Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 09:00

~ Billet 296 ~ (ex catégorie le geste du colibri)

(précédent...)
( ou Si vous avez manqué le début ...

Mon approbation n'était pas acquise !                              

 

Le deuxième argument de mon père lui semblait irréfutable. Comment pouvait-on, sous le prétexte d'être l'amie de Quelqu'un, faire fi par quelque caprice d'une décision professionnelle, calculée avec rigueur par des techniciens et user du bon vouloir du prince ! Comment osait-elle ? Comment osaient-ils ?

Mais je me souvenais qu'il n'encensait pas autant ce travail des "cols blancs" mon petit papa quand il discutait avec son fils, l'un des calculateurs.
 
- Les portées sont trop longues. Vous réduisez trop le nombre de poteaux. Ce sont des fausses économies.
- Mais si, les calculs ont été optimisés et il a été tenu compte des probabiltés de rupture.
- Et le poids du givre vous y avez pensé ?
- Mais oui, on a réduit la distance de deux écarts-type. ...

Mon père n'avait pas fait de probabilités ni de physique. Mais il était capable à la seule observation des lignes dans les airs d'en déceler toutes les fragilités. Il se trompait rarement quand il prévoyait des pannes sur tel ou tel tronçon.

Il n'y avait pas si longtemps, le fameux hiver 1956, le poids du givre en avait rompu des lignes, en plein nuit. Il était parti souvent  sur les routes verglassées, dans le brouillard givrant, dérangé dans notre sommeil par la sonnerie insistante du téléphone de fonction. Quand un fermier à la pointe de la modernité voulait que le courant soit rétabli pour l'heure de la traite.
Oh, ce n'était pas le fermier moyen qui s'était équipé. Ce n'était que le tout début des trayeuses électriques.
Tiens, ceux-là aussi devaient avoir de l'influence pour jeter mon père et ses ouvriers d'astreinte sur des routes dangereuses et ma mère dans l'angoisse tant qu'il n'était pas rentré.

Le deuxième argument n'était pas plus efficace que le premier.           à suivre ...

clocher1---reduc1.jpg

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

V

Je  dois t'avouer quelque chose... j'espère que tu ne m'en voudras pas de trop... Je ne supporte pas les aigus de la Callas... le reste j'aime, mais pas les aigus... je ne sais pas pourquoi...
la fragilité de mes oreilles??? bisous


Répondre
J

La fragilité de sa voix ... surtout. C'était une mezzo soprane et le show biz lui a fait pousser sa voix hors de ses limites. cela a d'ailleurs écourté sa carrière et conduit à sa triste fin au
moins autant que sa vie sentimentale malmenée.
Et ne te vexe pas, mon chat, celui qui posait à côté d'une autre diva, s'est mis à courir dans la maison de manière désordonnée et je me suis fait la réflexion qu'il ne devait pas aimer la Callas
non plus. Elle doit emettre des sons à la limite de l'audible...
bises et belle semaine


M

suis allée lire le début pour comprendre ....
mais c'est un caprice de star ça , de vouloir dévier une ligne pour sauver un arbre !!

en tout cas, nous, Lorsque nous habitions dans le Sud-Ouest on avait 2 lignes à haute tension qui passaien sur notre terrain dont une juste au-dessus de la piscine ;
et bien on a mis des années à la faire enlever , non pas par caprice, mais parceque tous les voisins des côteaux avaient un pb avec cette ligne -
ce fut un parcours EDF qui dura des années !



Répondre
J

Oui, c'est vrai c'était un caprice de star, en ce qui concerne la manière d'utiliser sa notoriété pour le résoudre, mais je crois que le respect de la nature (on ne parlait pas encore d'écologie)
était une réflexion plus sérieuse que ça, même en ce qui la concernait.
J'imagine qu'une ligne haute tension au dessus de son terrain était aussi une grave nuisance. Et pas besoin de piscine pour que ce le soit.
Belle semaine


V

Bien écrit et intéressant.
Bisous
Violette


Répondre
J

merci de ta visite.
bises et belle semaine


A


 Bon Week-end Jeanne
Bises d'Alice

Alice




Répondre
J

merci Alice, bises et beau dimanche à toi aussi


P

C'est souvent ainsi avec les lignes aériennes. c'est vrai que le poids du givre est un élément de rupture de ligne le plus souvent.

Le soucis de tirer le plus de bénéfice, ou un moindre coût, peut à se moment là, faire payer une facture plus onéreuse à l'installateur dans compter l'inconvient à l'usager. Ton père avait raison
et l'oeil de ces anciens vallait l'argement tous les calculs des ingénieurs.


Bonne journée.


Répondre
J

je ne crois pas qu'il faille opposer le savoir des anciens et celui des ingénieurs mais plutôt l'usage qui est fait de l'outil mathématique et statistique en tirant la corde au niveau financier.
Plus on prend en compte les marges et plus cela coûte cher à priori, mais pas quand la panne ou la catastrophe se produit !
belle journée à vous et restez au chaud ou équipez vous de chaussures à crampons.
Ici, flocons et vent ... donc cocooning au coin du feu.


Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères