Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 16:05

Puisque ce blog a des allures d'hommages depuis que j'ai migré l'essentiel de mon activité de blogueuse sur Blogger, me voici à saluer ici de vies bien différentes éteintes ce même jour du 29 mars 2019.

L'une a eu mille vies, l'autre a vécu à travers l'amour et l'abnégation de ses parents.

Une vieille dame de 90 ans qui a fait de sa vie un cinéma et une oeuvre d'art.

Sans excès d'ego, juste pour laisser une trace singulière du siècle qu'elle a traversé et dont elle a témoigné derrière ses appareils photo et ses caméras.

A l'économie le plus souvent. Sans grandiloquence. Avec le souci de mettre un peu de lumière sur les invisibles.

Jusqu'à organiser la fin de sa dernière séance Varda par Agnès.

Je m'étais promis d'aller voir Visages, villages, avec JR. Je ne l'ai pas fait, comme tant d'autres films que j'ai manqués.

Et puis il y a eu le même jour Emmanuelle. Je ne sais pas si Agnès Varda en aurait fait une histoire. Ce qu'elle en aurait pensé. J'ai entendu dire par quelqu'un qui la connaissait que la maladie n'intéressait pas Agnès Varda. Quel regard aurait-elle eu sur cette différence, cet empêchement partiel à vivre ?

Et il est vrai qu'on en peut être qu'admiratif en l'écoutant à l'un de ces derniers entretiens à la radio ou en train de préparer une installation, sans souci du crabe qui la rongeait et dont elle connaissait l'issue prochaine.

Une autre vie, celle d'Emanuelle, que les lectrices et les lecteurs de Quichottine connaissent en creux dans ses silences  quand ils ne peuvent plus contenir les mots. Emmanuelle dont il restera l'âme des fleurs d'un hortensia, de son hortensia.

Et puis il y a eu le 30 mars. Et cela fait un an déjà que ma sœur Jacotte les a précédées. 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2019 5 08 /03 /mars /2019 16:13
8 mars : de la journée de la femme à la journée internationale des droits des femmes

A Anne-Sophie

 

Sauf que sur le site de L'ONU, comme le titre est trop long ...

No comment !

Je ne sais pas pourquoi je ne serais pas étonnée, si j'allais fait quelques courses au supermarché, de me voir offrir une rose à la caisse. Sourire.

S'il est de bon ton de se réclamer en haut lieu de la convention d'Istanbul, je vous demande Qui la connait ? Qui en connait la teneur ? Qui sait où elle est sensée s'appliquer ?

La convention d'Istanbul est un traité. Ça commence bien. Je chipote ! Un traité est une convention entre Etats et/ou entités ayant une existence en Droit international. C'est souvent un processus complexe qui est signé puis ratifié puis mis en application par les institutions qui l'ont ratifié.

Signée à Istanbul (d'où son petit nom) le 11 mai 2011 par 13 des 47 Etats membres du Conseil de l'Europe, son entrée en vigueur le 1er août 2014 pour les premiers Etats l'ayant acceptée, était conditionnée à sa ratification par 10 signataires dont 8 Etats. La Turquie a été la première à la ratifier le 14 mars 2012. Au 5 mars 2019, l'Union Européenne et 45 des 47 Etats du CE l'ont signé et 34 Etats l'ont ratifié.

Sans oublier que au-delà des droits, le chemin des mentalités est encore long contre les à-priori millénaires et les interdictions de fait.

Sans oublier que au-delà des droits, le chemin des mentalités est encore long contre les à-priori millénaires et les interdictions de fait.

Partager cet article
Repost0
16 février 2019 6 16 /02 /février /2019 18:00

Dans la nuit du 14 au 15 février, il y a tout juste un an, notre amie s'éteignait. Elle n'aurait pas dû mourir ainsi ... Elle n'aurait pas dû mourir du tout si . . .

Elle est l'une des nombreuses victimes de la dégradation de notre système de santé et notamment des services d'urgence.  Les soignants en sont les premiers malheureux.

Elle est morte d'une suite d'errances et de ratés, pas de la grippe. Peut-être que la grippe l'a achevé. Peut-être ... A-t-elle eu la grippe d'ailleurs ?

Ma colère, contre personne en particulier mais contre tout, n'est pas éteinte. A qui en vouloir ? Et en ce moment, à chaque slogan sur la grippe, c'est une piqûre de rappel qui ravive cette rage. Et je ne dois pas être la seule. Non, on ne meurt pas de la grippe, on peut mourir des complications de la grippe. On peut mourir d'une autre affection grave qu'on a pris pour la grippe. on peut mourir de l'aggravation d'une affection qu'on aurait pu détecter et ou soigner à temps ...

"On", c'est à dire des êtres humains, pas des statistiques.

Pour notre amie
Pour notre amie
Pour notre amie

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2019 2 22 /01 /janvier /2019 10:00

C'est l'une des dernières informations que j'ai entendu à la radio en glissant dans un demi-sommeil.

"Son coeur a lâché", une mort que l'on suppose plus douce que d'autres, une belle mort comme on aimerait qu'elle soit pour tous. Mais qui ne console pas ses proches.

Et surtout une belle et bonne vie à enchanter de ses notes volubiles et virtuoses les oreilles et les corps osant suivre le rythme en pas de danse.

Qui sait si en un autre lieu, le bal va pouvoir continuer avec Brel et Barbara et Tati et tant d'autres ...

Partager cet article
Repost0
6 octobre 2018 6 06 /10 /octobre /2018 16:00

On en entendra sans doute (hélas) moins parler sur les ondes et à la télévision, on en entendra beaucoup moins ses airs.

L'opéra, même les opéras contemporains, ne sont plus à la mode.

Ce fut une cantatrice fabuleuse, l'une de celles dont j'ai été capable de citer le nom en même temps que celui de La Callas, Mado Robin et Régine Crespin ou La Tébaldi et Elisabeth Scharwskopf très tôt dans mon enfance ou plus récemment Jessy Norman, Barbara Hendrickx ...

Je n'allais pas à l'opéra, nous n'avions pas de tourne-disques, mais nous avions la TSF et je regardais de temps en temps la télévision chez des camarades ou ma sœur aînée.

Ensuite il y eut Le Grand Échiquier, qui n'hésitait pas à faire entrer ces musiques là dans les foyers à une heure de grande écoute.

J'avoue que l'on m'aurait imposer de n'écouter que de l'opéra du matin au soir, je m'en serais lassée, mais comme une friandise pour les oreilles, rare, j'appréciais d'autant plus que je l'ai écrit ailleurs, on chantait beaucoup à la maison, des chansons, des airs d'opérettes et même des airs d'opéras ...

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2018 5 05 /10 /octobre /2018 07:45

Cher Maître, c'est ainsi qu'est traduit l'interpellation du premier ministre arménien terminant son discours pour lui dire adieu.

Ce vendredi 5 octobre la France d'en haut rend un hommage national à Charles Aznavour qui est mort à 94 ans lundi dernier. France Inter a choisi de restituer l'hommage des Invalides depuis la Place Charles Aznavour de Erevan en Arménie, où il est considéré comme un héros national pour s'être investi et plus encore à partir du terrible tremblement de terre du 7 décembre 1988.

Dimanche dernier dans mon village, quelques anciens étaient réunis pour un après-midi musical et nous avons chanté (souvent bredouillé certes) quelques unes de ses chansons. Je me suis demandé un temps si ses oreilles en avaient bourdonné et lui avaient chuchoté qu'il était temps de ne plus rester.

Dimanche entre mélancolie et sourire, où certains ont même dansé le tango, la java, le cha cha cha ...

Ce n'était pas mon chanteur préféré et si je trouvais belle sa chanson Emmenez-moi, je me scandalisais à l'époque de ses paroles car je croyais que c'était du premier degré.

Pour le reste, je ne rentrerai pas dans la controverse hautement incandescente sur le nom à donner aux massacres du début du XXe siècles d'au moins les deux tiers des Arméniens de Turquie. Charles Aznavour lui-même dans un entretien compilé lors d'un hommage télévisé de début de semaine a choisi le mot "massacres" pour ne pas froisser les turcs bien que cela revient au même.

Le chemin est quelquefois infiniment long quand il existe et il existe, à avoir le recul nécessaire sur les exactions des puissances anciennes. 

Je me contenterai de citer le président de Turquie quand il était premier ministre en 2014

Pour la première fois le 23 avril 2014, le Premier ministre du pays, Recep Tayyip Erdoğan, adresse, dans un communiqué, les condoléances d'Ankara aux « petits-fils des Arméniens tués en 1915 ». Cela est considéré par certains comme « un premier pas historique vers la reconnaissance du génocide arménien par la Turquie ». Le texte indique que « C'est un devoir humain de comprendre et de partager la volonté des Arméniens de commémorer leurs souffrances pendant cette époque » puis que « Nous [la Turquie] souhaitons que les Arméniens qui ont perdu la vie dans les circonstances du début du xxe siècle reposent en paix et nous exprimons nos condoléances à leurs petits-enfants. »

wikipedia citant France info

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2018 5 21 /09 /septembre /2018 14:30

Hommage à Marceline Loridan-Ivens, rescapée d'Auschwitz, grande amie "contradictoire" de Simone Weil qu'elle avait rencontré dans les camps et morte mardi 18 septembre à 90 ans.

Puisse la mémoire écorchée laisser la place à la mémoire vivante de l'Histoire.

De plus en plus les survivants, qui étaient des enfants à l'époque, disent que ce n'étaient pas qu'ils ne voulaient pas parler mais plutôt qu'on ne voulait pas les entendre.

Alors oui, l'effacement des témoins directs n'effacera pas la mémoire non de l'indicible mais de ce qu'"on" ne voulait pas entendre.

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2018 7 16 /09 /septembre /2018 10:00

Avec un peu de retard car je boude toujours Internet en ce moment où Internet boude encore fugacement ma connexion, quelques dizaines de secondes une ou plusieurs fois par jour, mais quand c'est au moment crucial d'une mise à jour ou de la saisie d'un questionnaire en ligne (grrrr !!!) ...

Rachid Taha vous allez me dire que vous ne connaissez pas. 

Vraiment ? moi je connaissais et sa reprise dans son groupe Carte de Séjour m'avait réjoui. Vraiment cela avait du sens et redonnait du sens à de multiples valeurs que pose cette chanson dès sa création sous l'occupation par Charles Trénêt, récupérée à la fois par les pétainistes (douce France vassalisée) que par les résistants (liberté dans ma France libre) et les multiples couches qu'y ajoute Rachid Taha dont il faut capter tout le talent de dérision mais pas que ...

Ses chansons faisaient partie de mon univers sonore surtout dans les années 1980 et 1990.

Et vous savez quoi ? Je n'avais pas la télévision à cette époque et je crois que je découvre son visage à l'occasion de cette triste disparition, prématurée oui, mais pas inattendue car il souffrait d'une maladie congénitale rare diagnostiquée à 27 ans et que le chanteur attribuait lui-même à la consanguinité de ses parents qui étaient cousins germains.

Dans sa discographie j'ai un faible pour  Rock the Casbah

Partager cet article
Repost0
18 juillet 2018 3 18 /07 /juillet /2018 16:00

Avec aujourd'hui le centenaire de la naissance de Mandela et mon étonnement de la faiblesse de l'écho qui m'en parvient

Partager cet article
Repost0
6 juillet 2018 5 06 /07 /juillet /2018 09:15

L'hommage est planétaire ... ou presque.

Je rends hommage à son oeuvre, aux qualités de cinéaste et documentariste et je retiendrai l'hommage de l'Allemagne sur Twitter par la voix de son ministre des affaires étrangères, Heiko Maas

"Chacun d'entre nous qui se demande quelle est notre responsabilité en tant qu'Allemand devrait voir +Shoah+. Grâce à son travail de mémoire, Claude Lanzmann a rendu possible une réconciliation. Et cela perdurera. Il va manquer", a twitté le ministre des Affaires étrangères allemand Heiko Maas.

"Réconciliation" un mot qui sonne étrangement quand on observe l'écartèlement actuel de l'Allemagne et l'étrange popularité de ses vieux démons.

 

 

De lui la mémoire des humains retiendra son grand oeuvre "Shoah", un documentaire de plus de 9 heures qui, "sans images d'archive, parvient à dire (et illustrer) l'indicible sur le génocide" des Juifs sous la férule de Hitler et de la folie collective qu'il a fédérée.

Il y a consacré douze ans de sa vie et des centaines d'heures de bobines.

Rencontre ou coïncidence, son dernier film, "Les quatre sœurs", est sorti en salles la veille de sa mort.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères