou un malheur nous atteint que l'on compte ses vrais amis


merci de m'avoir fait découvrir ce texte emma



J
C'est vrai que la grande passion est un feu... merci pour cette découverte Jeanne... bon jeudi/poésie, bises, jill
Répondre
J


oui Jill un feu qui souvent détruit. Même s'il crée aussi quand il s'agit d'artistes ou de savants


et je n'évoque pas la passion amoureuse ...



M
La passion : la meilleure des choses quand elle nait et vit et la pire des choses car fragile elle meurt et laisse place à l'absence (mon sentiment choisi pour ces jeudis en poésie)
Répondre
J


je crois qu'on a tendance à utiliser ce mot de passion dans un sens quelque peu atténué maintenant où on use et abuse des superlatifs. Je crois que la passion, au sens fort du terme de sentiment
qui vous fait perdre tout contrôle et toute raison ... conduit aux pires déréglements et quand la passion s'empare des foules, alors là ...



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères