Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 04:45

~ Billet 392 ~

 

Chic, je reviens de chez Bigornette avec la nouvelle de prolongations de printemps pour le prénom du mercredi, à la Récréa-Bigornette.

Ce dernier mercredi de mars, c'est Mlle Pernelle qui est à l'honneur.

Je ne sais pas pour vous, mais ce prénom m'a fait immédiatement penser aux layettes de ma jeunesse. Il faut dire que du côté de mes frères et soeurs, tous plus âgés, les familles s'agrandissaient à tour de rôle et je m'appliquais à tricoter des chaussons et des brassières ...

Heureusement que je n'avais pas attendu les leçons de notre prof d'allemand, qui nous apprenait l'allemand correctement en dépit d'un manuel où des elfes, des fées et autres génies imaginaires étaient fort peu utiles pour la vie quotidiennes.

Quel rapport avec la layette, me direz-vous. Comme il était habituel dans les nouveaux collèges d'enseignement général (CEG) et plus encore dans les Cours Complémentaires dont ils étaient les mutants, chaque enseignant héritait d'une deuxième voire d'une troisième matière à enseigner, entre le dessin, la musique, la gymnastique, (on ne disait pas encore Education physique et sportive, EPS) et les travaux manuels ( arts ménagers et puériculture pour les filles, jardinage et menuiserie, plomberie, ferronnerie ... tout ce qui peut utile dans une maison, etc pour les garçons). 

Et pas question de faire l'impasse, ainsi associée à une matière d'importance !

Quand l'enseignant avait du goût, voire des connaissances, il prenait en charge l'une de ces matières subalternes, le plus souvent avec sérieux, mais là, notre brave germanophone avait hérité de la couture sans aptitude particulière et c'est la monitrice d'enseignement ménager qui la briffait avant nos leçons ...

 

Ce qui a donné la mise en oeuvre d'une brassière qui avait ... quatre manches.

 

nous étions toutes sorties noblement de cette délicieuse mésaventure, sans méchanceté de la part des filles, sans déshonneur de la part de cette dame qui avait joué la transparence et avait en outre décomplexé les pas douées en travaux manuels. Si, si, il y en avait.

 

C'est à la même époque qu'en musardant sur un chemin de Bretagne. En vacances ! Pas chauvine, la normande que j'étais ne dédaignait pas cette jolie région. Il faut dire que j'avais une cousine par alliance adorable. Cet été-là, j'appréciais moins la grande plage plein nord balayée par les vents que les petites promenades buccoliques.

 

Pernelle était là, sur le tallus pentu, surveillant anxieusement la longueur de son poil soyeux. C'est qu'elle avait envie de fournir cette belle et douce et chaude matière qui lui assurerait l'espoir de longues années à paître plutôt que de finir bientôt sur la table d'un banquet.

 

 chevrette

J'imagine pour Bigornette que la fermière l'avait baptisé Pernelle, voyant ce qu'elle pourrait tirer de son insolite toison en plus du lait dont elle faisait de savoureux fromages. Et sur ces chemins bien fréquentés, elle ne craignait pas d'aussi mauvaises rencontres que la petite chèvre de Monsieur Seguin. Quelle sotte aussi, cette effrontée qui préférait la liberté à la douceur et la gentillesse de son maître. Pour sûr, c'était bien agréable tous ces gosses qui la caressaient à leur passage voire la régalaient d'un quignon de pain dur.

Et promis, juré, la layette tirée de son angora serait toute moelleuse et les brassières auraient bien deux manches ....

Pour le jeudi en poésie, je vous emmènerai dans une description en prose mais oh combien poétique d'un savant qui alliait descritpion et style ... A demain jeudi !

Partager cet article
Repost0

commentaires

L

Bonsoir Jeanne
Tout en belle nostalgie ton texte sur Pernelle !
Ce que j'ai aimé les cours de travaux manuels, j'ai eu la chance d'avoir une vraie prof, couture, broderie, un vrai plaisir !
A demain pour Aristide, bises, Lyly


Répondre
J


j'ai eu des enseignants passionnés, d'autres moins enthousiastes, mais de toutes façons, j'aimais les travaux manuels, la musique et le dessin que l'on appelait pas encore arts
plastiques. Pour l'éducatiuon physique, cela dépendait de ce que l'on nous faisait faire ... 



M

Idées de laine se sont rejointes pour Pernelle qui reste douce et agréable au toucher ... bises du soir


Répondre
J


Elle était toute douce la layette pernelle ...



P

oh Jeanne je ris en imaginant le résultat de la brassière !! c'est vrai que le duo de matières enseignées dans ton cas, n'était pas bien attribué !!
ta Pernelle est toute mignonne, ce prénom m'a évoqué la laine dès le départ pour une tricotine c'était du pain béni !! hihi finalement Néon a encore frappé laine interdite aujourd'hui !! merci
Jeanne pour ce bon moment chez toi bizzoux


Répondre
J


Anecdote véridique qui nous a toutes, y compris la prof, bien fait rire ! bises et belle fin de semaine



F

J'avais oublié qu'il existait une laine avec ce nom!!
Tes souvenirs scolaires me rappellent les miens; moi aussi j'ai commencé dans un cours complémentaire et les leçons de couture étaient un supplice ,j'avais horreur de ça!!
La brassière à 4 manches devait être une curiosité!!hi!hi!
Bonne soirée, bises


Répondre
J


Je n'en ai pas de mauvais souvenirs comme toi. Il faut dire qu'on nous faisait faire des choses attrayantes comme une jupe froncée en carreaux vichy comme BB en 6ème ... mais la boutonnière
passepoilée sur un carré de 10cmx10cm, bof ... bises et belle fin de semaine pascale



O

Ce sont des souvenirs très sympathiques que tu nous contes aujourd'hui Jeanne et ta petite Pernelle est bien mignonne.
La marque Pernelle me dit quelque chose mais je l'avais un peu oubliée... C'est joli pourtant comme nom... doux comme de la laine angora... :-)
Bises et bonne fin de journée Jeanne !


Répondre
J


en fait la layette pernelle était toute douce mais pas en angora car les longs poils de cette laine ne conviennent pas aux nourrissons qui pourraient les tirer avec leurs petites menottes et les
ingérer accidentellement



A

j'aime cette jolie pernelle au poil angora
et puis tu nous envoie dans les souvenirs le tricot, l'école ,la layette ...........
que c'est bon
bisous de bretagne


Répondre
J


On avait bien rigolé cette fois là ... bises du vexin françois, à la limite du vexin normand.



F

encore une pernelle qui va donner des choses toutes douces à porter
Belle journée


Répondre
J


on était nombreuses à avoir des souvenirs de douceur en layette ...belle fin de semaine pascale



B

J'arrive de voir la laine de mouton et voici celle de la laine de la chèvre angora... j'avais dù perdre la mémoire, je ne me souvenais pas de la marque, et pourtant ce nom me parlait... maman
tricotait beaucoup, j'ai dù voir ce nom sur les pelotes....Merci à toi, j'ai aussi repensé à mes premiers tricots, les chaussons et les brassières... souvenirs souvenirs !...
j'ai beaucoup aimé ton texte... j'aime le contact des pelotes, leur couleur, quand j'étais gosse je rêvais de travailler dans un magasin comme Phildar...
je t'embrasse et je te souhaite une belle journée !


Répondre
J


j'ai vraiment adoré ta vieille demoiselle, j'en ai connu comme cela, même si elles ne fumaient pas forcément la pipe et préféraient qui le champagne ou le cadre noir, qui la vieille goutte ... je
précise que les boissons mentionnées sont "à consommer avec modération et que fumer nuit gravement à la santé. je n'ai pas pu déposer de com chez toi


bises et belle journée avec toutes ces activités



J

Je ne sais pas tricoter mais la laine Pernelle a fait les beaux jours de certaines...
ah la doucette biquette de Monsieur Seguin ! tétue comme une Normande ?
bonne journée


Répondre
J


Je ne suis pas sûre que cette expérience ait été profitable pour les copines qui ne savaient pas tricoter. car cette activité était en train de diminuer avec l'arrivée de la confection. belle fin
de semaine pascale



M

J'adore ton histoire à "quatre mains"


Répondre
J


et à quatre manches ... on avait beaucoup ri aussi



A

Douceur layette, tendresse de Pernelle, merci à la biquette pour sa laine...


Répondre
J


de doux et joyeux souvenirs



C

c'est très vieux comme prénom. Il me fait penser à des institutrices vieilles filles et bigotes.. lol lol..
bonne journée
clem


Répondre
J


je ne savais même pas que c'était un prénom pourtant je connaissais Pétronille, utilisée sans doute par la comtesse de Ségur ou dans un maganzine de petites filles ...



A

Très mignonne ta biquette avec de la layette Pernelle !


Répondre
J


bon, je l'ai faite angora pour en rajouter un peu, pas sûre qu'en vrai elle l'ait été



P

J'aime bien te lire sur ces sujets . Belle journée et à demain pour la suite !!! Bises !


Répondre
J


et j'aime bien tranmettre des souvenirs qui ne sont pas des confidences sur le divan mais des tranches d'époque partagée par ma génération d'écoliers ...



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères