Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 22:00

Juste comme une matière supplémentaire à fournir à notre réflexion sur le silence, 

 

 

La parole vous est donnée, vos paroles, je les bois (Harmony37)

 

Un jour peut-être je vous dirai (Quichottine)

 

Dans le silence des mots tus (sur ce blog)

 

Alors que je cherchais le début et les références bibliographiques du poème de Victor Hugo, Ô jeunes gens, que j'ai mis en ligne aujourd'hui, et que je n'ai pas trouvé*, j'ai en revanche trouvé un autre texte du poète qui s'intitule Jeunes gens

 

 

 

Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites

 

Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites**.

Tout peut sortir d'un mot qu'en passant vous perdîtes.

Tout, la haine et le deuil ! - Et ne m'objectez pas 

Que vos amis sont sûrs et que vous parlez bas... -

Ecoutez bien ceci :

 

Tête-à-tête, en pantoufle,

Portes closes, chez vous, sans un témoin qui souffle,

Vous dites à l'oreille au plus mystérieux

De vos amis de coeur, ou, si vous l'aimez mieux,

Vous murmurez tout seul, croyant presque vous taire, 

Dans le fond d'une cave à trente pieds sous terre,

Un mot désagréable à quelque individu ;

Ce mot que vous croyez que l'on n'a pas entendu,

Que vous disiez si bas dans un lieu sourd et sombre,

Court à peine lâché, part, bondit, sort de l'ombre !

Tenez, il est dehors ! Il connaît son chemin.

Il marche, il a deux pieds, un bâton à la main,

De bons souliers ferrés, un passeport en règle ;

- Au besoin, il prendrait des ailes, comme l'aigle ! -

Il vous échappe, il fuit, rien ne l'arrêtera.

Il suit le quai, franchit la place, et caetera,

Passe l'eau sans bateau dans la saison des crues,

Et va, tout à travers un dédale de rues,

Droit chez l'individu dont vous avez parlé.

Il sait le numéro, l'étage ; il a la clé,

Il monte l'escalier, ouvre la porte, passe, 

Entre, arrive, et, railleur, regardant l'homme en face, 

Dit : - Me voilà ! je sors de la bouche d'un tel. -

 

Et c'est fait. Vous avez un ennemi mortel.

 

Victor HUGO (1802-1885), recueil Toute la lyre

 

* Je suis toujours preneuse de renseignements complémentaires sur le dit poème.

** dans un registre comique, le film Menteur, menteur (1997) avec Jim Carey dans le rôle principal fait une démonstration magistrale que tout n'est pas bon à dire !

 

Paroles entendues cette semaine dans une émission sur le secret, (ce qui est une des formes du silence mais pas la seule) : ce n'est pas le secret en lui-même qui est problématique mais lorsque le secret s'accompagne de souffrance qui toujours transparait dans l'infime de nos réactions. et c'est cette souffrance, ce poison qu'il faut extirper ou adoucir.

Partager cet article
Repost0

commentaires

H


Oui, peut être que tout n'est pas à dire.


Quoi que je dirait plutôt qu'avant tout doit être réfléchit. Dire de vilaines choses n'est qu'une petite patie de réalité et que chaque chose à son revers.


Comprendre avant de juger et surement plus appropié.


 


Oulà !!!!


Où me mène ce débat.


 


Au delà de nos mots, il y a nos émotions et ce bien elles qui provoquent les maux.


Nos émotions qui découlent de ces mots entendus, de ces vilains mots.


Nos émotions qui découlent d'un silence trop pesant, à demi caché.


Nos émotions qui découlent de silence imposé que le temps a déposé et dont on ne comprend le pourqupoi le comment.


Alors il est surement des silences a appivoisé, j'y reviendrais sur mon blog.


Mais il est des silences tels des verrous qu'il faut faire sauter avant que tout n'explose.


 


Merci de ce partage Jeanne.


Je suis passée voir Quichottine et je crois bien que je me suis perdue dans les pages de la bibliothèque.


 


Gros bisous



Répondre
J


Il ne faut pas enfermer la vapeur et la laisser se mettre en surpression. C'est sûr. Rien n'est simple.


Pour ce qui est de Quichottine, j'y resterais bien assez longtemps tant il y a matière à lire et à réfléchir ...


Quant à s'y repérer, c'est son labyrinthe qui fait son charme aussi ...


Bises



Q


C'est un poème que je connaissais et que j'adore !


Hugo avait du génie pour dire ces choses-là.


 


Bisous et belle journée, Jeanne.



Répondre
J


Ce sont des choses qu'on dit bien peu et j'ai beaucoup de réticence envers cette mode de la soi-disant transparence !


bises et belle fin de dimanche, Quichottine



F


Bonjour Jeanne


De bons conseils toujours d'actualité


mm pour les jeunes de nos jours


Biosus


Frieda



Répondre
J


Oh que oui et bien souvent une élémentaire prudence qui est bafouée par ceux qui mésusent des outils modernes de communication. Ces outils sont fabuleux mais ils ont aussi une puissance de
propagation instantanée, mondiale et inéffacable !


Bises et belle fin de dimanche



M


Bon vendredi.



Répondre
J


merci !



A


C'est vrai, un mot peut-être terrible aussi.... belle journée. Bises x 2



Répondre
J


Tout à fait d'accord et il faut aussi quelquefois avoir la générosité de se taire ...


Bises et belle fin de soirée



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères