Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2010 6 09 /01 /janvier /2010 21:00
~ Billet 321 ~

 

galettete2.JPGUne semaine avec des mots de tête n°19 tellement effervescents qu'ils ont migré sauvagement le long de ma colonne vertébrale.
Brunô a proposé un drôle de challenge aux Croqueurs de mots.
                                                          
                                               La création du monde

Vaste question irrésolue, vaste débat au-delà des polémiques, enchantant les imaginaires, figeant les opinions dans leurs vérités opposées, vaste sujet emplissant les bibliothèques, ornant de  fresques et de statues les murs et les vitraux des plus beaux monuments du monde, animant de thèmes tumultueux les plus belles mélodies ...
Comment ajouter des mots ou des images à un tel sujet ?

D'autant que s'invitant dans la réflexion, le dernier numéro de Le Monde des Religions m'est arrivé par la poste ce lundi.
Et devinez le thème de son dossier :

MDRjanv2010

Dieu et la science. Inutile de vous dire que cette revue m'a fourni de la lecture pour la semaine.



j'ai eu, pour une fois envie de vous proposer une légende. Ce ne devait pas être très difficile de trouver dans mes rayonnages un conte sur ce sujet universel. Je suis allée droit vers trois tomes de la collection Gründ que j'ai gardés.

contesBirmanie     Je n'ai pas lu d'histoire de création du monde dans les Contes de Birmanie, Gründ 1986,
textes de Maung Htin Aung,
 illustrations Irena Tarasova,
Adaptation française Claude Clément.


legendessoleilMais j'étais sûre d'en trouver dans les Légendes de la lune du soleil et des étoiles, Artia 1977, Prague, Gründ 1977, septième tirage 1987, racontées par Jiri Serych, illustrées par Jan Kudlacek, traduction de Ivana Segers.
Et bien entendu, je n'y ai que l'embarras du choix tant l'imagination est riche et variée.


J'aurais pu vous conter celui-ci "Les météores et le soleil volé"

"C'était il y a longtemps, bien longtemps, quand rien n'avait encore existé, même pas notre monde. [...]"

ou celui-ci "Le forgeron céleste et l'aède*"

"Profond et sombre s'étendait le firmament et à l'infini l'espace céleste. [...] L'Ancien ... perdu dans ses pensées, ne les avait même pas entendus. on regard fixait les ténèbres infinies ...
-Le temps est venu de créer le monde ! [...]"

Contes TibetMais celui que je vais vous résumer est extrait des Contes du Tibet et d'autres pays d'Extrême-Orient,Artia 1974, Gründ 1974, septième tirage 1988, racontés par Dana et Milada Stovickova, illustrés par Eva Bednarova, traduction Yvette Joye, arrangement graphique, Jaroslav Svab.
(mes excuses de ne pouvoir ici mettre l'accentuation sur les noms propres).


Je le retiens pour l'illustration toute trouvée, que j'ai déjà mise en ligne ICI.
et pour sa morale.
Car , comme Perrault l'écrivait déjà dans la préface
"[...] N'est-il pas louable à des Pères et des Mères lorsque leurs enfants ne sont pas encore capables de goûter les vérités solides et dénuées de tous agréments de les leur faire aimer, et, si cela se peut dire, de les leur faire avaler, en les enveloppant dans des récits agréables et proportionnés à la faiblesse de leur âge. Il n'est pas croyable avec quelle avidité ces âmes innocentes, et dont rien n'a encore corrompu la droiture naturelle, reçoivent ces instructions cachées. [...]" (extrait plus large cité dans l'introduction de Mille ans de contes aux éditions Milan, 1992, p7


Le tribunal céleste


Le monde n’était que ténèbres et brouillard, rien que brouillard.

Dieu lui-même ne se sentait plus que brume.

Il était seul au monde et la tristesse l’envahissait.

Alors d’un geste d’une main il fit la lumière et l’ombre de l’autre main.

D’un autre geste le ciel se balança et la terre se mit à tourner.

D’un troisième, il fit apparaître le soleil d’un côté et de l’autre les étoiles.

 

Au ciel il donna l’espace infini, au soleil l’ardeur du feu, aux étoiles une froide lumière.

 

A ses pieds, la terre était vide  et muette, triste.

 

Alors il la modela de vallées et de montagnes, de ruisseaux et de fleuves, accrocha les nuages aux sommets, y ajouta le vent..

 

Il planta des arbres, y mit des nids d’oiseaux et bien d’autres animaux.

 

Au soir, sentant venir la fatigue, il créa en dernier les pierres et les gens.

 

« Aux pierres, il dit :
-C'est sur vous que reposera la monde, vous vous multiplierez et vous répandrez sur toute la terre. Je vous bénis, vous et vos descendants.
Et Dieu contempla les pierres, qui se mettaient à se multiplier, formant de petits tas, puis des tas plus gros, puis de gigantesques amas qui recouvraient toutes les montagnes.
Ensuite, il se tourna vers les gens et leur dit :
- A vous autres, je donne l'intelligence et l'immortalité. Vous serez les jardiniers de la friche terrestre. Je vous bénis, vous et vos descendants. 


Alors les gens se sont répandus sur la terre. Dotés de l'intelligence, ils ont transformé les friches terrestres en jardins fleuris.


Et Dieu, satisfait, regagna son logis céleste, dans les hauteurs nuageuses. ».

 

Durant de nombreuses années les pierres habillèrent les montagnes et les gens cultivèrent les vallées et les plaines.

 

Mais  vint un temps où chacun manqua d’espace vital.

Les gens cultivèrent les pentes en terrasses et les pierres roulèrent dans les vallées et les prairies jusqu’aux labours.

 

Entre les hommes et les pierres, la mésentente s’installa. Les pierres faisaient tomber les gens et les gens déblayaient leurs terrains et jetaient les pierres dans l’eau.

 

Les pierres se mirent en colère et dévalèrent la montagne.

Les gens étaient écrasés et criaient en vain.

Leur immortalité ne les laissait même pas mourir pour échapper à ce supplice.

 

Dieu finit par entendre le grondement des pierres et la clameur des gens et se hâta vers la terre.

 

 Les pierres, devant lui, restaient immobiles.


- Dorénavant, déclara Dieu, vous ne vous disputerez plus.

Vous, les pierres, vous cesserez de  vous multiplier et vous resterez là où vous êtes. Et pour tout le mal que vous avez fait aux gens, ils pourront vous extraire, vous tailler et faire leurs maisons avec vous.

Et vous, les gens, vous cesserez d'être immortels.

 

Et Dieu, satisfait, regagna son logis céleste, dans les hauteurs nuageuses.
 

Et le conte se termine par cette phrase :

« Comme vous le voyez, il a bien jugé. Depuis son jugement, les hommes et les pierres ne se disputent plus entre eux ! »

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q

Il ne faut pas regretter d'avoir écrit ce conte.

Il est beau, très...

Et même si tu ne l'avais pas écrit, ça n'aurait rien changé.
Le destin écrit seul sur ses pages, et l'homme n'y peut rien.

La nature balaie quand elle veut, seulement pour nous montrer ce que nous sommes, un simple grain de sable dans l'immensité.

Je t'embrasse fort, Jeanne.


Répondre
J

je sais que cela n'aurait rien changé.
C'est juste le téléscopage des deux.
Nous sommes un grain de poussière dans totu ces unviers imbriqués dont on ne devine qu'une toute petite partie et sans doute notre image en est elle-même déformée.
Il n'empêche que certains qui veulent en savoir plus me semblent en ce moment jouer aux apprentis sorciers. Sauf que je ne sais pas s'il connaissent la formule pour arrêter ...


P

j'ai bien aimé toute ta présentation littéraire sur le vaste sujet lancé par Bruno, et le conte du Tibet m'a particulièrement plu, merci Jeanne pour le partage de toutes ces recherches


Répondre
J

le cont est plus long dans le livre et je regrette qu'il n'en soit pas donné l'origine plus précisément. Ce peut être d'un autre pays d'orient.


J

bonsoir ,merci de ton passage ..
j'ai encore plusieurs de ces livres de contes gründ..
ce conte sur la création du monde m'a beaucoup plu..l'homme atrouvé d'autres"pierres" avec lesquelles se battre ...
bizzzzzz


Répondre
J

comme tu dis, les gens ont toujours des pierres dans leur jardin qui les dérangent !


F

c'est une belle morale, mais les hommes n'ont pas besoin des pierres pour se disputer!!


Répondre
J

oui, comme tu dis les hommes savent se disputer avec n'importe quoi et d'abord avec les mots ou à propos des mots ...


A

Très beau conte, qui se rapproche un peu de la vision qu'avaient les Mayas dans le popol vuh, même si le terme de "Dieu", mais comment appeler cette force de création, évoque la théorie du
créationnisme qui me gêne quelque peu aussi. AD


Répondre
O

Si les pierres et les hommes ne se disputent plus entre eux, on ne peut malheureusement pas dire la même chose des hommes entre eux... Le monde est fou parfois et les hommes ne savent pas profiter
agréablement du peu de temps qui leur est accordé sur terre. La jalousie, la rivalité, la violence ont aussi fait partie, hélas, de la création...

Quant aux références de livres que tu donnes, je vois que tu apprécies les parutions des éditions "Gründ". J'ai quelques ouvrages de ces éditeurs aussi et j'aime beaucoup.

Bon dimanche à toi Jeanne ! 


Répondre
J

ces livres ne me semblent plus figurer à leur catalogue. Je ne sais pas comment leur ligne a évolué car depuis ils ont fusionné avec un ou d'autres éditeurs.
j'aurais aimé une introduction resituant le conte dans son lieu et son époque. A l'époque, cela ne se faisait pas.
Le conte du livre est bien plus long.
belle semaine Oxygène


B

Merci pour ces recherches, un beau travail et un superbe conte mais si les hommes et les pierres ne se disputent plus entre eux, il n'en est pas de même pour les hommes entre eux, il faudrait que
Dieu intervienne de nouveau.
Encore bravo pour cette participation
Bises


Répondre
J

et si les hommes arrivaient à s'entendre, tout seuls pour changer ?
bises


P

Et bien dis donc, beaucoup de recherches et aussi d'écrits à faire !!!

Bon dimanche avec bises !!


Répondre
J

Beaucoup d'arrêts en enfance surtout : je me suis replongée avec plaisir dans ces livres que j'avais achetés quand mes enfants étaient petits. Mais on peut en faire aussi une lecture adulte
distanciée car ces collectes ont été faites dans la Tchécoslovaquie post 1968, celle du "socialisme à visage humain" du moins sur le papier et de l'émergence d'intellectuels de grande qualité.
bises et belle journée


H

Un vraie bonheur que ce défi.
Je suis forte aise de ne pas avoir à me disputer avec les pierres, quoique des fois elles arrivent à faire jurer.
gros bisous


Répondre
J

Pas en Irlande je crois car je viens d'entendre aux infos qu'ils vont faire l'objet d'amendes ...
bises


C

c'est un sacré sujet que tu as bien traité. 
bonne soirée
clem 


Répondre
J

difficile et je n'arrivais pas à faire le tri entre la réflexion critique et les images qui me venaient.
Je suis particulièrement inquiète du succès des créationnistes !


Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères