Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 juin 2013 7 09 /06 /juin /2013 10:00

(ex catégorie chronique des jours d'antan) 

 

"Je me fous du monde entier quand Frédéric

Me rappelle [...]

On n'était pas des poètes, ni curés, ni malins,

Mais papa nous aimait bien,

Tu t'rappelles le dimanche,

Autour de la table, ça riait, discutait,

Pendant que maman nous servait. Mais après ..."

Claude Léveillée, extrait des paroles de Frédéric, 1962

 

Une chanson qui me revient dans la tête, comme l'un de nos chants de ralliements familiaux qui collait tellement bien avec mes douze - quinze ans et ce que nous vivions.

Un chanteur que je n'entendais plus depuis longtemps, à mon grand regret

 

Frédéric de Claude Léveillée,

décédé le 9 juin 2011, il y a deux ans aujourd'hui, en toute discrétion

 

merci à ceux qui l'ont mis en ligne et qui me permettent ce merveilleux souvenir.

 

A mon père, décédé le 7 juin 1976. Comme tu as manqué à mes enfants.

Comme j'aurais aimé qu'ils te connaissent.

 

archfabie10121b

 

et autour de lui, à ma mère, mes soeurs, mes frères

 

Si seulement tu avais laissé plus tôt cette foutue clope !

.

Partager cet article
Repost0
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 06:00

 

retrouvé en faisant du rangement dans mon blog cet échange de commentaires ... intemporel

De passage, pour lire ta réponse à mon commentaire sur les flatteries d'OB-Blogeurs. Je trouve ta réponse sage. 
Je dis toujours qu'il faut positiver, donc j'essaie de trouver quelque chose dans les textes ou dans les différentes peintures que je vois pour tourner un compliment. Un petit rien que je trouve joli, je le décris. J'aime aussi l'anonymité (anonymat) des commentaires, qui aujourd'hui apporte quelque chose à celui qui les lit et dans une semaine, ils seront oubliés au fond d'un article sur la blogosphère. étrange qu'un écrit destiné à quelqu'un soit si anonymement oublié dans une semaine, noyé dans le gouffre des com. 
Il est vrai que l'on est pas ici (sur notre blog) pour se faire casser ou casser les copains. Si on est sur notre blog virtuel c'est qu'on est en quête d'une réponse, d'une autre vie, de compliments que l'on ne recoit pas dans la vie de tous les jours. Bref, d'une reconnaissance. 
Bla bla bla,... je deviens bavarde. C'est que sur mon carnet à l'école, c'était toujours écrit "M. bavarde en classe". Peut mieux faire ! 
Amicalement, Maous
Commentaire n°13 posté par Maous+Artiste+Defiant+l'Olibrius le 06/06/2009 à 09h23
Sages réflexions également. Ton passage à l'école t'a laissé des souvenirs mitigés ... Je rêve d'enfants qui comprendraient l'utilité de faire ce dont ils sont capables. d'entendre qu'ils peuvent avoir confiance en eux. Mais pour cela effectivement il faut entendre et donc faire silence. Je rêve d'instits comme j'en ai eu, qui sauraient trouver les mots pour cette confiance.
Amicalement, Jeanne Fadosi
Réponse de Jeanne Fadosi le 06/06/2009 à 11h55

 

maison-fils---reduc.JPG 

Pour que les élèves continuent à mettre leur vie et leur maison en couleurs tout au long de leur scolarité ...    

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 10:00

 

Voilà ce que je mettais en ligne le 26 janvier 2009, six mois après l'ouverture de mon blog.

Etonnant, non ?

 

~ Billet 46 ~

Depuis qu'en juin dernier, je me suis lancée dans la blogosphère, je m'en suis tenue à deux ou trois articles par semaine , quelquefois moins, exceptionnellement plus.

Mais voici que du dimanche au vendredi, mon gentil frère s'étonnait du silence de mon clavier. Voici le début de son message :

 

"Je me préparais à t'envoyer ce message : " j'ai trouvé pourquoi ton blog est resté figé..." avec la pièce jointe qui, en effet, explique tout !
Mais je vois que ton dernier billet de vendredi, avec sa palette nuancée, rend caduque mon intention.
Tant pis. Je persiste quand même, juste pour te montrer mon attention.[...]"

E-mails improbables
Pas de soucis, ma souris va bien.

Les silences me sont des respirations nécesssaires.

C'est plutôt le piano qui reste trop silencieux depuis le départ de mes enfants, heureusement que certains s'en étonnent :

chat pianiste1chat pianiste2

pendant qu'on ne fait pas attention à moi ...

 comment ça s'ouvre un piano ?

chat pianiste4chat pianiste3

Tant pis ... dansons ...                                                                               


                                                             
ce serait encore mieux si je pouvais chanter comme elle
le chat et la diva                                                                    

 

Partager cet article
Repost0
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 09:00

 

C'était un lundi comme aujourd'hui, au bout d'un long tunnel d'été.

 

Elle avait fini par s'éteindre. 

 

Je n'ai pas pu faire de billet le 23 août dernier.

 

Son souvenir m'effleure presque tous les jours pourtant. Comme une impuissance à sentir ce que ses proches enfouissent au fond d'eux-mêmes. Ma nièce m'a téléphoné longuement ce jour d'un anniversaire trop sensible pour son frère, pour ses neveux et nièces (les frères et soeurs d'Anne-Sophie), pour elle sans doute, pour ses parents (ma soeur ainée et mon beau-frère), qui ne sont plus capables d'en parler, qui mettent sur leur coeur l'analgésique d'un oubli de façade, en trompe-coeur.

Trop sensible encore pour qu'on s'en souvienne ce jour-là justement. Ce jour-là, la mémoire fuit, zappe. 

Moi qui y pense très souvent, je n'ai pas fait le lien non plus ce jour-là. La pensée d'Anne-Sophie n'a pas émergé à ma conscience. Nous avons parlé d'une foule d'autres choses, y compris de la dureté du monde, du monde des autres.

Ainsi sans doute devrons-nous tous apprendre à vivre cette tragédie dans la ponctuation de dates à la mémoire trop cruelle pour être regardée en face. Le temps, non pas du déni, mais du "comme si cet été-là n'avait pas eu lieu".

Le temps à laisser des plaies vives se transformer en chéloïdes boursouflées, cicatrices laides et fragiles qui feront mal et referont mal longtemps encore et sans doute jusqu'à la fin de leurs jours.

 

Puisse-t-elle au moins ne pas être morte pour rien !

 

Car oui, Anne-Sophie est morte des conséquences de coups et  blessures infligées par son compagnon, au bout d'une longue agonie de près de deux mois

 

En 2012, 122 femmes et 24 hommes ont officiellement été intégrées dans les statistiques des personnes "mortes en 2011 du fait de la violence de leur compagnon ou ex-compagnon (compagne). Source : Le Monde du 03/08/2012

 

C'est parait-il moins qu'en 2010 où le chiffre de 146 femmes (sans doute sous-estimé lui-même) avait été publié.

Tous ceux qui travaillent avec les statistiques et les mots apprécieront les précautions que je mets dans cette phrase.

Combien de faits déqualifiés pour faire baisser les statistiques ?

sans oublier les décès qui ont été traités vite fait bien fait comme des accidents ...

 

Comprenons-nous bien, il ne s'agit pas de dénoncer les hommes ou les femmes, ni même les hommes ou les femmes violents. Ces réactions d'hommes (jamais de femmes) minorant la réalité et clamant qu'il y a aussi des femmes qui maltraitent leur compagnon m'anéantissent à chaque fois que j'en lis ou que j'en entends. Oui, bien sûr il y a des femmes violentes. Oui bien sûr, beaucoup d'hommes, peut-être même une majorité, respectent leur alter-egos féminins.

 

Ce ne sont pas les individus violents qu'il faut combattre, c'est la violence.

 

Ce sont les causes de la violence.

 

Ce qu'il faut, c'est que chaque être humain prenne bien conscience qu'un geste de violence peut avoir des conséquences dramatiques, même un seul.

 

Que la violence ne soit pas banalisée comme elle l'est trop souvent.

 

Que la fragilité de la vie soit une évidence, que dans certaines circonstance, l'erreur n'offre pas de seconde chance, qu'il n'y a pas d'autre vie. 

 

Que la vie n'est pas un jeu.

 

Que les hommes (les humains) trouvent enfin une manière vivable de construire l'Humanité

Car oui, on peut atteindre la lune !

 

Anne-Sophie encadrée - reduc

Anne-Sophie au pastel sec, fait l'an dernier

 

les yeux dAnne-sophie

clic sur les yeux pour retrouver ce que j'ai écrit pour Anne-Sophie

 

les commentaires sont fermés sous cet article, merci de votre compréhension

Partager cet article
Repost0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 19:00

Ca vous rappelle quelque chose ? Non ? Vous en contestez le fond ?

 

Pourtant ...

C'était Rimbaud, Arthur de son prénom, qui l'énonçait en premier vers de son poème Roman

Il avait dix-sept ans et il savait de quoi il parlait !

 

Ecoutez bien Léo Ferré le mettre en musique, et surtout, allez jusqu'au bout du clip. Ce qu'il dit à la fin est important.

 

"On n'est pas sérieux quand on a dix-sept ans, Barbara Samson l'a repris en titre de son livre autobiographique présenté à l'ouverture de la soirée Sidaction de 1994.

Le sida, on a appris à s'en protéger, si mal souvent. Mais les contaminations de la  pensée, souterraines, habiles, perfides, et bien plus sournoises encore, on ne s'en soucie guère, on n'y croit pas. Et pourtant ...

 

Encore une p'tite réflexion en chanson avec Jean Gabin "Maintenant je sais ..."

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 17:00

pour les rendez-vous de l'insolite et le thème du mois de mars 

"escaliers qui ne mènent nulle part"

 

escaliers-vains---reduc1.jpg

 

Vestige de la tempête Xinthia sur l'Île de Ré

.

Partager cet article
Repost0
12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 19:20

 

11 mars 2011 14 h  46 (heure locale, 5h46 UTC) Une secousse d'une magnitude exceptionnelle.

 

Des japonais habitués à vivre avec ces imminentes catastrophes naturelles, ayant développé des savoir-faire en matière de cosntruction

ayant compris qu'on ne pouvait pas tricher avec les normes de constructions ...

 

Si Haïti avait été bâtie de la même manière (au plan technique, pas dans le style ...) combien de morts en moins là-bas.

 

 

Un tsunami d'une hauteur et d'une force exceptionnelle,

 

des japonais habitués à vivre avec ce risque et qui ont troqué la sagesse des anciens contre des digues pour gagner toutjours plus de terrain le long du littoral ... avec l'oubli des anciens débordements.

 

Mais voilà : une vague de 15 mètres de haut avec des pics de 40 mètres par endroits, un immeuble de presque 15 étages !!!!

 

a balayé une partie de la côte est du Japon, se jouant des digues, maigres remparts contre ce monstre liquide.

 

 

des kilomètres de côtes aux vestiges de tôles et de béton ...

 

 

 

Quand l'accident nucléaire a-t-il commencé à la centrale de Fukushima ? lors du Tsunami ? par les secousses et les répliques sur un enrobage insuffisant (sous-dimensionné à la conception ou/et construit en rognant sur les dépenses nécessaires, perversité des appels d'offre ...) pour l'intensité du séisme ?

 

Même si étudier ces questions est important, il me semble de toutes façons abhérent que l'on en soit encore à vanter l'énergie nucléaire et à en minimiser les risques et les dangers !

 

 

Dans mon imaginaire, le Japon, mythe enchanteur des estampes, des films et des poètes, m'évoque immanquablement des arbres en fleur dans un printemps de douceur tel que Anna de Noailles l'évoquait dans le poème L'offrande à la nature que j'avais mis en ligne la veille de l'un de ses soubressauts dévastateurs.

 

lune et fleurs de prunier - reduc

 

le vendredi la côte est du Japon c'était cela

Sendai 12-03-2011

 

un blog est consacré à Fukushima (signifiant Ile du bonheur)

.

Partager cet article
Repost0
28 février 2012 2 28 /02 /février /2012 11:00

 

En complément de Phares pour Entre ombre et lumière

 

Sans commentaires

 

parking arche noé février 2010 - reduc

 

pour en savoir plus

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 10:30

un des rares billets de mon éphémère communauté coulisses-contrechamps et contre-chants

 

En coulisses ... à propos du point de Bayeux

 

jeudi dernier (le 2 février) j'ai illustré Le sonnet de l'oiseau d'une broderie faite il y a quelque temps par ma soeur Jacotte

 

Elle s'était intéressée avec beaucoup de bonheur et de réussite au point de Bayeux

 

detail-fleur---reduc1.JPG detail-perroquet---reduc1.jpg

(clic sur les images pour les agrandir)

 

Le point de Bayeux se nomme ainsi pour désigner l'ensemble des techniques utilisées pour broder la célèbre Tapisserie de Bayeux, ancêtre prestigieuse de nos bandes dessinées modernes.

 

N'ayant pas pratiqué ce point moi-même, et même si ma soeur Jacotte m'en a montré gentiment les étapes, je ne me lancerai pas dans une démonstration hasardeuse.

 

D'autant que les professionnelles de cette bonne ville de Bayeux le font sur le site BAYEUX BRODERIE bien mieux que je ne saurais le faire

 

Techniques simples donc, comme le dessin au fusain, la peinture au pinceau, faire des sons avec les touches blanches et noires d'un piano.

 

Reste le plus important : la patience et l'habileté du geste en suivant un bon modèle

 

Le choix subtil des couleurs, des formes, des scènes ... ce qu'on appelle le talent ou la créativité.

 

Quelques autres liens sur le point de Bayeux et ses composantes

 Le point de Bayeux sur capmode

 

Le point de tige,(toutes les "filles" de ma génération et au-delà l'ont appris à l'école élémentaire)

 

Le point lancé 

 

J'arrête là car il est de nombreuses brodeuses et quelques brodeurs sur cette Toile tisseuse de liens qui sauront bien mieux vous indiquer les meilleurs sites explicatifs comme les miroirs aux alouettes à éviter.

 

Juste une dernière remarque, vous remarquerez peut-être que la broderie de ma soeur est plus régulière que celle de Bayeux. Imaginez simplement ces brodeuses, dans la pénombre de demeures aux ouvertures petites, au pire ouvertes à tous vents, au mieux protégées du froid par les moyens de l'époque ... avant l'utilisation du verre à vitres et de sa transparence bienfaisante

 

Petit rappel de ma communauté Contrechamps et contre-chants, que j'aurais aimé renommer avec le recul, (mais ce n'est pas possible chez OB, sauf à la supprimer et à en recréer une autre)

 

Coulisses*, contrechamps et contre-chants

 

* hors champs si l'on veut poursuivre les métaphores

.

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 07:00

 

Pour faciliter la migration de mon blog vers la nouvelle plateforme, je pense plus simple de n'avoir que des articles et donc je transforme et complète mes pages en articles.

J'ai procédé ainsi pour les anciens messages d'accueil.

 

Mon premier avatar :




Mon deuxième avatar :

nouvel-avatar2.jpg

Ma première bannière :

 

 

 

 

 

 

Mon avatar actuel :

avatar-fadosi

 

Ma bannière actuelle sur la page d'accueil et sur la page des articles :

nouvelle-bani-re-fadosi-2.jpg

Ma bannière actuelle pour les pages :

banniere-fadosi-page.jpg

 

Et pendant que j'y suis, un petit rappel des avatars de la communauté Coulisses et contrechamps de nos blogs au moment où je l'ai légèrement modifié

contrechamps contre-chants finicoulisses et contrechampset devient

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères