Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2009 6 26 /12 /décembre /2009 08:11

~ Billet 305 ~

 cartenoel2009

                                    Un peu de lumière,
                              Joie du danseur habité,
                                 Vérité fugace
                                                      Jeanne Fadosi, samedi 26 décembre 2009

Ce haïku fait écho à cette photo, juste un peu décorée pour les fêtes.
Mais je l'écris surtout pour la joie que m'a apporté un courriel de Pierre, vous savez, le mari dévoué de ma soeur Jacotte.
Trois pièces jointe dans ce courriel, trois photos de tableaux, et ce message :

"voici trois tableaux que ma jacotte a realise cette semaine au pastel

ils representent

un bouquet de fleurs

une meduse  (je crois que c'est plutôt une anémone de mer)

un dervich tourneur

je suis tres content du resultat ceci prouve qu elle va mieux quoique aujourd hui c est pas terrible elle deprime un peu mais c est toujours a cette saison une periode difficile [...]"

Je vous invite vivement à aller voir le dervich tourneur que Pierre a mis en ligne sur sont site Loisirs de seniors à l'article "Jacotte retrouve la peinture".

Et j'en profite aussi pour remercier celles et ceux qui m'ont demandé de ses nouvelles depuis mon billet
Se nourrir, premier geste nécessaire à la vie

Ce billet est réalisé dans le cadre du sujet la joie pour le Casse-tête de la semaine, mené sans cravache par la petite fermière Lajemy.


Partager cet article
Repost0
19 décembre 2009 6 19 /12 /décembre /2009 19:45

~ Billet 297 ~

Avec tous les bons plats du terroir bien chauds, bien goûtus, que vous avez pu savourer des yeux, grâce à la commande gourmande de Lajemy pour le Casse-tête de la semaine, peut-être auriez-vous envie, malgré la froidure, de rafraichir un peu. Oui, malgré l'hiver, des légumes en salade apportent les vitamines nécessaires au maintien en bonne santé. Et puis, c'est bon, tout simplement.

J'avais pensé à  plusieurs plats à faire mijoter doucement, mais je vais plutôt vous faire partager mon entrée de ce midi.

endivebetterave - reduc1
Comme la neige m'a fait renoncer à un déplacement en Normandie, Je vous donne les quantités pour une personne.
Cela ne vous obligera qu'à une multiplication éventuelle et vous économisera la règle de trois indispensable pour adapter les recettes à la taille de nos convives.

Une toute petite betterave rouge cuite* ou un morceau.
3 ou 4 feuilles d'endives**.
1 noix ou même 2.
1/4 de pomme
1/2 échalote de petite taille. 
1/2 cuillerée à soupe d'huile d'olive
1/4 max de cuillerée à soupe de vinaigre de cidre.
sel, poivre.

Rincer les feuilles d'endive sans les laisser dans l'eau (elles prendraient de l'amertume)
Peler la betterave.
Dans le récipient, mélanger le vinaigre avec le sel et le poivre.
Ajouter l'huile.
Mélanger
Couper l'échalote en tous petits morceaux.
Couper l'endive, la pomme et la betterave.


Si vous avez chez vous un coin abrité où vous avez pu préserver du persil, vous pouvez en ajouter un peu en le ciselant.

Bon appétit.

Ce n'est pas la saison de manger froid. Mais au cas où vous seriez obligés (panne de courant oblige), vous pouvez augmenter ces quantités et compléter par du fromage coupé en petits dés.

*Si vous pouvez en trouver crue avec ses feuilles, c'est encore mieux.
Pour les modes de cuisson, je vous ai trouvé les fiches du ChefSimon et de Marmiton.org.
J'ai des souvenirs de délicieuse betteraves cuites dans le four de la cuisinière à feu continu. Le goût en était incomparable, mais je suppose que les variétés de betteraves n'étaient pas non plus les mêmes. 
et pour en savoir plus sur toutes les vertus de la betterave rouge, cette fiche betterave sur passeport santé.net, car il existe bien d'autres manières de les manger cuites ou crues, rave ou feuilles.

**Les endives, elles aussi, sont de saison. Comme nous avions une assez grande cave fraiche, saine au sol en terre battue, mon père en avait même fait un petit carré dans du sable que nous utilisions au fur et à mesure tout l'hiver. 

Partager cet article
Repost0
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 15:09

~ Billet 278 ~

Pour le Casse-tête de la Semaine, dont Lajemy tient maintenant les rênes, difficile de trier tous ceux qui m'émeuvent.
De l'eau, souvent, des souvenirs, toujours, un lieu qui apaise ...
Je reviendrai sur ce thème hors délai.
Deux images d'antan ...

Pêcheur dans un torrent en Suisse allemanique, août 1970

Pêche au moulin de Mondion près d'un lieu de mon enfance.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2009 4 19 /11 /novembre /2009 12:15

~ Billet 264 ~

Le Casse-tête de la semaine, organisé par Lajemy à qui Dana a transmis le relais, nous demande d'éclairer des lanternes et réverbères.
                            L'impossible,
                      nous ne l'atteignons pas.
                  mais il nous sert de lanterne.
                                                     
                                             René Char
                                             
    
(L'âge cassant) 

Mon réverbère attrape le soleil du midi
reverbere-solaire---reduc1.JPG
Et s'allume au soir tombant,

reverbere lunaire - reduc1
Pour éclairer les rares passants

lumiere-dans-la-nuit3---reduc1.JPG
Poésie de la nuit !

Utile en ville, mais pourquoi les multiplier, en perturbant des milliers d'espèces animales et végétales dont le rythme circadien est l'horloge de leur vie.
La lumière excessive est aussi une pollution, même alimentée par l'énergie solaire.

Je voudrais dédier ce billet aux courageux élèves d'une grande ville africaine qui, dans les années 1980, le soir venu, allaient faire leurs devoirs à la lumière des réverbères dans le quartier qui était éclairé, loin de chez eux le plus souvent..
Les lumières ne sont pas seulement utiles dans les rues mais aussi dans les maisons.

.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2009 5 13 /11 /novembre /2009 20:00
~ Billet 255 ~

Lajemyreprend le flambeau de l'ancienne communauté qui était pilotée par Dana sous le nom deCasse-tête de la semaineet lance le premier sujet :la laine.

                          (photo trouvée sur Internet par Lajemy)

C'est malin ! depuis que j'ai lu son article sur son blog, qu'elle a mis sur la paille
(hi,... hi, ...) je n'arrête pas d'avoir cette rengaine dans ma tête. Les plus jeunes ne la connaissent sans doute pas (la rengaine, pas Lajemy !), mais je suis certaine de rappeler des souvenirs à certains de mes visiteurs(euses)

La laine des moutons, c'est nous qui la tondaine,
La laine des moutons, c'est nous qui la tondons,
tondez, tondons, c'est nous qui la tondaine,
tondez, tondons, c'est nous qui la tondons.

La laine des moutons, c'est nous qui la lavaine,
La laine des moutons, c'est nous qui la lavons,
Lavez, lavons, c'est nous qui la lavaine,
Lavez, lavons, c'est nous qui la lavons.

 ensuite cardons etc. , avec les différentes phases du travail de la laine.
Je vous laisse le soin de trouver ces étapes. Quoi ?
Vous croyiez que j'allais tout faire, il faut bien qu'il vous reste un peu de travail de recherche.
D'ailleurs je suis sûre que vous allez trouver quelques informations sur les blogs des casse-tête de cette semaine, sans oublier de fouiner du côté des moteurs de recherche.

Allons bon vous voulez la chanter aussi. Mais là, je ne peux rien pour vous. Je n'ai pas de son sur mon ordi, encore moins de micro. Cela vaut peut-être mieux encore que la météo est déjà pluvieuse.
Ensuite, je n'ai pas de logiciel de notation musicale et quand bien même, il me faudrait rameuter des souvenirs bien lointains pour passer de la mémoire orale à la partition.

N'empêche que presque tous les enfants de nombreuses générations connaissaient ainsi et de manière amusante, le travail concernant la laine, depuis le dos du mouton, jusqu'au vêtement porté sur leur dos.

Rengaine qui à l'origine, devait par son rythme régulier, scander les gestes des travailleuses et leur donner du coeur à l'ouvrage.
Comme les chansons de marins permettaient à tout l'équipage de coordonner ses mouvements dans un effort collectif qui devait absolument être synchrone.

Il me plait à croire que les ouvrières, lasses de n'avoir que des manteaux de chanvre, (bien oui, avant de le fumer stupidement, à s'en détruire la cervelle, c'est-à-dire sa liberté, on en faisait du tissu, solide, mais rugueux et des cordes), elles se rebellaient quelquefois en chantant :

La laine des moutons c'est point nous qui la portaine,
La laine des moutons, c'est point nous qui la portons,
...

Et je pense aussi à ces ouvrières actuelles, à l'autre bout du monde, qui fabriquent ces beaux vêtements de cachemire, mais n'en porteront jamais.

Pour finir, un peu de romantisme, grâce à l'ouvrage à l'aiguille (point de croix) d'une copine de point de croix de Jacotte et son mari

Partager cet article
Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 06:30

~ Billet 242 ~

Je devrais dire maintenant je thèmais ... car Dana a pris une grande décision.
Voilà qu'au bout d'une année bloguesque bien remplie, le pilote du thème de la semaine quitte ce navire et cède le gouvernail à Lajémy, pour poser son regard en photos.
Pour des raisons over-bloguesques, le bateau a dû changer de nom pour Le Casse-tête de la semaine. Je prend donc la correspondance avec la tranquille assurance d'agiter joyeusment mes neurones sans trop de prise de tête et avec de beaux vagabondages chez les copinautes autour de nouveaux sujets.
"
Je vais vous demander de m'offrir une dernière photo, un dernier poème, un dernier haïku, un dernier texte, un dernier dessin, enfin, tout ce que vous savez si bien faire chacun, et sur le thème qui vous plaira.

Récréation pour vous.

Je vous aime toutes et tous.
Merci .....c'est si dur !!!!"

Une fois n'est pas coutume, Je vais sans plus attendre, avec juste quelques ajustements, mettre en ligne le début d'article qui attend sagement dans mes brouillons que je le complète et le mette en ligne depuis ... le 25 juillet 2009 à 16h30.

Oui, oui, vous avez bien lu, depuis plus de trois mois.
Et cela voyez-vous, commencer et ne pas finir, oublier, reporter ...c'est une des activités dans lesquelles j'excelle le mieux, si j'ose dire ...si ce n'est pas respecter la consigne de Dana ...

Je ne sais pas comment elle faisait pour publier tous ces beaux articles, aller voir ce que les uns et les autres publiaient à partir des thèmes suggérés, que l'idée vienne d'elle ou d'autres éventuellement, y déposer un commentaire gentil et pertinent, à côté d'un emploi du temps bien rempli d'activités toutes passionnantes.
Même pendant sa saison d'été, elle avait réussi à programmer un sujet par semaine.

Voilà donc le brouillon de ce qui devait être le 
                                          ~~~~~~~~~~~~~~~~~~
catalogue des billets pour le Thème de la semaine piloté par Dana

Quand je me suis inscrite pour le thème de Dana, c'est, je m'en souviens sur le thème des mains ou des doigts.
J'avais fait un petit tour au pays des blogs de sa communauté mais c'était le dimanche ou le lundi A l'époque, la consigne était de publier le samedi ou le dimanche.
Et mon billet commençait par ces mots :


Trop tard pour alimenter le thème de la semaine...dernière de nos doigts concentrés sur l'ouvrage lors de nos ateliers de pastels.

Mais Dana, vigilante et généreuse, m'a alors déposé ce commentaire :

Bonjour jeanne, non, pour toi je ferai exception. Tu publies ton article dans la communauté, vu que je vais valider ton inscription avec grand plaisir, et je mettrai ton lien sur le blog de Dana&Co. Bises et merci
Commentaire n° 1 posté par Dana le 23/02/2009 à 16h44
Je n'avais pas envisagé cela. Grand merci de cet accueil. Bises et bonne soirée !
Réponse de Jeanne Fadosi le 23/02/2009 à 20h13

Depuis lors, j'ai laissé vagabonder mes neurones à leur gré plus qu'en leur donnant un ordre ou des directions, pratiquement toutes les semaines.
                             ~~~~~~~~~~~~~~~~                                                                      
J'en mettrai la liste comme je l'ai fait pour la Récréa-Bigornette et Colibri zen, et comme toujours du plus récent au plus ancien.

Pour le moment, je vais me contenter, avec mes mots maladroits, de la remercier pour ce bout de chemin qu'elle m'a permis de faire ici, pour toutes ces blogueuses et blogueurs que j'y ai rencontrés, je lui souhaite une vie conforme à ses souhaits et lui dédie ces images qui correspondent bien à l'air qu'elle a fait circuler sur cette toile.


Un dimanche de plein été sur une terrasse, le regard se porte sur une trouée dans les feuillages, vers un ciel d'azur.


Le bleu est bien plus intense mais mon appareil photo a ses failles.
Je m'approche et je zoome :




Bon vent vers tes projets, Christine ! Merci pour tout. Tu mérites bien le trophée de l'amitié virtuelle


Partager cet article
Repost0
31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 06:12

~ Billet 238 ~



Dana nous invite pour le thème de la semaine à revisiter "les coutumes et traditions de votre région, de votre pays, de votre village".
Sujet aussi vaste et délicat que les mots prêtant le flan à toutes les séductions, toutes les récupérations, au nom du bon vieux temps ou de l'esprit de Clochemerle.

Mais comme il ne vous aura pas échappé que j'ai provisoirement posé mes malles dans le Vexin français, comment ne pas évoquer une tradition vieille de plus de 800 ans.

La Foire saint Martin de Pontoise a en effet traversé les siècles avec une régularité tout à fait exceptionnelle puisque qu'elle se serait déroulée chaque année depuis lors. Là je mets le conditionnel même si les plaquettes annoncent la 839ème foire.

Les habitants de la région s'étaient réfugiés sur l'éperon rocheux qui domine l'Oise, un chateau fort y avait été construit, ainsi qu'une abbaye bénédictine sur le Plateau Saint-Martin. C'est vers 1090 qu'en commença la construction et elle devint vite prospère.
En 1170 le pape Alexandre III confirme dans une bulle les biens et privilèges de l'abbaye, y compris une foire de trois jours où les moines vendent le vin de leurs côteaux et les harengs dans les tavernes du voisinage.

Pour ce qui est des poissons, tout aurait  commencé par un don de 5000 harengs par an du Conte d'Eu, commune proche duTréport à l'abbaye de Saint Martin de Pontoise consigné sur un cartulaire antérieur à 1171.
 (voir le
document numérisé de L'Ecole Nationale des chartes, lien à partir de Wikipédia, foire saint Martin Pontoise)

Le vin de côteaux est appelé le ginglet. Il est toujours produit et vendu, et aujourd'hui, le bénéfice de sa vente permet à
la commune libre de Saint-Martin (selon le même principe que la commune libre de Montmartre) de distribuer des colis de noël aux personnes âgées.
Je ne vous dirai pas ce que vaut le ginglet dont les grappes doivent heureusement bénéficier du réchauffement climatique. Le nom latin qui en est à l'origine signifie petit vin aigrelet.

Quant aux harengs, une légende veut que le trajet étant long de Boulogne à Paris, il a fallu griller les harengs à Pontoise. (un petit tour sur le blog de Martine, Cergyrama pour un reportage de la foire 2008,
ICI ou encore ICI) ou encore pour les commentaires de Siratus ICI.
(pour la sirène c'était en 2008)

Bien sûr, il ne reste rien de la foire aux animaux de ferme du XIXème siècle, une tradition ne dure aussi longtemps qu'en évoluant avec les époques.
Signe des temps, un salon des énergies renouvelables proposera cette année de solutions intégrant les nouvelles problématiques environnementales.

Je n'oublie  évidemment pas la fête foraine qui accompagne inévitablement la foire. J'en connais beaucoup qui s'y amusent en ignorant superbement la foire exposition.
Les forains aussi ont évolué depuis les jongleurs et autres montreurs d'ours du Moyen-âge, mais il y flotte toujours dans l'air, la musique des manèges, l'odeur de la barbe à papa, des marrons grillés et des pralines, pour peu qu'on s'éloigne des barraques de harengs grillés.
En 2006, il s'était quand même  vendu 5 tonnes de harengs sur la foire !!!.

Quoi de plus local que la foire annuelle d'un lieu, grand marché réunissant des marchands venus de loin pour l'occasion et qui ont prospéré avec l'établissement de villes pacifiées notamment au Moyen Âge, même si n'en doutons pas, de grandes foires existaient depuis la plus haute antiquité. Depuis qu'il existe des villes et des routes de circulation des marchandises, et des exemptions de taxes pour attirer les marchands.
Quoi de plus universel que cette fête des échanges et des rencontres de cultures. Berceau de nos sociétés de consommation et menacée par ses débordements dans l'hyperconsommation débridée.

La foire de Pontoise se déroulera du vendredi 6 novembre au dimanche 15 novembre 2009.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 06:00

~ Billet 232 ~

Coïncidence d'un trop d'accablement des jours qui passent ? Envie de récréation pour mieux faire front ou aider ou simplement voir et témoigner ? Colorer un peu la vie en soleil, histoire de passer sereinement à l'heure d'hiver ?

Toujours est-il que
Dana propose pour le Thème de la semaine de respirer les petits bonheurs qui parfument la vie alors que j'invitais les petits Colibris zen à enchanter leurs papilles des saveurs des fruits.

Sans oublier Brunô et Bigornette qui convoquent l'humour et la légèreté dans tous les jeux proposés.



Mes petits bonheurs, je les sens souvent en creux, en leur absence quand j'en suis privée.
Au sens propre, mes expéditions à Paris, par exemple, me font suffoquer. Je réalise alors combien me sont précieuses les odeurs de la campagne. Celles de la terre humide un soir d'orage dans cet été indien que nous avons connu la semaine passée, celles des derniers foins coupés, ramassés avant la pluie, celles des roses sur la place du village où dans le jardin de ma soeur Jacotte. ..
. . . Et d'autres odeurs moins agréables mais qui font partie du paysage campagnard.

Mes petits bonheurs de blogueuse, ce sont les commentaires échangés, les blogs visités, les photos, les histoires ... Je pourrais y passer toutes mes journées de plusieurs vies, la matière en est inépuisable. Jamais je ne me serais attendue à tant de satisfactions en mettant maladroitement en oeuvre ma première page d'accueil et mes premiers articles.

Je vous en donne une illustration dans mon précédent billet Un autre regard sur le grand miroir de la nature.

C'est aussi l'inespéré dans la vie quotidienne, comme ce pack de lait trouvé en faisant mes courses faisant, comme un clin d'oeil, écho à l'article mis en ligne la veille au soir, Du fruit sauvage au plaisir des papilles.

Mes petits bonheurs en ce moment, c'est aussi dans ma boite de courriels  les tribul's quasi-quotidiennes de ma filleule. Des pensées, des photos superbes, un cadeau qu'elle offre à une poignée de personnes en signe d'affection.

C'est quand un sourire répond à un sourire.

C'est quand, partie prendre des nouvelles d'un arbre épris de liberté, je découvre que l'expo que je pensais avoir manqué est encore ouverte pour quelques heures.

C'est quand, dans le midi d'été, rafraîchie sous la nef d'une belle église romane, un vieux monsieur s'installe au clavier de l'orgue et que résonnent les premières notes d'un de mes airs préférés.

C'est le texto qui me souhaite en deux mots "bonne fête" sans même préciser maman.

C'est, dans la boite aux lettres, l'enveloppe d'une amie dont le dernier courrier n'a même plus d'âge.

C'est le tout jeune lézard slalomant entre les feuilles et déjouant la quête d'un cliché.

C'est un parfum subtil apporté par le vent.

C'est l'oiseau familier au bord de la fenêtre.

C'est . . . juste les instants qui passent silencieux.

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 05:00

~ Billet 224 ~

Dana voudrait des boites aux lettres pour le thème de la semaine !
Il faut vraiment qu'elle se dépêche, un dossier vient d'être déposé sur le bureau des monuments intergalactiques en voie de disparition.

Pourquoi disons-nous des lettres ? Vous voyez cela vous ?

laboiteauxlettresadisparudepuisladisparitiondulapingéantquiasupprimé
parloiplénipotentièrelaposteetlecourrieretpourfairebonnemesuretoutes
lesconversationsdetouteslespersonnesdetouslespaysdetouteslesplanètes.

Comment cela plus de lettres, plus de lettres, plus de mots, plus de mots plus de phrases, plus de paragraphes, plus de billets, plus d'enveloppes, plus de postières, plus de facteurs, plus de ...
Plus de boites aux lettres !
Non !
Si !
Mais alors, il va falloir les recycler.
Tu dérailles ma pauvre Jeanne, cela faisait bien longtemps que les facteurs ,n'allaient plus en vélo.
Je ne pensais pas aux bicyclettes des facteurs mais aux boites aux lettres.

J'avais bien envie de recycler celle que j'avais déjà recyclée
LA pour le millième commentaire. Ce serait d'actualité puisque vous venez de poster incognito le 2500ième ! 


merci pour vos coms - reduc1
En voici le cliché d'origine photographié en Angleterre en 1990, juste un peu recadré

exeter1990btelettres1 - reduc1
Mais Pierre et Jacotte, dans leur dernière excursion ont découvert dans le Pays d'Auge un objet singulièrement recyclé.
beuvron en auge 002 - reduc1

Certes, il y a belle lurette que la collecte de lait ne se fait plus dans ce genre de bidon.
Elle n'est pas si lointaine, l'époque où nous allions, enfants chercher deux litres de lait dans notre petit pot au lait émaillé ou plus moderne, moins fragile et plus pratique, en aluminium. Les dernières années d'avant la collecte obligatoire, les bidons en pastique avaient même mis de la couleur.
On sait maintenant que ces nouveaux matériaux (aluminium et plastique) représentent certains dangers quand des particules se mélangent aux aliments contenus et en particulier le lait.

Mais que reçoit-elle cette curieuse boite aux lettres ? Le journal du matin, quelques factures, au mieux quelques cartes postales.

Le facteur (ou la factrice) préférait, il n'y a pas si longtemps, remonter le chemin et faire halte, juste le temps de transmettre et de recevoir les potins du village, autour d'une tasse de café.
Terminé aujourd'hui, plus le temps. Et bientôt plus. . .
Fin d'époque.

Il est quelque fois des rendez-vous manqués avec un courrier important qui font basculer toute une vie.
Vous trouverez sur le billet Lou et lu ... ou Lu et Lou ... une autre histoire avec une boite aux lettres.

.

Partager cet article
Repost0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 21:23

~ Billet 202 ~

Pour
le thème de la semaine, communauté à laquelle LE CASSE-TÊTE DE LA SEMAINE a succédé, Dana* voulait faire rêver de cabane. Déjà les colibris s'étaient pris à cohabiter bizarrement avec des nouvelles cabanes dans les arbres pour touristes en mal d'originalité.
Pardon Dany, la cabane dans un arbre, c'est un rêve que tout gosse a fait ou presque. Sauf ceux des tribus dont grimper en haut d'arbres gigantesques pour accéder à leur gite fait partie de leur quotidien.
Ce qui m'insupporte c'est la marchandisation qui est faite de ces rêves et dans le cas qui nous occupe plus encore l'alibi écologique.

Revenons au rêve de cabane pour Dana. Comment rêver de cabane quand une cabane qui me faisait rêver en passant devant elle au hasard de mes déplacements, n'est plus.
Pour un autre thème de semaine animé par Dana sur une proposition de Kri, j'avais écrit que
Je voulais faire silence ...

Comment rêver de cabanes quand des errants à qui des marchands de bonheur ont fait payer très cher des rêves d'avenir, en sont à déserter leurs cabanes précaires pour un ailleurs toujours plus sordide ?

Les quelques phrases dites à la fin du très beau téléfilm sur rené Bousquet, revu ce soir à la télévision, comment les empêcher de résonner au présent ?

Au ban de la ville,

Leur cabane devenue cendres,

Ils errent sans fin.

                                                 Jeanne Fadosi, le jeudi 17 septembre 2009


cendres de cabane2 rd


cendres sous le pont - reduc1

 

* Dana a créé un nouveau blog.Je mettrai le lien dès que j'aurai un peu de temps

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères