Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2014 7 16 /03 /mars /2014 11:00

 

16e édition du Printemps des Poètes
8 mars - 23 mars

 

Vaste question sans réponse à laquelle j'ai bien envie de convoquer Michel de Montaigne sur le doute, Blaise Pascal sur le pari et Alain sur le bonheur, mais si, et Karl Marx (traduit en français) le vrai, pas la pâle et hideuse caricature qui en a découlé,  et Groucho Marx, le poète en images du cinéma muet, Clément Marot et François Villon et Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire, enfermée que je suis aux limites de ma langue maternelle.

 

Vaste question plus vaste encore lorsque je l'élargis à la poétique de toutes langues, de Goethe et Holderling à Oscar Wilde et T.S. Eliot, de Li Po et Zuhayr à Pablo Neruda ou Arun Kolatkar...

 

Le brave est pour moitié langue, pour moitié coeur,

quant au reste ce n'est qu'apparence de sang et de chair !

Le vieillard qui déraisonne ne se fera pas sage, il est trop tard.

Le jeune homme qui déraisonne s'assagira.

Nous demandons, vous donnez, nous redemandons, vous donnez,

mais qui trop souvent demande sera un jour privé.

Zuhayr, poète arabe pré-islamique, vers 530 - vers 600-630 ?,

traduction sur wikipedia

 

16ePdP-Aff_40x60-BD.jpg

 

et n'oubliez pas joyeux CROQUEURS DE MOTS encore sur OB ou ailleurs, que le défi n°119 sera lancé depuis le Quai des Rimes lundi 17 mars vers 8 heures du matin (heure de Paris eet de la chaume)

dixit la Coquille des Croqueurs, sous la houlette de Tricôtine, toujours bien occupée qui reste fidèle aux feuilles de route. (clic sur la coquille ci-dessous)

avatar-blog-1170648801-tmpphpMB7iXu croqueurs

***

*

Partager cet article
Repost0
1 février 2014 6 01 /02 /février /2014 11:00

 

Traditionnellement les duels autorisés puis interdits mais tolérés étaient des affaires d'hommes

 

Mais il faut bien constater que vers la fin, les affaires d'honneur entre hommes concernaient souvent des femmes.

 

Quid des femmes alors ? les duels entre femmes ne furent pas si exceptionnels qu'on peut le croire.

Comme l'indique cet article fort bien documenté Les duels de femmes

duel-de-femme.jpg

 

Mon esprit curieux a aussi voulu savoir s'il pouvait exister des duels mixtes (entre une femme et un homme).

Là au sens strict de duel de sang, je n'ai rien trouvé, mais en revanche j'ai trouvé une réflexion sur une question éminemment sensible datant de 2010 :

 

Femmes vs Hommes: Le duel. Quel sexe est le plus intelligent?

 

qui conduit vers un test toujours mis à jour ...

 

Ca promet !

 

et plus sérieusement : Arrêtons de dire aux filles qu'elles sont nulles en maths (article de l'express 22/11/2013)

.


Partager cet article
Repost0
20 janvier 2014 1 20 /01 /janvier /2014 08:00

 

glané chez Lili la rebelle

 

Ce cancer donne mauvaise haleine

Il se nomme : BÊTISE HUMAINE !

 

lettre-Bpeint.jpg  B comme bêtise, braconnier, bouchon, béquée, bonté, banane, beignet, bigre, beauté, boucher, bout, bout-en train,  ...

 

C comme cancer, cancre, cancaner, croire, contre, comme, commencer, continuer, ... con

.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2014 6 18 /01 /janvier /2014 15:03

 

Aphorisme trouvé en citation sur le blog de Aude Terrienne

 

C comme créer, commencer, continuer, conserver, courir, ...

A comme avancer, aller, attendre, atteindre, assimiler, assembler, accepter ...

 

Mettre au repos mon bras douloureux : impératif

D'où la nécessité de restreindre mes bavardages au clavier

 

Pourquoi est-ce que je commence ce nouvel abécédaire ? Des abécédaires, j'en ai déjà exploré plus d'un sur mon blog, notamment en poésie.

 

 

Ce que vous passez des années à créer, certains pourront le détruire

en un instant. Créez de toute façon.

Mère Teresa*

 

* Mère Teresa, de son nom patronymique Anjezë Gonxhe Bojaxhiu, née le 26 août 1910 à Üsküb, Empire ottoman, et morte le 5 septembre 1997 à Calcutta, Inde, est une religieuse catholique albanaise


(NB Je n'ai pas les moyens de vérifier si cet aphorisme est ou non de mère Térésa. Même après avoir retrouvé deux variantes du poème d'où serait tirée cette phrase que l'on retrouve sur plusieurs sites de bonne foi et aussi sur des sites de développement personnel. Et perso, j'ai autant de réserve pour ces marketeurs en bien être que pour les prosélythes de toutes les religions) 

      Désolée, agnostique je suis, agnostique je demeure ...

lettre-Apeint1.jpglettre-Cpeint.jpg 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2013 1 23 /12 /décembre /2013 07:00

 

""Le pardon sans l’oubli, la vérité sans la vengeance." Voilà, outre la constance dans le combat et le courage, la principale leçon de Mandela.

Voilà ce qui réunissait autour de sa mémoire tant d’hommes et de femmes venus de tous les horizons. Jusqu’à quelques chefs d’État ou de gouvernement, présents ce jour-là, qui se conduisent habituellement comme des forbans. Mais leur présence était un hommage du vice à la vertu, ce qui vaut toujours mieux que l’inverse."

C'est ce qu'écrivait Bruno Frappat dans les lignes du journal La Croix le 13 décembre 2013 aux heures où l'on fêtait devant le monde entier Nelson Mandela

Et il ajoutait :

"Ni vérité ni réconciliation, chez nous. Pendant des décennies, on fit comme si Vichy n’avait pas existé. Insidieux poison que celui du déni : il empêche les hommes de se regarder en face. Mais il encourage le goût de la vengeance et du ressentiment. Mandela avait peut-être, dans sa prison, médité sur le cas français : cette manière de passer sur le passé une éponge rougie par le sang."

 

en évoquant les lendemains de la deuxième guerre mondiale et ses suites jusqu'à aujourd'hui.

Il pourrait en être dit ainsi de bien d'autres conflits passés et présents.

 

Sans oublier évidemment nos vécus privés et leur lot de vilénies et d'infamies.

 

Je suis comme beaucoup en admiration devant ce que la puissance de la volonté et du désir a réussi à obtenir et à éviter pour passer de l'apartheid à la réconciliation en Afrique du Sud ; sans être dupe de toutes les imperfections et les misères et violences résiduelles, des non-dits restants des reculs devant l'ogre de la marche du temps mondial.

 

Un bain de sang a été évité, une transition a été possible.

 

Je reste cependant réservée sur les limites de l'exercice qui me semble non renouvelable.

Ma pensée achoppe en particulier sur la notion de pardon. Cette idée généreuse d'empreinte "bien pensante", je bute dessus. Je la trouve, dans bien des cas d'escalades de la violence, inopérante. Même quand les torts sont partagés. Ce qui n'est pas forcément le cas.

 

Il y a des pardons impossibles. N'est-il pas alors possible de faire la vérité, sans l'oubli et sans la vengeance ? 

Il est des pardons impossibles. C'était une belle invention pour la paix. Il faut inventer d'autres chemins en ces temps de moindre crédulité et de plus de consciences réclamant leur liberté de pensée, mais aussi en ces temps où l'art de la communication et de la manipulation des foules n'a jamais été aussi puissant, pour dépasser ces traumatismes, ces événements irréparables, ineffaçables et construire des avenirs apaisés, en se défiant de toutes les hypocrisies et de toutes les rancoeurs, blessures qu'il faut cicatriser sans en ouvrir d'autres.

 

barriere-givree---reduc.JPG

.

Partager cet article
Repost0
4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 15:00

Dans la suite de mes réflexions de dimanche Berck plage ... l'incompréhension !

mais pas que ...

 

La colombe assassinée, de Henri Laborit

Sous-titre : La violence et l'agressivité dans la société

 

"... dans l'ignorance de ce que nous sommes et avec un discours logique toujours prêt à fournir un alibi aux meurtres, aux guerres et aux génocides, quelque chose peut-il changer ?"

 

Celles et ceux qui passent régulièrement sur mes pages connaissent l'un des événements qui fait mon chagrin, mais surtout pourquoi j'en parle ...

 

Pour faire évoluer les comportements en témoignant

 

même si mon envie profonde et pour la tranquillité de mes proches, je préfèrerais faire silence et me concentrer sur le présent et les temps à venir.

 

Mais justement, se taire, c'est aussi éluder les questions du pourquoi, se fermer le chemin pour comprendre ou du moins pour chercher à comprendre.

 

Aujourd'hui, l'Homme au chapeau melon de Magritte, vu sur le blog de mamazerty, m'a renvoyé à l'expression

La colombe assassinée

 

Pourquoi ? je ne saurais dire. Je pensais à la colombe est blessée de Jacques Brel, que j'ai évoquée récemment.

 

Comme à mon habitude, j'ai eu le réflexe de requérir sur Google (désolée de citer ce moteur de recherche, c'est le plus performant et tant pis si dans ses fiches, je serai étiquetée comme écoutant Radio libertaire).

 

Bon, je n'aurais pas dû écrire cela j'ai déjà perdu une partie de mes lecteurs ...

Tant pis, ils ont tort en se privant d'en savoir la genèse, mais tant pis.

 

Car je suis en train d'écouter, enregistré sur cette radio et diffucée sur YouTube, un entretien, ou plutôt un monologue exemplaire de Henri Laborit sur l'agressivité, à propos de son livre

 

La colombe assassinée, éditions Grasset, 1983

 

Si le sujet vous intéresse, je vous encourage à réserver le temps nécessaire pour écouter attentivement cette leçon magistrale d'un grand penseur et d'un grand biologiste.

 

La colombe assassinée, Henri Laborit sur Radio libertaire

 

Les jeunes générations n'ont peut-être pas entendu parler d'Henri Laborit. J'en frémis. Ce n'est pas si loin pourtant.

Rapellez-vous le film Mon oncle d'Amérique, d'Alain Resnais, en 1980

 

Henri Laborit, 1914 - 1995, médecin chirurgien et neurobiologiste, essayiste, inventeur du premier neuroleptique pour le traitement de la schyzophrénie. 

L'un de ses grands mérites a été de porter les neuro-sciences à la compréhension du grand public, mais cela lui a valu aussi de ne pas recevoir le prix Nobel pour lequel il avait été nommé.

 

colombe rd 

.

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 09:00

 

      encore un brouillon daté du 18 novembre 2012 que je sors de l'oubli...

 

pensée floue - reduc1    

"La pensée, on l'oublie trop souvent, est un art, c'est-à-dire un jeu de précision et d'imprécision, de flou et de rigueur."

Gérard Namer


pens-e-blanche2.jpg 

 Pensées floues sur le temps du blog

La minute à venir,
le temps présent pour la vivre,
elle est dépassée.

     Jeanne Fadosi, samedi 19 septembre 2009

 

bleuet-bleuissant-et-tremblant---reduc1.jpg

bleuet qui, aux alentours de la fin de l'année 2008, voulait faire un rêve de paix.

J'écrivais sur ce blog

 

Son rêve est bien malmené en ce moment et pourtant, l'oeil de l'appareil photo avait même réussi à capter le bleu des pétales, avant qu'il ne se désèche tout à fait. Image floue, normal, l'âme n'est normalement pas visible, il faut vous en contenter !

 

Je ne sais pas ce que j'écrirais en cette fin de septembre 2013

 

reverberes-dans-la-brume---reduc1.JPG

« Il y a des régions qui doivent rester obscures. Ni floues ni ignorées mais simplement privées de la mémoire des mots. »

Hammerklavier, Yasmina Reza, 1999

 


 

Partager cet article
Repost0
26 août 2013 1 26 /08 /août /2013 17:30

 

Oui je sais, vous aimeriez que je vous donne à lire la suite de l'article que Bernard Pivot consacre au mot "vieillir" dans son livre "Les mots de ma vie".

Je crois bien que j'ai reçu par courriel l'article entier ou à peu près et c'est vrai que j'aurai encore à en dire ...

 

Mais j'ai acheté le livre en librairie et je l'ai lu. Peut-être pouvez-vous l'emprunter à une bibliothèque ou à un ami ? C'est une lecture agréable et distrayante.

 

Le sujet, lui, entretient des commentaires et des réflexions fort intéressantes.

 

écouter, partager,transmettre, rire ,s'émouvoir....mes grandes amies ont l'une presque 77 ans et l'autre 92 ans...Le corps est parfois las mais la tête tient le coup et tient tête à plus d'un(e)....et tout ce qu'elles ont appris,à leur dépens ou à leurs avantages, n'est pas perdu car elles sont dans le partage, avec humour, ou avec colère,avec distance ,avec philosophie,mais jamais avec résignation....j'espère leur ressembler...si possible....

 

On dit que tant qu'on est curieux de tout, on ne vieillit pas ... toujours s'étonner et s'émerveiller de ce qu'on voit c'est rester jeune ! 
 fanfan

 

vieillir c'est trier...
...quand on se pose la question de savoir si la mise en oeuvre d'une chose vaut la chose en elle-même,
... quand les objets n'ont plus de valeur que les souvenirs qui s'y rattachent
... quand enfin on a accepté que la beauté/la fraîcheur de la jeunesse ont toujours leur place à l'intérieur et qu'il n'importe pas tant que ça que ça se voit à l'extérieur...
... quand on apprécie plus volontiers d'être actif dans l'inaction que d'être inactif dans l'action...

oui, là on sait qu'on vieillit, et qu'on vieillit bien...
parce que si vieillir est incontournable
mal vieillir n'est pas une fatalité

vieillir est une évolution et quand on l'accompagne avec discernement et docilité intelligente, c'est même une promotion!

 

le corps prend de l'âge mais le coeur et l'esprit peuvent rester jeunes

 

On vieillit comme on a vécu. Les revirements brutaux à la vieillesse existent mais ils sont rares. Je pense qu'il y a une forme d'acceptation, mais un désir intense d'apprécier les belles choses que la vie offre au quotidien.

 

Je viens de lire avec bonheur ton très beau texte et les commentaires qui font suite! Bien qu'étant sur mes 84 ans et demi.. je ne me sens pas en "apartheid" du tout!
Des souleurs j'en ai, de l'argent ? ce que le gouvernement veut bien me donner chaque mois,mon coeur est calme heureux Je viens d'aller dire bonsoir à la lune qui est haute et magnifique cette nuit.. puisque je dors mal.. J'ai le blog qui me passionne, des connaissances virtuelles que j'aime rencontrer, retrouver au fils des mots...
Je vis seule, au fil des jours, selon leur disponibilité, j'ai de jeune amie.. dont une très particulière qui se marie samedi prochain et à qui j'ai promis de faire sa pièce montée ! 200 petits choux..
Pour moi l'âge n'est rien, c'est l'état d'esprit qui fait tout.. Je suis sans haine, sans regret.. et c'est bien comme cela ... Je vis encore !

 

Je croyais que la sagesse venait avec l'âge.

 

Il n'y a pas que des inconvénients à vieillir, on est plus serein, un nouveau jour est un petit miracle qu'il faut profiter. Même si l'on ne peut plus faire de grand trajet, le rêve est toujours là.
Je suis dans mes quatre vingt deuxième années.

 

Vieillir... c'est occuper sa vie d'une autre façon que lorsque l'on travaillait. On a tout son temps pour l'enrichir au contraire.....
 patriarch l

 

Qu'est ce que vieillir Jeanne ?????
Les années qui s'accumulent ????
Les rides qui apparaissent ?????
Les petites douleurs par ci, par là ????
Que nenni.... tout se passe dans la tête, et quand la tête garde la jeunesse, la vivacité de l'esprit... la vieillesse ne peut nous atteindre.
 ZAZA

 

Ce n'est pas "chiant", c'est une autre phase de la vie avec comme chacune des avantages et des inconvénients... Ce qui est "chiant" c'est de ne pas accepter de vieillir, alors que de toute façon on n'y coupera pas...

 

Ce n'est pas l'âge qui rend vieux, ou plutôt rend la vie moins facile. Pour moi, c'est l'asbestose et la myasthénie et encore plus l'asbestose que la myasthénie que j'ai appris à gérer. L'asbestose ne se gère pas et progresse avec les années....

Tu as raison, notre génération a une belle vieillesse en vue... 

 

partage à fleur de peau - reduc1

.

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 18:00

Début, précédent,

 

Si j'ouvre les guillemets sur cette expression qui m'a servi de fin provisoire au texte de Bernard Pivot, c'est pour respecter cette convention trop souvent tombée en désuétude pour les courtes citations. Elles doivent être suivies ou précédées du nom de son auteur et des références aussi précises que possible du texte dont elle est extraite.

Petite remarque que j'avais sans malice pourtant, osé faire en commentaire quelque part sur la toile et qui m'avait valu mon baptême de volées de bois vert sur Internet, pas directement sur mon blog, mais à l'époque, j'en avais été stupidement affectée.

 

Ouvrez les guillemets (1973-1975), c'était la première émission créée par Bernard Pivot à la télévision, sur TF1,  émission qui l'a fait connaitre des téléspectateurs avant même ses émissions culte de Apostrophes (1975-1990) puis de Bouillon de culture (1990-2001) auquel a succédé Double Je (début 2002-2005)

 

"Ouvrez les guillemets", c'est aussi le titre du blog de Robinson. Un blog que Bigornette (celle de la Récré à Bigornette et des parchemins), son épouse, ne s'est pas résolu à fermé depuis son décès, à la fin de l'année 2010.

Je ne l'ai pas connu "en vrai" Robinson mais il fait partie de ceux qui m'ont mis le pied à l'étrier de la "culture" blog et des jeux d'écriture. Sans son commentaire, il n'y aurait pas eu de Non lettre au père-noël ou de Révolution ? ou de Rêvons encore ...

Sans son blog, aurais-je trouvé le chemin de celui de Bigornette et de ses parchemins. et des participants à ces jeux d'écriture ? Pardon Bigornette si tu passes lire ces lignes. J'ai lu que tu prenais depuis quelques mois le chemin de vivre et de profiter comme un cadeau de cette vie qui est devant toi, plus sûrement dans les rencontres de proximité que sur la Toile. J'en suis ravie. 

 

Je m'agace juste de Bernard Pivot qui se plaint, pour de mauvaises raisons me semble-t-il, de vieillir . 

 

"L'apartheid de l'âge" ! Comme vous y allez, Monsieur Pivot ! Une expression outrancière, sauf à ne pas accepter que des plus jeunes depuis longtemps devenus  adultes aient l'envie légitime d'avoir les postes de leurs compétences, ne pas accepter de ne plus être "le maître du jeu" ou de l'être en temps que "sage respecté", ce qui sonne comme une insulte envers vous dans votre texte. Vous devriez en être honoré, pourtant !

 

"Apartheid", dites-vous ? Une chose est, à un âge raisonnable, d'admettre l'indispensable passage de relais, et d'admettre aussi que les façons de faire, de dire, de penser, de converser, évoluent, de faire le spectacle ... Une autre chose est la pratique d'apartheid fondée sur la discrimination. Je trouve que l'usage décalé que vous faites de ce mot, qui désigne une ségrégation intolérable, est tout simplement insupportable.

Et j'espère, pour le coup, que ce dérapage verbal dans la démesure est le fait d'une légère perte d'acuité, bref, un de ces petits travers que produit le fait de vieillir.

 

Cette discrimination liée à l'âge, que je sache, vous ne l'avez pas connue si tôt dans vos fonctions ... Savez-vous ce que c'est qu'être mis au placard à la cinquantaine, ou de ne pas retrouver d'emploi, alors même qu'on recule l'âge où vous serez en retraite ?

Vous êtes-vous quelquefois demandé quels étaient les diplômes et les compétences des stagiaires et des intermittents qui faisaient tourner la maison télévision pendant que vous faisiez le show ?

 

Certes, je n'aurai pas la dent aussi dure que la plume de Gilles Deleuze, lequel, soit dit en passant, aurait sans doute apprécié d'aiguiser ses idées et de les développer en livres quelques années de plus.

 

à suivre ...

 

Bernard Pivot sur wikipedia

Gilles Deleuze sur wikipedia, 1925 - 1995, philosophe français

 

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2013 5 16 /08 /août /2013 05:00

 

NB : en faisant un tour dans les brouillons que je n'ai pas publiés, je retrouve ce billet que m'avait inspiré une vaine querelle entre un musée et la mairie de Montreuil, après que la toile ait subi des dommages du fait de gamins au moment de la fête de noël. Je crois que le différend a été résolu maintenant. Drôle de dysharmonie pour un tel tableau. 

Je dédie ce billet à tous les doux rêveurs qui rêvent qu'un monde harmonieux est possible et en particulier à tous ceux qui avaient tant espéré et qui se trouvent une fois de plus dans la tourmente.

 

Une peinture monumentale que j'ai eu le loisir d'admirer lorsque je me rendais aux après-midis du ccefr* à l'Hôtel de ville de Montreuil-sous-Bois avant qu'il ne soit plus accueilli en ces murs lors du changement de municipalité.

 

Un bâtiment lui-même objet de critiques injustifiées envers la municipalité communiste qui s'y est installée ... après la construction de cet édifice de prestige.

 

Le temps d'harmonie, la plus grande toile du peintre Paul Signac (12m2) a été réalisée en 1895 sous le titre

"Le temps d'anarchie" et sous-titrée "L'âge d'or n'est pas dans le passé, il est dans l'avenir", une phrase trouvée par le peintre dans une revue anarchiste de l'époque.

 

Je n'ai pas très bien compris quand l'artiste a remplacé le nom anarchie par celui d'harmonie, il semblerait qu'il l'ait rebaptisé "Au temps d'harmonie" pour l'exposer au salon des indépendants en 1895. (information lue dans Destination Montreuil p7). Si le nouveau titre était moins provocateur, il disait que c'était la même idée.

 

Voilà donc une peinture représentant une société idéale faite de respect, de liberté et dépourvue de toute notion de propriété, fut-elle publique, qui a été donnée ou remise à la municipalité de Montreuil par la veuve du peintre, madame Berthe Signac,  en 1938, le 6 mars, et plus précisément pour saluer l'arrivée des communistes élus en 1935.

 

 Au-temps-d-harmonie_Paul-Signac.jpg

 

liens :

Visions du bonheur dans 1789 - 1945 l'Histoire par l'image

Paul Signac - wikipedia

Destination Montreuil, page 7

le compte rendu de collégiens

 

 

* ccefr : Centre civique d'étude du fait religieux    

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères