Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 05:00

 ~ Billet 402 ~

 

Pour le jeudi en poésie des Croqueurs de mots de Brunô, et pour faire suite à Mémé Gudule pour le prénom du mercredi, je reprend l'effeuillage de mon antholgie personnelle d'adolescente en publiant un poème d'un autre adolescent qui avait été publié dans une revue de poésie.

 

                     Grand-Père par Claude Bellendy, 13 ans (autour de 1965)

 

poesiegrandpere

Ah qu'il est bon d'être avec lui,

De sentir sa main sur nos cheveux,

Cette main rugueuse

Où la corne a poussé

Comme l'herbe en un champ de blé.

De grandes rides sillonnent son front,

Si profondes

Qu'on dirait qu'une charrue

A labouré ce champ.

Ses grands yeux bleus regardent l'infini

Comme un long rêve

Dont on ne peut apercevoir le fond

Et qui, caché par un nuage,

Semble doucement se voiler.

 

   

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

J
je l'aime fort et j'aimerai faire comme lui dans ma carrière littéraire
Répondre
Q

Ce poème me touche toujours autant.


Merci, Jeanne.


Passe une douce soirée.
Répondre
J


c'était une époque où des revues sans prétention ouvraient leurs pages aux jeunes poètes comme ici. Un temps où il n'était pas encore ridicule d'écrire de la poésie.


Heureusement cela revient avec le slam



J

Je me demande ce qu'il est devenu ce jeune poéte prometteur....  Jill
Répondre
J


aucune idée j'avais trouvé ce poèeme dans une revue de poésie


bises



F

c'est un beau texte plein de tendresse;il était précoce ce jeune poète!
Bon week end


Répondre
J


Je crois que c'est à l'adolescence que l'on aime écrire de la poésie, et bien plus tard, sauf exception, souvent les jeunes adultes la dédaignent comme une gaminerie, du moins dans notre monde
dit moderne, un peu aussi comme la danse et le chant.


belle fin de dimanche



J

Comme il devait l'aimer ce grand-mère... Il a fait de Claude un poète ce jour là, depuis qu'est-il devenu cet enfant de 13 ans... Jeudi c'est poésie en effet,amicalement à jeanne de la part de JB


Répondre
J


Je ne sais pas du tout, je ne le connaissais pas. J'avais découvert sa poésie dans une revue.



P

super! mes grands pères, la belle image de la main rugueuse, j'étais toujours impressonnée par la grandeur de ces doigts qui emprisonnaient ma toute petite main!! j'y pense quand je tiens la main
des tout petits, et leur peau douce... c'est un très beau poème, je ne le connais pas !! tu m'as fait un doux plaisir bizzoux Jeanne


Répondre
J


C'était une petite revue dont le tirage était sans doute assez confidentiel et je doute que beaucoup en aient gardé les exemplaires. Je ne me souviens même plus de son nom.



A

un bien bel écrit que tu nous livres là
à savoir en effet si ce "jeune"
un peu moins jeune a continué d'écrire
l'image du grand père était de lui aussi ?
merci pour ce joli partage
bisous de bretagne


Répondre
J


Il est peut-être grand -père maintenant, ce serait dans la logique du temps


bises



O

Quel joli poème plein de tendresse pour son grand-père. Ce jeune avait un sacré talent à 13 ans. Sais-tu s'il a écrit d'autres textes ???
Quant au dessin du vieil homme, est-ce qu'il est de toi Jeanne ? Il est vraiment très expressif...
Bises et bonne soirée à toi !


Répondre
J


j'ignore complètement ce qu'est devenu ce jeune poète. Et Oui, le dessin à la plume, c'est moi qui l'ai fait, mais je ne me souviens plus si je l'ai fait d'après un modèle ou si je l'ai imaginé.
A l'époque, je pouvais le faire et j'aimais beaucoup dessiner



L

Bonsoir Jeanne
Quel talent surtout à 13 ans !
Magnifique poème que tu nous offres en partage !
Belle soirée, bises, Lyly


Répondre
J


Il pouvait être fier d'être publié en effet même si ce n'était peut-être pas un futur Rimbaud



A

Quel beau poème, "Ses grands yeux bleus regardent l'infini

Comme un long rêve"... il n'y a plus rien à dire.
Si, mon gd père avait lui aussi les yeux bleus. Merci de ce partage


Répondre
J


Alors, si en plus tu y retrouve un peu du regard de ton grand-père ! Je n'ai connu aucun des miens, décédés bien avant ma naissance.



Q

S'il a continué à le faire... peut-être est-il sur un blog aujourd'hui, mais je n'ai pas trouvé trace de lui.

Quelle beauté dans la description des yeux de son grand-père !

On croirait le voir.

Il était vraiment doué.


Répondre
J


S'il tient un blog, c'est sûrement sous un pseudo. et il n'y a pas qu'OB
Je suis comme toi pour la description des yeux et aussi des mains. Sans doute est-ce un enfant de la campagne pour utiliser de telles analogies



P

Joli poésie !! Bises chez toi !


Répondre
J


Je ne connaissait pas son auteur, seulement une revue de poésie qui publiait des textes d'amateurs, ici, très jeune. A-t-il continué à écrire ? Je ne sais Bises chez toi également



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères