Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 07:00

Chez les Croqueurs de mots, pour le défi n°42 chez Lily Jane, l'animal de compagnie est sollicité pour dresser le portrait de son maître ou de sa maîtresse.

 

Mais qui va prendre la plume ?

Défi des croqueurs n°42 : Un portrait trois fois subjectif

- Moi, je suis le chef de meute.

- Pas du tout Rantanplan, c'est moi la mère de famille qui ai fait preuve de savoir faire avec toute ma tribu.

- Notre tribu, tu oublie que je suis le père et que j'ai assuré moi aussi ! Pourquoi m'appelles-tu Rantanplan ?

- Parce que tu me fais penser au chien qui suit partout Luky luke. Tu t'es vu sur la photo.

- Ben quoi, je fais allégeance à notre maîtresse. Ce n'est pas pour cela que je suis trop gentil, bête et maladroit, même si je lui suis tout dévoué. Tandis que toi ...

- Dites donc les cabots, c'est moi qui habite ici depuis bien plus longtemps que vous. ... D'ailleurs, votre séjour ne devait pas être provisoire ? Bon, en qualité de vétéran, je la connais bien mieux dans tous ses états.

 

Ca m'étonnerait, tu n'as pas le droit d'aller dans sa chambre.

 

- Hélas, j'aimerais bien dormir sur ses pieds, ou me lover dans un tiroir plein de linge propre. Mais quelle histoire quand je parviens à me faufiler ! Elle me déloge avec un balai. De toutes façons l'été il fait trop chaud sous les combles et l'hiver il y fait trop froid pour moi. Il parait qu'elle dort mieux en chauffant peu, mais moi, je préfère la cuisine. Ca, c'est grâce à vous, avant j'avais le couloir et le pallier mais maintenant c'est votre domaine pour la nuit. Et le jour, j'apprécie les moments où elle m'accueille sur ses genoux et me prodigue les caresses que je lui réclame. C'est moi qui décide quand, mais j'ai bien repéré les moments où c'était possible. Le reste du temps, je me prélasse sur un coussin ou je suis la vie du dehors. Ah comme j'aimerais aller de l'autre côté de la fenêtre.

 

- C'est vrai cela, tu ne sors jamais. Pourquoi ? tu essaie bien pourtant. Comme nous essayons en vain d'aller sur ses genoux.

 

- C'est logique ! Vous vous voyez sur le canapé ou ses genoux avec votre taille et votre poids ? Et puis il y a des choses que les chats ont le droit de faire et pas les chiens. C'est comme ça. Je grimpe sur le piano, je pose près des divas. Mais je ne sors plus.

 

- Ah oui, tu es sorti ?

 

- Tout un été, quand mon maître m'hébergeait. Ils avaient fait tant de bruit et de fureur une nuit avec ses copains que je m'étais enfui dans la rue. Il faisait beau, les poubelles étaient bien garnies ... Je regrettais seulement les visites de sa mère. Je l'avais tout de suite kiffé. Non seulement elle voulait bien de moi contre elle et me caressait, mais c'est souvent grâce à elle quand le frigo n'était pas vide et que j'avais un paquet de croquettes. Pendant mon escapade, je m'approchais quand elle arrivait avec sa voiture. Mais c'est mon maître qui cherchait à m'attrapper.

 

- Et il a réussi à t'attrapper ?

 

- Non, il s'est mis à faire très froid et je suis rentré me réchauffer. Ensuite, je suis arrivé ici pendant qu'il partait vers ses ailleurs incertains.

 

- Et l'ailleurs ne te manque pas ?

 

- Non, seulement le dehors. Ici, c'est le confort et la sécurité, le calme aussi, sauf depuis la fin du printemps. Elle m'empêche de sortir parce que je suis porteur du FIV, le sida des chats. C'est autant pour protéger les chats du voisinage que moi. Quand on l'a découvert, le véto a dit que je pouvais vivre jusqu'à 4 ou 4 ans et demis ... et je suis toujours là. Mais le moindre bobo s'infecterait. Alors j'y tiens à ma maîtresse, comme à la prunelle de mes yeux et je veille sur elle et vous avez intérêt à la respecter, compris !

 

- Nous ne savions pas ! tu n'as pas intérêt à nous griffer oui nous mordre alors. Ne nous approche plus.

 

- Il n'y a pas de danger, vous n'êtes pas des chats ! Et mes rebiffades, c'est seulement pour vous tenir à distance. Vous m'intimidez avec votre dynamisme et votre stature de géants. Rita surtout ! Te souviens-tu Virus, du jour où après une bêtise, j'étais venu me réfugier contre toi ? Au lieu de me punir, elle s'était mise à rire.

 

- Oui, je me souviens, c'est l'époque où elle m'avait soigné d'une vilaine morsure. Je suivais mon maître mais là, elle avait accepté de me garder. J'avais dévoré un livre de contes et, ça, elle n'avait pas aimé du tout. Tu comprends cela, Rita. On ne mange pas les livres, même quand on s'ennuie en son absence.
Après, quand elle revient ce sont des cris et elle nous punit tous les deux !

 

- oh je ne ferais pas de bêtises si tu ne m'aidais pas à les faire. Tu te souviens des longues heures où l'on attendait notre maître ! et quand elle part le conduire au train, j'ai toujours peur qu'elle ne revienne pas non plus !

 

- Oh oui ! nous sommes bien chez elle. Juste un peu ennuyeux maintenant que le froid et la pluie nous confine à l'intérieur.


- Et puis son jardin est bien trop petit. Nous avons besoin de grands espaces pour courir et nous dépenser.

 

- Alors évidemment, quand elle nous laisse seuls et que nous avons le loisir de chahuter, eh bien oui, il y a des dommages collatéraux.
Nous, nous n'avons pas d'intention malicieuse. Mais elle, elle dit que nous faisons des bêtises et alors là, elle crie et nous gronde. Tu comprends cela toi, qu'elle ne soit pas contente ? C'est pourtant drôle tout ce sable qui sent bon et qui s'éparpille !

 

betise-du-09-11-10.JPG

 betise-du-09-11-10-detail.JPG

 

- J'avais fait des progrès, ils ne sont grignotés que sur les bords. Elle nous a flanqué dehors attachés comme dans la fable de La Fontaine. Elle n'avait pas l'air content du tout.

 

- Bah ! je savais bien qu'elle ne nous oublierait pas. La pluie nous a délivré très vite. Et puis au moins on était dehors.

Tu parles ! sans pouvoir courir et creuser des trous.

 

- Ca non plus elle n'aime pas. C'est comme quand on se bagarre sous la haie de tuyas.

 

- On fait semblant.

 

- C'est ce que tu prétends mais tu vois, elle a bien raison de te houspiller, Rita, même pour rire tu me fais vraiment mal quand tu me mordilles la peau du cou. Moi, je suis le chef de meute, c'est parce que j'ai peur de te faire encore plus mal que je ne me défends pas. et puis je sais qu'elle va crier.

 

" Rita ! laisse le. sors de la haie.

Et toi aussi Virus sors de là sors de la haie. "

 

- Toi, tu vas toujours t'y réfugier. tu parles que tu serais le plus fort. ...

 

- Bon je vais essayer de lui obéir. Je n'aime pas quand elle a de la peine de me voir indocile et exubérante. Mais j'ai de la vitalité inemployée,moi !

 

- Chut ! ne la fais pas crier, on l'aime bien notre maîtresse de substitution. Avec elle; c'est la douceur et la sécurité d'une vie bien réglée et avec notre maître, c'est l'aventure et l'incertitude.

 

C'est drôle, tu dis comme le chat, mais nous ne resterons pas, c'est elle qui l'a dit.

 

Vous l'aurez compris, si le chat obéit à sa maîtresse (enfin, pas toujours), les chiens apprécient la compagnie de leur maîtresse mais sont encore très inventifs quand elle les laisse seuls. Et leur maître semble bien profiter de la disponibilité contrainte de sa mère.

 

Nous savons bien que nous l'encombrons et aussi que nous l'empêchont de partir dans sa famille ou en vacances.
Mais notre maître n'a pas conscience de ce que cela lui coûte de renoncements.

Partager cet article
Repost0

commentaires

J


jolis mots de tes 3 chouchous ...pour te décrire avec amour ..
je te remercie de m'accueillir dans la communauté,que je retrouve avec plaisir ...
belle soirée


biz de la jardin zen



Répondre
J


heu, ilos ont peut-être un peu forcé la dose sur la pommade. Je suis obligée de me fâcher aussi, même si je n'aime pas le faire.


Bises



L


Bonjour Jeanne


Bravo et merci pour ce récit qui nous permet de faire davantage connaissance


On les aime ces animaux mais tu as bien raison, il est très difficile de leur faire


comprendre ce que veut dire le mot "bêtise"


Très belle journée, bise, Lyly



Répondre
J


J'en connais d'autres, qui tiennent sur deux pattes, qui ont bien du mal à comprendre ce mot également !
Bioses et belle fin de semaine



O


Petite réponse à la réponse : Si on ne publiait que ce qui nous donne vraiment satisfaction on ne publierait pas grand chose, du moins en ce qui me concerne, mais le but n'est-il pas d'abord de
s'amuser un peu ?


 



Répondre
J


Je suis d'accord ave toi, mais là, c'est vraiment un brouillon. Et puis si ce n'était pour le jeu, je n'aurais rien publié en effet.



J


Bonjour ma Jeanne.... Pas de tout repos n'est-ce pas...  Là pour avoir de la compagnie tu as de la compagnie et du travail...  Mais que veux-tu !!!  Bisous de jill, la bonne
journée Jeanne...    JB



Répondre
J


Mais oui, je les aime bien ses bêtes, à mon fils, mais en attendant, j'ai trop peu d'espace et cette situation dure un peu trop longtemps !



T


Coucou Jeanne !!! je comprends que tu aies envie de te retrouver avec le chat... les chiens ne  font pas dans la semoule mais bien des "pâtées" de sable     tu t'ennuierais non ? s'ils étaient loin !! belle page pleine de mansuétude à leur égard !! bizzoux , tu veux pas une
"farfouille" en pension....



Répondre
J


Je commencerais par essayer de rattrapper le temps perdu en allant voir ma soeur qui se désole depuis le printemps et dont la santé continue à se dégrader. J'irais prendre un peu l'air, et
surtout je reprendrais en main ma petite maison.
Ta Farfouillette te manquerait aussi je suis sûre et ici, elle manquerait d'espace ...



O


Ce dialogue de bêtes est fort bien mené, on s'y croirait ! Et il y a quelques réflexions qui ne manquent pas de sel !



Répondre
J


mon dieu, j'ai mis ce texte en ligne quand même mais ce sont des mots sur le papier de brouillon refait et toujours trop bavard pour oublier finalement l'essentiel. Je l'ai publié quand même
parce que c'est un petit pan de la vie que je mène en ce moment malgré moi. Mais non, le texte ne me satisfait pas.



E


voilà des compagnons savants! et de plus ils racontent fort bien , on voit qu'ils ont" rencontrés " des livres au
milieu du sable...ils sont très beaux tes compagnons bisous



Répondre
J


Mais un peu encombrants et surtout, ils ne savent pas rester seuls ! leur vrai maître n'a pas une vie lui permettant de les avoir mais il se défosse sur moi et cette situation dure trop
Bises



J


Quel dialogue ! Très vivant ...Bonjour les dégats ! Ah ces animaux ... si on les avait pas !


Bonne journée Jeanne et bonjour à la tribu !



Répondre
J


Comme tu dis, mais ceux-là avec leurs états d'âme, ils me compliquent singulièrement la vie en attendant que leur maître trouve une solution d'hébergement



H


Un dialogue que j'ai adoré ! Je me souviens bien des photos de livres dévorés il y a quelques mois .
Ils ont beaucoup de chance de t'avoir, et je suis sûre qu'ils le savent très bien .. Un animal est une contrainte aussi, tes enfants ne semblent pas s'en souvenir..


Gros bisous Jeanne



Répondre
J


Mon fils a ses galères et ses chiens, je suis sûre qu'il aimerait bien pouvoir s'en occuper. Mais comment travailler sans logement et avec deux grands chiens. Quand il a recueilli la deuxième, je
gardais le premier de manière épisodique, j'ai levé les yeux au ciel et lui ai dit que je ne m'en occuperais pas ... et vous voyez comme j'ai tenu parole !



Q


Navrée d'apprendre pour ton chat.


Tes pensionnaires font de sacrés dégâts !!!


En tout cas, tous parlent très bien et ils t'aiment... alors, je suis sûre que tu leur pardonnes leurs bêtises !


... mais te priver de vacances, c'est galère. Tes enfants ne vont pas les reprendre du tout ?


 


Bisous et bonne journée, Jeanne. Défi superbement relevé !



Répondre
J


Il y a certaines bêtises qui ne sont pas admissibles quand même et ce blues d'après élevage mle semble durer un peu trop. Il est vrai que je ne suis pas capable de les emmener en promenade, ils
sont trop fougueux pour mon arthrose et mon manque d'aquilibre. et ils manquent d'exercice.


Mon fils cherche un logement. Peut-être alors pourra-t-il reprendre ses chiens



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères