Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 09:09

Long silence de plus d'un mois que j'aurais pu pourtant émailler de réflexions sur une actualité et des retours sur l'Histoire nombreux et ou importants

La Commune de Paris en 1871 et sa fin sanglante et tragique que certains y compris historiens n'ont pas voulu marquer.

La mort de Napoléon à Sainte-Hélène dont la commémoration a divisé et fait couler des frappes de clavier à défaut d'encre. Moi, j'ai envie de saluer Beethoven qui a commencé sa symphonie n°3 à la gloire de Bonaparte et qui l'a rebaptisée La symphonie héroïque quand son héros révolutionnaire s'est auto-proclamé empereur.

Les noyés oubliés de la Méditerranée ou de la Manche sur fond d'actualité tournée plus vers la Covid.

La nième guerre israélo-palestinienne.

L'incroyable acte de piraterie aérienne d'Etat

Le "débarquement" par les militaires des chefs qu'ils avaient mis à la tête du Mali en mars.

Les trop nombreux féminicides

Les traques aux forcenés de ces derniers temps.

La liste est infinie.

Sans oublier les hommages aux derniers morts célèbres tels tout récemment 

C'est encore la radio que j'écoute bien plus que je ne regarde la télévision ou que je lis les notifications d'actus de mon téléphone qui me renseigne sur l'état et les soubresauts du monde tel qu'il va, bancal, apeuré, transi ou replié sur la haine des autres.

C'est encore la radio qui me renseigne sur les nouvelles chansons et les nouvelles musiques, autant dire une fenêtre minuscule et biaisée de la production artistique.

C'était la radio qui m'a sans doute apporté mes premiers émois à écouter de la musique. Même si la qualité sonore d'un poste des années cinquante avec son unique haut parleur et ses grésillements n'était pas de la Haute fidélité.

Si je me suis d'autant plus réjoui que ma radio préférée célèbre les cent ans de la radio, c'est que la radio fait partie intégrante de notre histoire familiale mon père, serrurier-ferronnier de formation quand il a du faire son service militaire au début des années 1920, a été affecté aux communications pour son expertise de la soudure fine (on utilisait aussi des horlogers) et pour développer les transmissions par radio (émission, réception, interception des transmissions ennemies).

C'est sans doute à cette occasion, lors des temps de trêve, qu'il captait les chansons qu'il a consigné dans son cahier.

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2019 1 02 /12 /décembre /2019 16:30

Partager cet article
Repost0
27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 08:45
Incendies de forêt : L'Amazonie, et pas que ...
Incendies de forêt : L'Amazonie, et pas que ...
Partager cet article
Repost0
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 10:00

Drôle de titre allez-vous penser. Je vais essayer de vous expliquer le cheminement de ma pensée. Tout à l'heure en consultant mes newsletters, j'ai ouvert cet article du Huffingtonpost :

J'ai l'âge d'être grand-mère et ma maman, à mon âge avait même trois ou quatre arrière-petits enfants. Cet article qui répond à certaines de mes réflexions depuis que je vois les gens happés par leurs téléphones portables en tous lieux et en tous temps a eu aussi le mérite de me renvoyer à ma propre enfance.

Point de téléphone mobile à l'époque où moins de la moitié des foyers étaient dotés d'un téléphone fixe.

Avoir une ligne prenait quelques mois, coûtait le raccordement aux lignes téléphoniques sous forme d'un forfait qui permettait la mutualisation des coûts d'infrastructure mais qui était un frein malgré tout pour les bourses les plus modestes.

L'abonnement n'était pas négligeable et surtout les communications étaient facturées à la durée par zone. Tous les deux mois la facture de téléphone était attendue avec crainte quand on en avait usé.

Inutile de vous dire que le téléphone n'était pas un objet en libre service pour les enfants, du moins dans la plupart des familles aux revenus budgétés.

Et la bande dessinée alors ?

J'y viens ! J'habitais en Normandie, une région où les vacances n'étaient pas toujours synonyme de beau temps et où, grâce à l'amélioration des techniques d'imprimerie, et au succès de Walt Disney, la bande dessinée jeunesse s'est développée en force vers la fin des années cinquante et le début des années soixante. 

Il y avait déjà le phénomène Tintin qui a largement contribué à l'épanouissement des la bande dessinée belge.

Il y avait les pro Mickey, dingo Picsou avec le journal de Mickey, et il y avait les pro marsupilami et Spirou et bien sûr le magazine Pilote.

Mais à la maison, le débat se posait en amont entre grand parents privilégiant la lecture de "vrais" livres et des parents appréciant les BD.

L'avantage des étés pluvieux était qu'il y avait du temps à occuper pour les deux formes de lecture. J'ai eu des camarades de classe où les BD étaient proscrites, des oncles qui n'appréciaient pas non plus. Un papa vite rassuré sur mon avidité à lire qui faisait davantage attention aux contenus tant des images que des histoires.

Mais je doute que papa ou maman aient eu le contrôle en amont sur toutes les BD que j'ai lues, ni même qu'il ait été possible d'en mesurer toute la portée. 

Du reste, les journaux avaient leurs planches de BD à la couleur de leurs idéologies et je me souviens avoir lu sur les journaux qui servaient pour s'essuyer dans les cabinets du jardin de ma tante "des voyages de missionnaires qui se terminaient dans les marmites de ces vilains sauvages cannibales." !!! à un âge où j'étais encore tenu à l'écart des BD, à un âge où je savais déjà lire, soit environ 7 ans.

Partager cet article
Repost0
16 février 2019 6 16 /02 /février /2019 18:00

Dans la nuit du 14 au 15 février, il y a tout juste un an, notre amie s'éteignait. Elle n'aurait pas dû mourir ainsi ... Elle n'aurait pas dû mourir du tout si . . .

Elle est l'une des nombreuses victimes de la dégradation de notre système de santé et notamment des services d'urgence.  Les soignants en sont les premiers malheureux.

Elle est morte d'une suite d'errances et de ratés, pas de la grippe. Peut-être que la grippe l'a achevé. Peut-être ... A-t-elle eu la grippe d'ailleurs ?

Ma colère, contre personne en particulier mais contre tout, n'est pas éteinte. A qui en vouloir ? Et en ce moment, à chaque slogan sur la grippe, c'est une piqûre de rappel qui ravive cette rage. Et je ne dois pas être la seule. Non, on ne meurt pas de la grippe, on peut mourir des complications de la grippe. On peut mourir d'une autre affection grave qu'on a pris pour la grippe. on peut mourir de l'aggravation d'une affection qu'on aurait pu détecter et ou soigner à temps ...

"On", c'est à dire des êtres humains, pas des statistiques.

Pour notre amie
Pour notre amie
Pour notre amie

Partager cet article
Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 16:00

Certains bénévoles s'y appliquent pour éplucher la presse et en faire un décompte rigoureux, du moins de ceux qui sont médiatisés ce qui n'est le cas que lorsque la mort violente est évidente.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2018 5 22 /06 /juin /2018 21:59

10 ans ce jour où j'ai écrit quelques mots pour un premier billet confidentiel sur over-blog, avec un trait d'union à l'époque, plateforme choisie pour son bon compromis entre une présentation de qualité et une interface accessible qui permettait de ne pas apprivoiser de langage de programmation si on le désirait.

J'imagine bien que je vais avoir dans ma boite aux lettres électronique une promotion en guise d'anniversaire.

en titre de mon premier article

Je me lance dans la blogosphère

et ces quelques mots, sans photo :

"J'y viens sans idée préconçue mais avec l'enthousiasme des débutants.
Aujourd'hui, c'est juste pour essayer ce nouvel outil."

Dans mon esprit, c'était juste une bulle récréative dans mon quotidien et peut-être un pont vers quelques proches physiquement éloignés ...

A suivre ...

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2018 7 17 /06 /juin /2018 10:00

Atlantic, Milos, Pacific, Patria, Johann de Witt, Neu Zeland, ou l'odyssée tragique de leurs passagers jusqu'à l'Île Maurice

Partager cet article
Repost0
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 16:00

ou de la quête du graal au rejet et au désepoir ...

Partager cet article
Repost0
25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 17:00

Il y a 7 ans, je ne pouvais pas faire silence sur cette Journée mondiale  contre les violences faites aux femmes

L'intitulé en est devenu

Journée mondiale pour l'élimination de la violence
à l'égard des femmes

Qu'est-ce que cela a changé ? J'ajoute d'année en année les chiffres connus de l'année précédente

2010 :  Cette année-là en France, la Grande cause nationale était "la lutte contre les violences faites aux femmes". Nous étions en juillet et il a fallu cette ignominie pour que je l'apprenne.

 

Est-ce cette mise en lumière qui de 2010 à 2011 a fait reculer le nombre de femmes tuées par leur conjoint, concubin ou pacsé ou ex de 146 à 122 ?

Le nombre que je complète d'année en année ne semble plus reculer. Pire, il augmente en ce qui concerne les hommes tués par leur conjointe ou amie (dont 60% victimes des violences de leur conjoint)

C'est vrai, depuis quelques semaines, quelques mois, un événement majeur retient enfin la une des medias :

des femmes osent parler des violences et du harcèlement sexuel et sexiste.

Depuis quelques mois seulement vraiment ? Vous êtes sûrs ?

Alors pourquoi le 25 novembre 2012, oui, 2012, je mettais en ligne ce billet ?

 

Il faudra bien plus que des discours pour que nous arrivions enfin à vivre dans des sociétés apaisées. Même s'il est vrai qu'à l'échelle du temps historique de Steven Pinker, on peut constater avec lui le déclin de la violence. J'y vois une motivation à ne pas baisser les bras.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères