Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 05:00

~ Billet 352 ~

C'est le jeudi en poésie des Croqueurs de mots.
Je continue dans le désordre, de rerouver avec vous les poèmes que j'avais consigné dans mon anthologie à l'adolescence.

 Celui qui suit, de Louis Aragon, a été publié clandestinement sous le pseudonyme de Jacques Destaing avec d'autres poètes dans le recueil L'honneur des poètes, aux éditions de Minuit à la date symbolique du 14 juillet 1943.
J'ai gardé la ponctuation que j'ai notée. Je ne suis pas sûre qu'elle soit fidèle à celle du poète.

Ballade de celui qui chanta dans les supplices

 

Et s’il était à refaire,

Je referais ce chemin

Une voix monte des fers

Et parle des lendemains.

 

On dit que dans sa cellule

Deux hommes, cette nuit-là,

Lui murmuraient : « Capitule,

De cette vie es-tu las ?

 

«Tu peux vivre, tu peux vivre,

Tu peux vire comme nous ;

Dis le mot qui te délivre,

Et tu peux vivre, à genoux. »

 

Et s’il était à refaire,

Je referais ce chemin.

Ta voix qui monte des fers

Parle pour les lendemains.

 

Rien qu’un mot, la porte cède,

S’ouvre, et tu sors. Rien qu’un mot,

Le bourreau se dépossède ;

Sésame, finis tes maux !

 

Rien qu’un mot, rien qu’un mensonge

Pour transformer ton destin :

Songe, songe, songe, songe

A la douceur des matins. »

 

Et si c’était à refaire,

Je referais ce chemin.

La voix qui monte des fers

Parle aux hommes de demain.

 

J’ai tout dit ce qu’on peut dire :

L’exemple du roi Henri ;

Un cheval pour mon empire ;

Une messe pour Paris.

 

Rien à faire ! Alors qu’il parte,

Sur lui retombe son sang !

C’était son unique carte,

Périsse cet innocent.

 

Et si c’était à refaire,

Referait-il ce chemin ?

La voix qui monte des fers

Dit : « Je le ferai demain. »

 

Je meurs et France demeure

Mon amour et mon refus.

Ô mes amis, si je meurs,

Vous saurez pourquoi ce fut !

 

Ils sont venus pour le prendre,

Ils parlent en allemand ;

L’un traduit : « Veux-tu te rendre ? »

Il répète calmement :

 

Et si c’était à refaire,

Je referais ce chemin.

Sous vos coups chargés de fers,

Que chantent les lendemains !

 

Il chantait, lui, sous les balles,

Des mots « sanglant est levé ».

D’une seconde rafale

Il a fallu l’achever ;

 

Une autre chanson française

A ses lèvres est montée,

Finissant la Marseillaise,

Pour toute l’humanité.

Louis Aragon, Paris, 14 juillet 1943

ballade-Aragon2.jpgBallade-Aragon1.jpg





 


 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Adamante 07/01/2011 23:01



Je perçois toujours un certain bouleversement à lire ce poème. Merci Jeanne. belle soirée.



Jeanne Fadosi 08/01/2011 00:18



Je suis comme toi et j'avoue ne pas le lire souvent. Le souvenir de ses mots m'a donné du courage quelquefois !



Quichottine 07/01/2011 10:53



Je me souvenais de ce poème...


Merci, Jeanne.



Les chemins d'Anne Le Sonneur 06/01/2011 18:41



Ah, Ah ! Je vois que nous avons toutes deux décidé de rendre hommage à Louis Aragon, un grand poète tout autant que romancier. Merci pour ce très beau texte. Anne



Jeanne Fadosi 07/01/2011 20:04



Je l'avais déjà choisi pour un autre jeudi, mais je ne me lasse pas de le relire de temps à autre.



le-panier-a-histoires-de-memette.over-blog.com 06/01/2011 12:58



Merci de me donner à relire ce poème d'Aragon que j'adore! Moi, j'ai choisi Eluard... Bonne journée !



Aude Terrienne :0010: 12/02/2010 09:17


Je soigne mes articulations grâce à la natation.
Prompt rétablissement.


Jeanne Fadosi 12/02/2010 17:33


c'est une façon efficace mais les piscines sont trop loin de chez moi
merci


Pascale la Tricotineuse 10/02/2010 00:13


j'aime beaucoup Aragon ce poème là je ne connaissais pas !! fort dans l'image de guerre et de soldats qu'il renvoie! toujours faire ce qui est juste serait à refaire dans bien des guerres !!


Jeanne Fadosi 11/02/2010 23:16


Pas facile de faire ce qui est juste, le sait-on toujours soi-même !
le mieux serait de ne plus avoir besoin de faire la guerre.


Mamie Claude 09/02/2010 23:11


J'espère que tu es un peu reposée, particulièrement tes yeux. J'ai aussi des soucis visuels, dans quelques jours, tu trouveras sur mon blog, une publication à ce sujet.
Je te demande pardon, car j'ai été taguée. Le jeu étant de taguer des amies, je t'ai choisie. Si tu le souhaite, à faire quand tu iras vraiment mieux. Grosses bises


Jeanne Fadosi 11/02/2010 23:20


Ca commence même si je dois continuer et réussir à me coucher plus tôt ! ce n'est pas gagné. Merci pour le tag, je le trouve rigolo et je vais le faire à ma manière. J'aime bien la façon dont tu
l'as fait.
bises et belle fin de semaine


Aude Terrienne :0010: :0025: 09/02/2010 17:21


Bonjour,
pour ton dos tu pourrais peut-être voir si tu n'as pas une mauvaise position à ton ordinateur ou si tu as besoin de lunettes, la vue crispe tout le corps si elle est inconfortable.
J'ai connu ton blog grâce à Mamie Claude qui nous a taguées toutes les deux.


Jeanne Fadosi 11/02/2010 23:28


Des vielles et moins vielles blessures et de l'arthrose et un manque d'exercice ...
J'ai un siège exprès pour mais cela ne suffit pas. Mais merci pour tes conseils judicieux.
Je reviens doucement bvers les blogs maisprivilégie encore le repos.
Je vais faire ce tag rigolo dans quelques jours sans doute.


amtealty bougnen 07/02/2010 20:42


 je reprends la lecture des poèmes du jeudi en poésie et je découvre un poème que je ne connaissais pas
 merci pour ce partage
 bisous de bretagne


Jeanne Fadosi 08/02/2010 11:24


ça me fait plaisir d'avoir fait découvrir ce poème que je trouve important.
Bises de l'Ile de France


Petit Poucet rêveur 05/02/2010 22:14


Et bien dis donc, tu avais de sacrés poèmes consignés pendant ton adolescence. Je suis admirative !


Jeanne Fadosi 07/02/2010 20:17


Je l'ai toujours beaucoup aimé. Même si je n'en comprenais pas forcément tout.


fanfan 05/02/2010 22:02


C'est superbe!! magnifique!!

moi j'ai eu de repos forcé, finalement cela ne m'a pas fait de mal; car mon dos et ma vue aussi sont mis à rude épreuve!! bon repos


Jeanne Fadosi 07/02/2010 20:13


je crois que je  vais encore me reposer un peu. Merci de ton passage. A bientôt aussi sur ton blog mais je vais aller doucement sur les blogs.


Mamie Claude 05/02/2010 09:01


Merveilleux choix que ce poème du grand Aragon. Il en émane de forts sentiments, souffrance, ténacité etc .. Merci et grosses bises.


Jeanne Fadosi 05/02/2010 11:05


J'ai hésité car d'une part, il est long, d'autre part, ce n'est pas ce qu'il faut pour remonter le moral, mais il me semble que certaines valeurs méritent d'être redites en ce moment
bises et belle fin de semaine


Alice 05/02/2010 00:21


"Vivre libre ou mourir ", la devise au Panthéon de Paris. une citation qui me plait


Jeanne Fadosi 05/02/2010 11:04


Tu fais bien de rappeler cette devise qui va parfaitement avec ce poème


Dany58 04/02/2010 21:22


J'ai appris ce poème lorsque j'étais enfant, sans trop le comprendre. Aujourd'hui, j'en apprécie tout le sens...
Bisous.


Jeanne Fadosi 05/02/2010 11:02


C'est vrai qu'il est important de revisiter tous ces textes entre aperçus à l'éclairage de l'expérience et de la maturité.
Bises et belle fin de semaine.


reinette 04/02/2010 21:12


j'aime bien Aragon mais je ne connaissais pas celui-là.
bonsoir


Jeanne Fadosi 05/02/2010 11:00


pour tout un tas de raisons, ce poème a été mis en sourdine.
belle fin de semaine


Nat 04/02/2010 19:49


la guerre, poète engagé qui rend hommage aux fusillés en rimes croisées
magnifique, je ne connaissais pas
bonne soirée


Jeanne Fadosi 05/02/2010 10:59


contente de l'avoir fait découvrir
belle fin de semaine


Bruno 04/02/2010 19:46


Et si c'était à refaire ?
Quelqu'un aujourd'hui le referait-il ,

merci pour ce poème très fort, un beau partage et une nouvelle découverte pour moi.
Bises


Jeanne Fadosi 05/02/2010 10:59


Oui, il y en a. Et ce n'est pas du conditionnel.
Je ne serais pas disponible sur le net cette fin de semaine.
Bises


clementine 04/02/2010 19:28


un versant de l'histoire. 
bonne soirée
clem 


Jeanne Fadosi 05/02/2010 10:57


Mes des valeurs de tous les temps


Quichottine 04/02/2010 18:34


D'Aragon, j'en avais appris un autre.

"Lorsque vous reviendrez, car il faut revenir"... j'aimais
bien, il me parlait. Il me parle toujours d'ailleurs.


Jeanne Fadosi 04/02/2010 19:11


et celui-ci, je ne le connais pas.


Quichottine 04/02/2010 18:14


Aragon... Je ne connaissais pas ce poème... mais je l'ai trouvé très émouvant.

Merci, Jeanne, pour cette anthologie que tu partages avec nous.


Jeanne Fadosi 04/02/2010 18:25


Très beau poème en effet. Mais Dans les années de nos apprentissages, Aragon était moins offert, sans doute en raison de son aveuglement persistant par rapport au stalinisme.
Et puis, la construction de la paix passait par une phase de mise entre parenthèse salutaire.


harmonie37 04/02/2010 16:14


Et si c'était à refaire, il faudrait le faire nous présenter ce poème si dur et si juste.
Bisous


Jeanne Fadosi 04/02/2010 17:32


Sa longueur va peut-être en décourager. Mais il se lit assez vite grâce aux refrains.
Je ne sais pas si celui-ci a été mis en musique.
bises et belle fin de semaine


Alice 04/02/2010 08:48


Belle poésie
Voici un bouquet de tulipes pour te souhaiter une bonne journée

Alice


Jeanne Fadosi 04/02/2010 09:45


C'est la fleur idéale à offrir sur internet ... puisque
. ... la nature hélas n'a pas versé d'odeur
dans [son] calice fait comme un vase de chine
bises et belle journée Alice


Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères