Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2010 4 27 /05 /mai /2010 05:00

~ Billet 445 ~

 

Pour accompagner le dernier prénom du mercredi de la saison, voici, pour le Jeudi en poésie des Croqueurs de mots, un nouvel extrait de mon anthologie de poèmes constituées à l'adolescence.

 

LecontedeLislejaguar.jpg

 

Le rêve du jaguar

 

Sous les noirs acajous, les lianes en fleur,

Dans l'air lourd, immobile et saturé de mouches,

Pendent et s'enroulant en bas parmi les souches,

Bercent le perroquet splendide et querelleur,

L'araignée au dos jaune et les singes farouches.

C'est là que le tueur de boeufs et de chevaux,

Le long des vieux troncs morts à l'écorce moussue,

Sinistre et fatigué, revient à pas égaux.

Il va, frottant ses reins musculeux qu'il bossue ;

Et, du mufle béant par la soif alourdi,

Un soufle rauque et bref, d'une brusque secousse,

Trouble les grands lézards, chauds des feux de midi,

Dont la fuite étincelle à travers l'herbe rousse.

En un creux du bois sombre interdit de soeil

Il s'affaisse, allongé sur quelque roche plate ;

D'un large coup de langue il se lustre la patte ;

Il cligne ses yeux d'or hébétés de sommeil ;

Et, dans l'illusion de ses forces inertes,

Faisant mouvoir sa queue et frissonner ses flancs

Il rêve qu'au milieu des plantations vertes vertes,

Il enfonce d'un bond ses ongles ruisselants

Dans la chair des taureaux effarés et beuglants.

 

Leconte de Lisle, 1818 - 1894

Poèmes barbares,1ère édition Poulet-Malassis, 1862

 

Ce poème est plus court que La panthère noire, et tiré du  même recueil.

 

Dernière minute delundi 31 mai, la lettre t, subtilisée par un lutin facétieux, et dont l'absence m'a été signalée par Quichottine, a retrouvé sa place après son escapade. Je me demande bien ce qu'il a fait pendant tous ces jours !

Partager cet article
Repost0

commentaires

P


invitation au ronron rugissant !!! le frémissement des flancs image du félin tellement bien observée !! je ronronne de plaisir , il fait chaud que demander Jeanne de plus ce soir !! bonne nuit !!




Répondre
J


Je ne sais pas si Leconte de Lisle imaginait ou s'il a voyagé dans ces pays ... on s'y croirais



F


un rêve  terrifiant mais pas plus que le mien, je préferai la prochaine fois rêver à des animaux



Répondre
J


oh ton rêve est terrible et heureusement que l'on se réveille de ces cauchemars



A


L'ambiance "feutrée-féline", nous réserve un final acéré, un très joli poème. bonne journée



Répondre
J


La souplesse et la cruauté dans toute sa crudité !



E


certains poèmes nous ramènent vers la jeunesse et quand on relit au hasard des blogs c'est comme des parfums qu'on ressent, des images un peu flou qui reviennent...j'aime ces moments..ces
souvenirs et les sensations que ça génere


bises



Répondre
J


Je ne sais si telle était l'intention de Brunô quand il a lancé ces jeudi en poésie, peut-être pensait-il plus nous permettre de rééditer nos propres vers, mais cette promenade hebdomadaire dans
ces textes est toujours intéressante, que ce soit une découverte ou une retrouvaille familière
bises



A


C'est très beau, on a beaucoup à apprendre dans les poésies des grands poètes.


Je vois que dans ton cahier tu faisais de belles illustrations .. je n'ai plus mes cahiers de poésie de mon enfance et adolescence .. dommage !



Répondre
J


J'ai réussi à préserver celui-ci que j'avais constitué de moi-même comme d'autres tiennent à cet âge-là un journal intime. J'ai hélas perdu bien d'autres choses dans mes divers déménagements et
autres accidents de la vie



Q


Le poème est superbe.


Il manque un "t" à la sixième ligne, je pense. Un lutin malicieux te l'a sans doute volé au passage.


 


Bonne journée, Jeanne. Bisous.



Répondre
J


merci, je n'avais pas vu. J'en ai profité pour rebondir dans un autre billet ... pas aussi souplement que le jaguar ...
Bises



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères