Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 19:00

~ Billet 279 ~

Brunô, notre Croqueur de mots en chef, a déjà avalé ascenseur, monter, escalier, immeuble, cage, étage, bon, courage.
Pour
écrire sur l'ascenseur, comment va-t-on faire sans ces mots-là ?

Quoique j'ai des doutes sur les deux derniers. Hmmm ... Bon ... Il va en falloir du courage pour aborder les escalades urbaines auxquelles il nous convie.
Parce que ces cabines magiques, encore faut-il qu'elles ne soient pas en panne. Et justement je voulais renvoyer l' ...
zut, j'ai failli le dire, à l'équipe du Parisien dont je reçois la News letter tous les matins depuis que j'ai parlé de leur journal dans mon blog.
Je l'achète chez mon boulanger pour avoir quelques nouvelles de la région, de temps en temps.
Donc cette semaine, j'ai trouvé cette info le 26/11:
"Miracle dans l'[...] fou
Valérie a eu la peur de sa vie. Mardi soir, les câbles de l’[...] de son HLM ont lâché à la fin de la course. Fort heureusement, elle n’a pas été blessée car le système de sécurité, dit parachute, a bien fonctionné."
(Je n'ose pas écrire le mot défendu, même si ce n'est pas moi qui ait rédigé l'article de presse).

J'avais bien aussi déjà eu l'idée de parler pour les Croqueurs de mots de cette mémorable équipée jusqu'au 14ème de leur tour quand j'avais voulu rendre visite à une amie avant la fin de mon congé de maternité.
Au pied des marches et d'une pancarte malvenue, avec mon nourrisson dans la nacelle du landau, le cadet de deux ans et l'aînée de quatre ans, plein de courage (zut, je l'ai dit ...) et de bonne volonté certes ...
Une joyeuse dégringolade résonnèrent en écho sur le béton et les deux filles de mon amie prirent chacune un de mes vaillants lutins dans leurs bras pour les emporter dans les airs tandis que je suivais en hahanant avec mon petit dernier.

Et voilà que je téléphone à ma cousine. La fille de Titine. Je ne sais pas comment elle trouve encore la ressource de sourire de ses galères. Ses dernières chimio ont eu raison de l'énergie qui lui restait et elle m'avait, sans rire, cette fois-là, raconté sa chute en rejoignant son appartement la dernière fois qu'elle s'était rendue à l'hôpital.
Tiens, il y avait panne aussi dans son HLM.
Que nenni ! Longtemps, les habitations à loyer modeste ont méconnu ces élévateurs des beaux quartiers. La loi a fini par les exiger pour les constructions neuves dépassant cinq niveaux. Voilà pourquoi il y a tant de collectifs respectant cette règle, enfin presque. C'est sans doute à ce moment-là qu'on a inventé les entre-sols.

J'étais soucieuse car l'incident, outre les hématomes aux genoux, l'incitait à renoncer à sa prochaine séance de soins.
Alors quand elle m'a expliqué qu'elle y était allée et que pour rentrer, son mari s'était mis derrière elle et l'avait poussé pour l'aider dans son ascension, avec sa gouaille presque habituelle, j'ai balancé entre soulagement, une grande envie de sourire en imaginant la scène, forcément cocasse, et l'impuissance devant l'absurdité de leur situation.

Et pardon de cette note un peu moins souriante, je pense forcément à toutes ces personnes de moins en moins mobiles, qui sont là depuis bien longtemps, ne peuvent pas déménager, et se retrouvent souvent dans l'impossibilité de s'échapper de leur appartement, tout simplement parce que chez eux, il n' a pas cet aménagement devenu si banal ou qu'il est trop souvent en panne.

Partager cet article
Repost0

commentaires

C

bonne soirée et bel ascinter otis !


Répondre
J

ah j'ai déjà vu ce nom quelque part .... (sourires)


O


Oh oui, ne t'inquiète pas Jeanne, j'ai vu aussi l'humour qui était présent dans ton texte, mais il est vrai que ce qui m'a marquée, c'est le côté très réaliste des difficultés engendrées par ces
immeubles sans ascenseur. Je ne sais plus si c'est chez toi que j'avais laissé un commentaire disant mon inquiétude par rapport aux montréalais qui vivent presque tous dans des maisons à étages.
Cela m'avait frappée lors de mon voyage et j'avais beaucoup pensé aux difficultés que devaient rencontrer les personnes handicapées pour sortir (et entrer) de chez eux. 



Répondre
J

Oui je me souviens que tu as commenté sur les logments canadiens sur un billet à propos de l'accessibilité.
Belle soirée à toi


O

C'est avec sérieux que tu as traité ce sujet proposé par Bruno mais tu as raison de parler de cette cabine ascensionnelle ... Oh, je suis bête... je peux écrire le mot, moi... Je disais donc que tu
as raison de parler de l'ascenseur ou plutôt de l'absence d'ascenseur... C'est souvent à cause de ce manque que des personnes âgées (entre autres) se retrouvent isolées, bloquées à l'étage....
C'est dramatique !


Répondre
J

j'espère que j'y es mis un peu d'humour aussi. pour ma part, j'apprécie ma petite maison à la campagne.


P


j'ai bien aimé ce récit mi rieur mi sérieux, je l'ai lu d'une seule traite, sans arrêt au palier, n'ai vu aucune panne , un écrit bien huilé !!  bravo et merci pour tes gentils passages sur
nos espaces de plain pied !!



Répondre
J

deux histoires vraies et je n'ai pas retrouvé la trucullence avec laquelle ma cousine m'a raconté sa mésaventure.


A

Il est vrai que dans certains cas, il est plus que nécessaire mais pas toujours en bon état.
Plein de courage à ton amie en tout cas pour surmonter tout ça aussi.
Bizz et bonne semaine


Répondre
J

le problème aussi est qu'on a conçu un habitat qui ne peut pas s'en passer.
belle journée


F

je n'aimerais pas habiter si haut! Je me sentirais prisonnière !!
Je plains les gens qui sont tributaires de cette machine infernale!!
j'imagine ta cousine, la pauvre ! cela prête à sourire même si ce n'était pas comiue vu son état de santé
 bonne soirée


Répondre
J

moi non plus, je préfère une petite maison à la campagne même s'il y a un escalier.
Ma cousine a beaucoup d'humour et se tient le moral par de l'autodérision. Mais elle est contrainte dans son immeuble et ne sors plus que par obligation et au prix de bien des difficultés.
belle journée


I

Oh que oui, tu fais bien de penser à ces personnes...il y a encore énormément d'endroits où il n'y a aucun accès possible (même pas des rampes pour les premières marches...) à part les escaliers.
Pas drôle, non.


Répondre
J

L'accessibilité n'est pas la priorité dans notre pays même si on a fait des progrès.


L

Pardon, je n'ai pas précisé, c'est la nouvelle consigne de Brunô et des croqueurs de mots.


Répondre
J

merci, Lilie, je suis allée voir maintenant et j'ai aussi vu le billet précédent de Brunô


M

et l'ascenseur à pédales , il est ou hein? il est ou ? quoique....;je prefererais simplement et en tte modestie la teleportation !!!!!
zoub's


Répondre
J

Je ne sais pas s'il existe mais j'ai vu un reportage d'un très grand centre d'affires ou commercial qui récupère toute l'énergie générée par son activité pour faire fonctionner les escaliers
roulants.
Moi je pronais celui à manivelle ...
Bises


L

C'est presque bon pour la nouvelle consigne : "l'escalier" dans vos souvenirs !
C'est vrai qu'à l'ascenceur, on associe trop souvent la panne, et que son absence peut avoir des conséquences terribles...


Répondre
J

consigne pour quelle communauté ? grâce au com de Hauteclaire, je suis allée faire un petit voyage au Japon et du coup j'y ai flané un moment.


L

Bonjour Jeanne

Effectivement, il est apparu dans les immeubles et est devenu nécessaire !

Personnes âgées, d'autres encore à mobilité réduite se retrouvent dans

l'impossibilité de sortir en cas de panne ! Tu as bien fait de nous le rappeler !

Bravo à toi, bises et belle journée, Lyly


Répondre
J

et il y en a plein qui n'ont pas d'ascenseur.


H

Avec un texte vif et enlevé, tu nous parles de beaucoup de drames, ou comment la vie moderne n'épargne pas.
Si cette amie fait partie du monde réel, j'espère de tout coeur qu'elle est remise
Bisous


Répondre
J

Elle a beaucoup de cran.


T

bien joué...
tilk


Répondre
J


A quand l'ascenseur à manivelle ?



C

pas facile cette vie en HLM avec ascenseurs qui ne fonctionnent presque jamais. 
pas facile cette vie dans les immeubles quels qu'ils soient.
pas facile d'être malade comme ton amie..
pas facile et pourtant, il faut vivre ou mourir.
bisous
clem 


Répondre
J

C'est assez bien résumé ...
bises


Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères