Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 décembre 2011 4 15 /12 /décembre /2011 07:00

Un poème sur l'enfance ou à propos de l'enfance, c'est le programme de Lilie pour le jeudi 15 décembre dans le cadre du Défi n°70 des CROQUEURS DE MOTS.

Une mine quasiment inépuisable est sans doute L'art d'être grand-père que Victor Hugo a écrit en observant sa relation avec ses petits enfants et pour eux.

Et comme j'ai pris Jeanne comme prénom de mon pseudo dans la blogosphère, vous pensez bien que ses poèmes me parlent bien plus encore

 

Jeanne endormie

 

(XII, III)

 

Jeanne dort ; elle laisse, ô pauvre ange banni,

Sa douce petite âme aller dans l'infini ;

Ainsi le passereau fuit dans la cerisaie ;

Elle regarde ailleurs que sur terre, elle essaie,

Hélas, avant de boire à nos coupes de fiel,

De renouer un peu dans l'ombre avec le ciel,

Apaisement sacré ! ses cheveux, son haleine,

Son teint, plus transparent qu'une aile de phalène,

Ses gestes indistincts, son calme, c'est exquis.

Le vieux grand-père, esclave heureux, pays conquis,

La comtemple.

 

Cet être est ici-bas le moindre

Et le plus grand ; on voit sur sa bouche poindre

Un rire vague et pur qui vient on ne sait d'où ;

Comme elle est belle ! Elle a des plis de graisse au cou ;

On la respire ainsi qu'une fleur d'asphodèle ;

Une pouée aux yeux étonnés est près d'elle,

Et l'enfant par moments la presse sur son coeur.

Figurez-vous cet ange obscur, tremblant vainqueur,

L'espérance étoilée autour de ce visage,

Ce pied nu, ce sommeil d'une grâce en bas âge.

Oh ! quel profond sourire, et compris de lui seul,

Elle rapportera de l'ombre à son aïeul !

 

Car l'âme de l'enfant, pas encore dédorée,

Semble être une lueur du lointain empyrée,

Et l'attendrissement des vieillards, c'est de voir

que le matin veut bien se mêler à leur soir.

 

Ne la réveillez pas. Cela dort, une rose.

Jeanne au fond du sommeil médite et se compose

Je ne sais quoi de plus céleste que le ciel.

De lys en lys, de rêve en rêve, on fait son miel,

Et l'âme de l'enfant travaille, humble et vermeille,

Dans les songes ainsi que dans les fleurs l'abeille.

      Victor Hugo, L'Art d'être grand-père, XII Jeanne endormie III

 

Victor Hugo 1802 - 1885

L'Art d'être grand-père, première édition 1877 

ma fille ainée à 2 ansarchfabie10044.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Devenir                                                   Au-delà de l'aube    

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

corinne56 22/12/2011 20:03


Bonsoir Jeanne,


J'aime ce regard de tendresse et d'amour d'un grand-père posé sur cet enfant qui a le même prénom que toi d'ailleurs. J'affectionne les poèmes de Victor Hugo et sa personnalité déterminée dont
certains écrits témoignent sa lutte ardente et constante contre l'injustice. Pour avoir eu des idées engagées il fut condamné à l'exil pendant une vingtaine d'année. La liberté de penser et de
dire est-elle un délit ? Je viens de passer un moment agréable en lisant cet écrit émouvant. Je te souhaite d'agréables fêtes de fin d'année et une douce soirée. Bisous. Corinne. Heureuse de
découvrir ton univers.

Jeanne Fadosi 23/12/2011 18:08



C'est mon pseudo sur le blog mais c'est aussi le prénom d'une grand-mère (que je n'ai pas connue). A cette époque, la liberté d'expression était punie pour Hugo, de bannissement. Ce poème a été
publié au retour d'exil mais j'en ignore la date d'écriture.


Comme tous les textes écrits à partir de son exil, il faut le lire à de pultiples niveaux car, outre la fluidité de son style, il était un génie des sens cachés, notamment pour échapper à la
censure.


Bises et belle fin de semaine



VITA 19/12/2011 09:48


Un beau poème que je découvre avec plaisir. Merci. VITA

Jeanne Fadosi 20/12/2011 00:42



Je ne m'en lasse pas



Lilie-Norlane 17/12/2011 09:52


Victor Hugo sait vraiment dire cet apaisement particulier de l'enfant endormi...


Beau choix de poème, Jeanne.

Jeanne Fadosi 19/12/2011 20:08



Un grand poète. Y en a-t-il l'équivalent pour la deuxième moitié du vingtième siècle ?



Alice 16/12/2011 20:16


La semaine prochaîne sur France Culture, les Chemins de la connaissance sont consacrés toute la semaine à Victor Hugo, de 10 à 11 h si tu as la possibilité d'écoute, cela sera bien intéressant.
Amitiés

Jeanne Fadosi 19/12/2011 20:02



Je ne pourrai pas à ce créneau horaire mais je suppose que c'est possible de l'écouter sur internet en différé. Merci du tuyau !


Amicalement



Alice 16/12/2011 09:59


Bonjour Jeanne, j'aime la délicatesse des mots  de Victor Hugo, pour parler de l'enfant. Merci de nous le donner à lire. Amitiés

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:56



L'art d'être grand-père est à proximité pour mes nuits de réveil. Plus facile de lire un poèem d'Hugo que de reprendre un fragment de roman ou d'essai. et la douceur d'Hugo me permet de retrouver
les conditions d'un nouveau sommeil


Amicalement



Lenaïg 15/12/2011 22:11


Bonsoir Jeanne. Plus encore que le poème de Victor Hugo, que j'ai relu grâce à toi, ce sont tes deux poèmes Devenir et Au-delà de l'aube que tu proposes discrètement au bas de ta page que j'ai
trouvés magnifiques, et comme ils se complètent bien, lus l'un à la suite de l'autre ! Bises.


 

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:54



Le blog m'a ouvert à d'autres blogueurs et aux jeux d'écriture et autres, mais il est vrai que je ne prend plus le temps de nourrir ma propre écriture. 


Bises



mansfield 15/12/2011 14:06


Ce poême de Hugo m'est d'autant plus cher que ma maman me lisait quand j'étais petite fille. Merci à toi.

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:48



Alors ça c'est une belle plongée dans le temps d'enfance ! merci de partager ce souvenir avec nous



Quichottine 15/12/2011 13:56


J'adore Hugo, et ses poèmes qui ont pour sujets les enfants sont les plus beaux.


Merci pour celui-ci.


 


Passe une belle journée, Jeanne. Bisous.

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:47



J'aime aussi ses écrits engagés ...


Bises



patriarch 15/12/2011 10:00


C'est tout art, c'est vrai... à partir de 11 ans s'est déjà plus difficile,. Ils sont bien plus avancés que nous ne l'étions à leur âge...


 


Bises et belle journée.

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:46



nos générations peut-être mais celles de nos parents et grands parents. Beaucoup commençaient à travailler à onze ou douze ans quelquefois plus tôt encore ...


Bises et belle soirée à tous deux 



Malika 15/12/2011 09:48


Un grand poète et écrivain.

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:45



je ne m'en lasse pas !



Jean-Pierre 15/12/2011 09:42


Un classique mais toujours bon à relire ...squand on est grand-père !


Bonne journée Jeanne

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:45



et même pour les grand mères ...


belle fin de journée



joelle.colomar.over-blog.com 15/12/2011 08:44


Ce Victor Hugo  me donne la chair de poule. Il savait si bien parler de l'enfance et des sentimenst ! J'aime beaucoup les deux vers :" Et l'attendrissement des vieillards...Merci Jeanne pour
ce beau moment. Joëlle

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:43



Ses dernières années nous valent des trésors de poésie apaisée quand il parle enfance et toujours acérée quand il pense le monde ...


Belle fin de journée



Monelle 15/12/2011 08:09


Quel merveilleux grand'père il devait être !!!


Bonne journée - bisous


                          

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:42



Je l'espère, qu'il se comportait comme il l'écrit ...


Bises



jill-bill.over-blog.com 15/12/2011 08:04


C'est bien simple, j'adore ce poème... Merci Jeanne pour cette autre... Bizzzzzzz jill

Jeanne Fadosi 16/12/2011 16:41



Il savait y faire avec les mots ... A le lire on imagine un grand-père gâteau, limite laxiste


bises ...



Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères