Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 10:00

Drôle de titre allez-vous penser. Je vais essayer de vous expliquer le cheminement de ma pensée. Tout à l'heure en consultant mes newsletters, j'ai ouvert cet article du Huffingtonpost :

J'ai l'âge d'être grand-mère et ma maman, à mon âge avait même trois ou quatre arrière-petits enfants. Cet article qui répond à certaines de mes réflexions depuis que je vois les gens happés par leurs téléphones portables en tous lieux et en tous temps a eu aussi le mérite de me renvoyer à ma propre enfance.

Point de téléphone mobile à l'époque où moins de la moitié des foyers étaient dotés d'un téléphone fixe.

Avoir une ligne prenait quelques mois, coûtait le raccordement aux lignes téléphoniques sous forme d'un forfait qui permettait la mutualisation des coûts d'infrastructure mais qui était un frein malgré tout pour les bourses les plus modestes.

L'abonnement n'était pas négligeable et surtout les communications étaient facturées à la durée par zone. Tous les deux mois la facture de téléphone était attendue avec crainte quand on en avait usé.

Inutile de vous dire que le téléphone n'était pas un objet en libre service pour les enfants, du moins dans la plupart des familles aux revenus budgétés.

Et la bande dessinée alors ?

J'y viens ! J'habitais en Normandie, une région où les vacances n'étaient pas toujours synonyme de beau temps et où, grâce à l'amélioration des techniques d'imprimerie, et au succès de Walt Disney, la bande dessinée jeunesse s'est développée en force vers la fin des années cinquante et le début des années soixante. 

Il y avait déjà le phénomène Tintin qui a largement contribué à l'épanouissement des la bande dessinée belge.

Il y avait les pro Mickey, dingo Picsou avec le journal de Mickey, et il y avait les pro marsupilami et Spirou et bien sûr le magazine Pilote.

Mais à la maison, le débat se posait en amont entre grand parents privilégiant la lecture de "vrais" livres et des parents appréciant les BD.

L'avantage des étés pluvieux était qu'il y avait du temps à occuper pour les deux formes de lecture. J'ai eu des camarades de classe où les BD étaient proscrites, des oncles qui n'appréciaient pas non plus. Un papa vite rassuré sur mon avidité à lire qui faisait davantage attention aux contenus tant des images que des histoires.

Mais je doute que papa ou maman aient eu le contrôle en amont sur toutes les BD que j'ai lues, ni même qu'il ait été possible d'en mesurer toute la portée. 

Du reste, les journaux avaient leurs planches de BD à la couleur de leurs idéologies et je me souviens avoir lu sur les journaux qui servaient pour s'essuyer dans les cabinets du jardin de ma tante "des voyages de missionnaires qui se terminaient dans les marmites de ces vilains sauvages cannibales." !!! à un âge où j'étais encore tenu à l'écart des BD, à un âge où je savais déjà lire, soit environ 7 ans.

Partager cet article
Repost0
22 août 2019 4 22 /08 /août /2019 10:00
Ubuesque ou kafkaien ?

Je ne sais si c'est le préfet, le préfet de région ou les lobbies des gros agriculteurs de Bretagne qui sont à l'origine de cette action en justice. Je n'aimerais pas être à la place des juges administratifs qui vont avoir à prendre une décision "en droit".

Car en droit, l'assignation est malheureusement recevable, du moins si l'on s'en tient au pied de la lettre des méandres pointilleux des multiples décrets d'application des lois et décrets, notamment ceux qui délimitent les compétences des différents représentants du pouvoir central déconcentré et des collectivités territoriales décentralisées. Un mille feuilles devenu de plus en plus indigeste au fil du temps et des "tentatives" de simplification.

Mais si l'on s'en tient aux textes généraux (ce qui était l'esprit du grand chantier d'établissement de notre droit moderne par les codes napoléon et pour une fois qu'il a piloté quelque chose de bien ou du moins qu'il a tiré les bénéfices de son aboutissement entrepris sous la première république),

"Le maire concourt par son pouvoir de police à l'exercice des missions de sécurité publique et dispose d'une large compétence en matière de police municipale, puisqu'il est notamment chargé d'assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques, la liberté de la voie publique, la prévention et l'organisation des secours contre les catastrophes."

"Il publie à cet effet des arrêtés municipaux, pour, par exemple, réglementer la circulation, le stationnement, la baignade et la navigation sur sa commune, autoriser l'ouverture des établissements recevant du public (ERP), prescrire des travaux en cas de mise en danger de la population ou de l'environnement."

 

* La Tribune, journal économique et financier français créé en 1985

Partager cet article
Repost0
4 juin 2019 2 04 /06 /juin /2019 08:00

S'il est un contemporain qui m'a permis de tenir debout dans ma tourmente de la décennie 1990 par les lectures de ses écrits, dans toute la complexité d'une pensée trop souvent réduite à ses petites phrases, c'est l'un des rares noms que je citerais sans hésitation.

Avec d'autres penseurs passés à la postérité. Avec aussi quelques écrivains qui font avancer les idées par le roman, le conte ou la poésie. Mais ceux-là sont bien vivants et j'espère pour encore longtemps.

Le contrat naturel, 1990, Le Tiers-Instruit, 1991 que j'ai lu et relu plusieurs fois, ainsi qu'Atlas, 1994, Hominescence, 2001, Le Mal propre : polluer pour s'approprier, 2008.

Et la série des Hermès découverte à postériori d'une décennie 1980 qui m'avait coupée de la marche de la pensée vivante.

J'avoue avoir été dépitée par ce que j'ai pris pour un excessif optimisme lié peut-être à l'âge lorsqu'il a publié son plus grand succès populaire Petite Poucette en 2012.

Sans aucun doute plutôt parce que je n'ai écouté que les sirènes médiatiques à la recherche de réassurance sur fonds (trop ?) désespérants qui m'ont fait passer à côté de ses autres publications du moment et à suivre ... (Andromaque, Veuve noire, 2012, Les temps nouveaux, 2013, Pantopie, de Hermès à Petite Poucette, 2014, Yeux 2014, Le gaucher boiteux, 2015,  etc. ). J'essaierai de me rattraper car il faut bien avouer que si la parole du philosophe est limpide, sa pensée écrite est d'un abord beaucoup plus difficile et je lis moins vite et moins maintenant.

Du reste, lors de ses entretiens sur les ondes, il cherchait à tempérer ses titres péremptoires et les petites phrases sorties de leur contexte de raisonnement complexe.

Je n'ai pas lu C'était mieux avant ! où il démonte cette opinion répandue et démontre que non ce n'était pas mieux avant, même si certains pans de nos évolutions sociétales montrent l'évidence de régressions et d'impasses très inquiétantes.

J'ai bien envie de lire son dernier livre Morales espiègles, 2019, qui lui a valu son dernier entretien sur France Inter le dimanche 26 mai 2019, à 7 jours de sa mort.

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 16:13
8 mars : de la journée de la femme à la journée internationale des droits des femmes

A Anne-Sophie

 

Sauf que sur le site de L'ONU, comme le titre est trop long ...

No comment !

Je ne sais pas pourquoi je ne serais pas étonnée, si j'allais fait quelques courses au supermarché, de me voir offrir une rose à la caisse. Sourire.

S'il est de bon ton de se réclamer en haut lieu de la convention d'Istanbul, je vous demande Qui la connait ? Qui en connait la teneur ? Qui sait où elle est sensée s'appliquer ?

La convention d'Istanbul est un traité. Ça commence bien. Je chipote ! Un traité est une convention entre Etats et/ou entités ayant une existence en Droit international. C'est souvent un processus complexe qui est signé puis ratifié puis mis en application par les institutions qui l'ont ratifié.

Signée à Istanbul (d'où son petit nom) le 11 mai 2011 par 13 des 47 Etats membres du Conseil de l'Europe, son entrée en vigueur le 1er août 2014 pour les premiers Etats l'ayant acceptée, était conditionnée à sa ratification par 10 signataires dont 8 Etats. La Turquie a été la première à la ratifier le 14 mars 2012. Au 5 mars 2019, l'Union Européenne et 45 des 47 Etats du CE l'ont signé et 34 Etats l'ont ratifié.

Sans oublier que au-delà des droits, le chemin des mentalités est encore long contre les à-priori millénaires et les interdictions de fait.

Sans oublier que au-delà des droits, le chemin des mentalités est encore long contre les à-priori millénaires et les interdictions de fait.

Partager cet article
Repost0
16 février 2019 6 16 /02 /février /2019 18:00

Dans la nuit du 14 au 15 février, il y a tout juste un an, notre amie s'éteignait. Elle n'aurait pas dû mourir ainsi ... Elle n'aurait pas dû mourir du tout si . . .

Elle est l'une des nombreuses victimes de la dégradation de notre système de santé et notamment des services d'urgence.  Les soignants en sont les premiers malheureux.

Elle est morte d'une suite d'errances et de ratés, pas de la grippe. Peut-être que la grippe l'a achevé. Peut-être ... A-t-elle eu la grippe d'ailleurs ?

Ma colère, contre personne en particulier mais contre tout, n'est pas éteinte. A qui en vouloir ? Et en ce moment, à chaque slogan sur la grippe, c'est une piqûre de rappel qui ravive cette rage. Et je ne dois pas être la seule. Non, on ne meurt pas de la grippe, on peut mourir des complications de la grippe. On peut mourir d'une autre affection grave qu'on a pris pour la grippe. on peut mourir de l'aggravation d'une affection qu'on aurait pu détecter et ou soigner à temps ...

"On", c'est à dire des êtres humains, pas des statistiques.

Pour notre amie
Pour notre amie
Pour notre amie

Partager cet article
Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 16:00

Certains bénévoles s'y appliquent pour éplucher la presse et en faire un décompte rigoureux, du moins de ceux qui sont médiatisés ce qui n'est le cas que lorsque la mort violente est évidente.

Partager cet article
Repost0
8 décembre 2018 6 08 /12 /décembre /2018 15:25

Et pour éviter encore des morts et des morts, une charte qui fait l'objet des plus folles rumeurs

Qui se souvient de cette série de billets que j'avais initiés cet été sans bien sûr en présumer la suite ?

Cette semaine, alors que l'on s'agite dans mon pays pour mieux vivre, certains se récrient que l'on se préoccupe de s'entendre pour mieux réglementer les passages aux frontières (ceux qui sans doute voudraient les voir verrouillés, cadenassés ... comme ce que l'on voit tout le long de la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis).

Cette semaine, lundi soir, un petit bateau surchargé a chaviré après avoir dérivé sans eau ni nourriture pendant 11 jours. De ces 25 migrants, 15 se sont noyés tandis qu'enfin on lui portait secours.

Cette semaine,  les ONG MSF et SOS-Méditerranée en quête des autorisations de naviguer et d'un nouveau pavillon ont annoncé que l'Aquarius, bloqué à quai depuis le début d'août 2018, ne naviguerait plus. L'Aquarius affrêté en 2016 pour sauver des vies sur la méditerranée a porté secours à environ 30000 personnes (oui, ce sont des personnes !), une goutte d'eau dans l'océan des péris en mer, ceux dénombrés (l'OIM en "comptabilisait cet été 2018, 16852 victimes en 4 ans et demi) et ceux doublement clandestins dont on ignore le départ ou la continuation de la route et à l'évidence leur sinistre destin dans les profondeurs marines.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 10:00

Avec un peu de retard car je boude toujours Internet en ce moment où Internet boude encore fugacement ma connexion, quelques dizaines de secondes une ou plusieurs fois par jour, mais quand c'est au moment crucial d'une mise à jour ou de la saisie d'un questionnaire en ligne (grrrr !!!) ...

Rachid Taha vous allez me dire que vous ne connaissez pas. 

Vraiment ? moi je connaissais et sa reprise dans son groupe Carte de Séjour m'avait réjoui. Vraiment cela avait du sens et redonnait du sens à de multiples valeurs que pose cette chanson dès sa création sous l'occupation par Charles Trénêt, récupérée à la fois par les pétainistes (douce France vassalisée) que par les résistants (liberté dans ma France libre) et les multiples couches qu'y ajoute Rachid Taha dont il faut capter tout le talent de dérision mais pas que ...

Ses chansons faisaient partie de mon univers sonore surtout dans les années 1980 et 1990.

Et vous savez quoi ? Je n'avais pas la télévision à cette époque et je crois que je découvre son visage à l'occasion de cette triste disparition, prématurée oui, mais pas inattendue car il souffrait d'une maladie congénitale rare diagnostiquée à 27 ans et que le chanteur attribuait lui-même à la consanguinité de ses parents qui étaient cousins germains.

Dans sa discographie j'ai un faible pour  Rock the Casbah

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 16:00

Avec aujourd'hui le centenaire de la naissance de Mandela et mon étonnement de la faiblesse de l'écho qui m'en parvient

Partager cet article
Repost0
8 juillet 2018 7 08 /07 /juillet /2018 10:00
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères