Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 02:30

 

Ce fut le dernier été d'Anne-Sophie, son été volé, entre l'un des premiers jours de juillet 2010 et le 23 août 2010.

L'une de mes nièces, m'a appris la nouvelle le 7 juillet, ou le 8. Ma mémoire vacillait déjà cet été-là pour retracer ce qui fut une sidération.

 

Cet été-là, j'avais une occupation non choisie à temps plein. Certains s'en souviennent

les six a 3 semaines

 

Ce jour-là ou le suivant, j'ai continué à alimenter ce blog, comme une sorte de défouloir, de vide-tête, comme on aurait un vide-poche pour les objets qui nous pèsent et qui les font crever.

 

Vous n'imaginez même pas à quel point ce blog, nos échanges, m'ont aidé à mettre à distance, mes frustrations et ma fatigue d'abord, l'ahurissement de ce qui était en train de se jouer ailleurs et qui était autrement plus grave que mes petits désagréments.

 

Il m'avait fallu presque trois semaines pour mettre des mots sur un absurde indéchiffrable ...

 

Et cet été du non-sens, cet été bien plus terrible pour ma soeur ainée, pour mon beau-frère, pour son fils, sa brue, ses petits-enfants, son arrière-petit enfant alors, grands-parents, parents, frères et soeurs, fils d'Anne-sophie, ses oncles et tantes aussi, cet été de l'innommable, j'en ai fait une photo pour ce blog.

 

Anne-Sophie detail journal1 - reduc

(détail de la République du centre du 17 septembre 2010, édition du Loiret, cliché pris par moi-même)

 

Si le thème proposé par Sherry me donne l'occasion de rappeler ici ce triste anniversaire, ce n'est pas pour me crisper sur ce qui est advenu, contre lequel nous n'y pouvons plus rien, c'est pour demander à ce que l'on fasse tout ce qu'il est possible de mettre en oeuvre pour faire régresser les haines et les violences 

 

Utopie ?

 

pour que l'on ait dans les souvenirs, que l'embarras du choix entre les plus beaux ...

 

les commentaires de cet article ont été fermés.


.

Partager cet article
Repost0

commentaires

M

Harmonie j'aime ton message^^
Répondre
J


c'est vrai moi aussi


bises



H

Se taire pourquoi se taire ?


Le silence n'empêche pas l'absence, le silence n'empêche pas le chagrin, le silence n'empêche pas la colère...


Le silence ne fait pas de bruit pas de tapage mais le silence tue, il tue le dialogue, il tue le combat, il tue l'espoir....


Utopique ????


Oui surement, mais ce n'est pas dans le silence qu'on le saura.


Plus on parle, plus on attire l'attention, la vigilence...


Alors si tous les mots du monde pouvaient se liguer contre les maux, ce serai en tout les cas un peu plus d'amour.


 


Gros bisous Jeanne
Répondre
J


J'aimerais surtout dire pour faire reculer la violence. Il s'agit peut-être de "combat", mais plus sûrement de détermination dans la non-violence. le com de mamazerty s'adresse à ton message.
n'oublie pas de le lire


bises et merci 



J

il n'y à pas de fatalité , il y à des choix et des résignations à nous de faire au mieux , je te souhaite un bon repos bise
Répondre
J


la violence des sentiments et des passions est tyranique. Peut-on parler de choix ? Par contre, quand le danger a été signalé, quand il n'a pas été entendu ou pris suffisamment au sérieux ...


Mais peut-on protéger quelqu'un qui sait qu'elle est en danger mais qui n'arrive pas à partir et pour aller où, et comment tenir à distance même dans ce cas ?



C

triste souvenir en effet, moi j'ai perdu et enterré un jeune frère en aout, douleur qui a été longue et lourde à supporter, 


tu as raison il faut parler des violences faites aux femmes.
Répondre
J


la perte d'un être cher est douloureuse et le chagrin dure longtemps. Notre société moderne a un peu trop tendance à considérer ces tristesses normales en termes médicaux. pouvoir en parler
certes, être épaulé certes, mais ces chagrins-là ne sont pas des maladies et ont besoin de temps.


témoigner de ce qui arrive, donc de ce qui pourrait arriver si ..., si cela peut éviter certains drames, oui, je crois que c'est important


merci



S

hélas, la haine est non seulement inutile mais tellement nuisible.


c'est un triste anniversaire pour toi.


 
Répondre
J


la haine est souvent fille de la peur. Si on se comprenait plus ...



M

Tu as raison Jeanne d'insister encore et encore pour que cela serve et que les vacances de chacun soient plus belles encore!
Répondre
J


Si cela peut faire réfléchir certains qui avaient tendance à s'emporter ... 



Q

Tu sais... ce sont de moments dont je me souviens bien.


L'innommable, l'inadmissible.


Tous les ans, des femmes, des enfants, meurent des sévices de leurs proches... J'ignore s'il est possible de faire en sorte que cela n'existe plus.


On trouve des "excuses" dans le passé des tortionnaires... mais je ne crois pas qu'il faille excuser.


C'est ouvrir la porte à d'autres faits semblables.


 


Je comprends que le blog ait été pour toi  un dérivatif. Il y a certaines situations qu'on ne peut pas vivre si l'on n'a rien autour...


Je t'embrasse très très fort.


Passe une douce soirée.
Répondre
J


je ne pense pas qu'on leur trouve des "excuses", des explications à leurs gestes oui, mais cela ne les dédouane pas de l'ignominie de leur comportement.


Et je crois surtout qu'il faut travailler en amont pour éduquer à la non violence, et pour apaiser les conflits, pour supprimer aussi ce qui fait le terreau du mal être qui conduisent certains à
se détruire et d'autres à détruire les autres.


Je crois aussi à l'exemplarité et en ce domaine, le printemps ne nous a pas montré des gens qui savaient s'écouter les uns les autres.



J

Un douloureux souvenir que tu as le courage de réévoquer. Merci de nous faire réfléchir sur une question si grave. Notre société contient les germes de la violence. Comment éradiquer ces germes ?
Est-ce une utopie de croire qu'en travaillant sur notre propre violence nous aideront les autres à en faire de même ?  Amitiés. Joëlle
Répondre
J


Eradiquer les violences ... ce n'est sans doute pas possible, mais on peut la rendre moins habituelle, moins ordinaire, moisn acceptée ...


Amicalement



C

Chère Jeanne .


Quand nous nous sommes connues , il y a environ 1 an via ce blog , j'ai été interpellée par ce qui était arrivé à Anne-Sophie ; et quand je viens te faire un coucou , j'ai toujours une pensée
spéciale pour elle  , et pour toi .


Je ne crois pas que ce que tu as écrit soit une utopie.


Des faits semblables mettent maintenant  en branle , immédiatement , tout l'appareil de justice : recherche éventuelle du ou des auteurs et les condamnations sont lourdes.


Et il n'y a plus de tabous ou fort peu ; les femmes battues ne se cachent plus et portent plainte .


Je t'embrasse très fort et suis de tout coeur avec toi !


Francine .
Répondre
J


je ne partage pas ton optimisme. Les gens maltraités continuent à se taire bien plus souvent qu'ils n'osent dire (quand ils le peuvent). Et quand ils ou elles parlent, la protection promise n'est
pas souvent encore à la hauteur, mais il faut témoigner et faire évoluer les mentalités pour que la peur et la honte changent de camp. Ou mieux, pour que la violence régresse et que les rapports
entre les humains soient davantage apaisés et respectueux les uns des autres ...


vaste programme !



B

Et dire que pendant ce temps là, moi je me plaignais d'un été pourri!!! Je n'en ai pas honte parce que j'ignorais ce qu'il se passait chez vous, mais aujourd'hui en te lisant, je me sens mal à
l'aise. De tout coeur avec vous en ces temps d'anniversaire
Répondre
J


Je suis désolée si ce texte te met mal à l'aise. Cela ne sert à rien de se culpabiliser. Le monde n'en est hélas pas meilleur. Par contre, on peut peut-être réfléchir à ce qu'il est possible de
faire pour qu'il y ait moins de violence.


 



E

hélas, Jeanne, on ne peut rien faire
Répondre
J


ta remarque est sans doute réaliste mais désespérante. Lutter contre la barbarie des hommes (des humains) de tous les humains, c'est une tâche à toujours recommencer ...



M

je te soutiens dans cet espoir
Répondre
J


la seule chose que je peux faire c'est en parler ... en évitant l'instrumentalisation des victimes, ce qui me fait également horreur et qui est une autre forme de violence



P

C'est terrible... déjà lorsque j'entends certains noms prononcés entre les couples, je trouve celà immonde, mais les coups c'est bestial....


 


Bises de nous deux
Répondre
J


C'est ce qu'on commence à penser au XXIè siècle et encore pas partout et pas chez tout le monde ...


Que de progrès d'humanité encore à faire !


bises et belle semaine à vous deux 



J

Bonjour Jeanne... Oui je me souviens de ta nièce battue à mort et enceinte,  de cette portée de chiots.... à placer !  Vrai que l'on préfère les jolies photos de vacances c'est sûr...
mais certains en décident autrement... malheureusement pour toute une famille dans le deuil.... Bien amicalement, jill
Répondre
J


Si l'on pouvait éviter que la vie tisse ces horribles souvenirs ...



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères