Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2011 6 21 /05 /mai /2011 07:00

 

Ce billet était le plus ancien de la catagorie Les mots fruits de l'arbre à mots, initiés par Quichottine et repris par ff qui a dû ensuite laissé l'animation de ce joyeux thème à une autre blogueuse.

 

Non, non, non, ff, le bécédémo poussé sur l'Arbre à mots la quinzaine passée ne me faisait pas rire du tout vendredi dernier !

 

Le dernier mot poussé sur l'Arbre à mots, lambinatoire, voilà qu'il a pris forme et a avalé ma petite auto pendant ... des minutes qui ont formé une heure ... au moins !

 

J'étais partie de bonne heure. Histoire de ne pas stresser sur la route, de pouvoir éventuellement faire une pause, peut-être photographier des coquelicots au bord des champs ...

 

Le temps s'écoulait et la radio ronronnait en écho au moteur de ma brave auto.

 

Des mots toujours des mots, ... dans ma petite radio. Rien ne signalait l'approche de l'étrange lambinatoire.

 

J'aurais dû me mettre à penser quand un gros cube en sens inverse a fait des appels de phare. J'aurais dû me transformer en mouton lorsque des voitures immatriculées indigènes ont pris la première route à droite.

 

Quand ma petite auto s'est rapprochée du lambinatoire pour en être l'un des wagons, suivi et encadré de camions et d'autos, il était déjà trop tard. Ce n'était pas seulement un mot le lambinatoire. Dans le rétro, le gros cube ne lambinait pas, malgré mes warnings actionnés en toute hâte.

 

Ca aurait pu se terminer en accordinatoire ! Heureusement qu'il s'est enfin mis à ralentir. Le routier avait peut-être un cerveau lent. Ou bien savait-il qu'on aurait le temps. Le temps de se dépasser en lambinant, à tour de rôle selon l'avancement de l'une ou l'autre file ...

 

Evidemment, je n'ai pas immortalisé l'événement. Non seulement l'animal mécanique avançait avec la lenteur d'une tortue qui aurait oublié de déserrer le frein à main, mais en plus, quand il s'arrêtait, fréquemment, il repartait pour quelques mètres sans crier gare. Et mon appareil photo était dans le coffre. J'y ai pensé à laisser mon volant ...

 

Si je vous assure. Plusieurs fois. Après la énième pause où j'aurais eu mille fois le temps de sortir la petite boite de son sommeil. Mais alors, pas le temps de passer à l'action. La chenille multicolore s'ébrouait avant que j'ai débouclé ma ceinture ...

 

Le temps s'égrenait. La radio ronronnait toujours ... et je n'osais pas imaginer comment l'on occupait le temps en m'attendant, de l'autre côté du voyage.

 

* Celles et ceux qui sont coutumiers de cette traversée lambinatoire auront deviné ce que j'évoque. J'ai eu tout le loisir pour lire la dizaine de pancartes qui s'égrennent le long de la nationale (pardon, on les a déclassées) réclamant la déviation du bourg de toute urgence.

bouchon - reduc1

cliché pris lors d'un autre bouchon mémorable, en un autre lieu, un jour où j'avais mon apn sous la main.

et d'autre photos de bouchons trouvées sur le net :

embouteillage.jpg phpThumb_generated_thumbnailjpg.jpg

Partager cet article
Repost0

commentaires

P


Serpent de mer, usine à gaz que j'ai la chance de ne pas connaître, une belle occasion de donner un sens concret à ce lambinatoire. bon courage.



Répondre
J


Ah si on pouvait ralentir la marche de cette frénétique actualité !



A


Le bouchon lambinatoire, quelle galère.........



Répondre
J


quand on se fait piéger par cet animal, il n'y a aucune échapatoire !



M


A les embouteillages au approche des grandes villes..A la queue sans avancer d'un mètre , les boules ..Bonne semaine.



Répondre
J


Là, ce n'est pas une grande ville, juste un bourg qui s'étire le long de la nationale 12 et qui voudrait bien une déviation depuis des dizaines d'années !



F


houlala!!! quel embouteillage c'est l'horreur ça  évidemment on est forcé à être lambinatoires!



Répondre
J


Dans les files, il y avait les habitués qui semblaient résignés. Mais que de gâchis dans ces heures oisives à brûler du carburant, polluer la vie et rien d'autre. Il y avait un grand nombre de
camions ...



C


Je passais te souhaiter un bon dimanche Jeanne et voilà que je tombe sur ton lambinatoire, à la queue leu leu, c'est un vrai cauchemard d'être coincé dans ce genre de bouchons.


Je te souhaite une bonne journée


CaroLINE



Répondre
J


quand on se trouve coincé ainsi, aucune échapatoire ...



L





Merci pour ton passage dans mon champ de coquelicots, et bon dimanche !



Répondre
J


oh quelle belle coiffure coquelicot !



E


tout simplement super ! je reviens d'un court séjour à Paris ...et j'ai vu , je témoigne que tu as tout à fait
raison !


bises et bon dimanche



Répondre
J


il y a des moments et des lieux où le temps semble s'arrêter



M


bisous dînatoires!! lol


douce fin de journée à toi


et bon soleil



Répondre
J


hihihi en plus c'est vrai l'estomac s'inquiétait pour l'heure du dîner 



D


 Excellent... vraiment lambinatoire! Quels bouchons!!


Bon samedi Jeanne.


 



Répondre
J


où l'on a le temps de méditer ...



Q


Il y a des moments, c'est vrai, où l'on se fait très peur...


 


Ouf, tu t'en es sortie !


 


Passe une belle journée, Jeanne. Bisous.



Répondre
J


C'est surtout la lenteur de la traversée et ce qui m'attendait au bout du voyage qui m'inquiétait au fur et à mesure que la pendule avançait



P


Ce n'est plus un plaisir de se mettre au volant...on devrait être payer pour le faire....


 


belle journée... remarques que je préférerai ce mot la: lambinatoire que déambulatoire.... c'est plus poétique et moins pénible à dire pour ceux qui l'utilseraient... " je vais me  promener
lentement, en regardant ici ou là, avec mon lambinatoire".... avoues que ce terme à plus de gueule....


 


 


Bises



Répondre
J


Mais c'est une excellente idée que tu as là !


Bises et belle fin de semaine



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères