Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2009 7 09 /08 /août /2009 16:34

~ Billet 168 ~

bisous papillons - reduc1
Le paradoxe
"Le paradoxe, c'est le nom que les imbéciles donnent à la vérité."
Paul Valéry
Si réellement, Paul Valéry a écrit cela, il est important de le situer dans son contexte (que j'ignore une fois de plus : internet fourmille de citations, mais rarement référencées avec précision), car au pied de la lettre, cela semble, pardonnez mon outrecuidance, une belle imbécillité.
 
N'ayez crainte, je ne me place pas au dessus de cette évidence que j'avais déjà cité dans Pensées tourneboulées

Michel Tournier a veillé au grain dans Vendredi ou les limbes du Pacifique :

 

« L'intelligence et la bêtise peuvent habiter dans la même tête sans s'influencer le moins du monde, comme l'eau et l'huile se superposent sans se mêler. » 



Revenons à la définition du paradoxe.

Le paradoxe est une opinion, proposition contraire au sens commun selon linternaute.com. C'est en réalité la définition éthymologique, (par opposition à l'orthodoxe)

Mais j'aime beaucoup mieux celle donnée par 
Techno-sciences.net

que je recopie ici, (mais vous la trouverez ainsi que son contexte au lien donné).

« Un paradoxe est une proposition qui contient ou semble contenir une contradiction  logique, ou un raisonnement qui, bien que sans faille apparente, aboutit à une absurdité, ou encore, une situation qui contredit l'intuition commune. Le paradoxe est un puissant stimulant pour la réflexion. Il nous révèle soit les faiblesses de l'esprit humain et plus précisément son manque de discernement, soit les limites de tel ou tel outil conceptuel. C'est ainsi que des paradoxes basés sur des concepts simples ont souvent amené à de grands progrès en science ou en philosophie. »

quelques exemples de paradoxes :

Le paradoxe de la poule et de l'oeuf        lequel a précédé l'autre ?
Le paradoxe du chat de Schrödinger (en physique quantique)

Si la volonté de dépasser des paradoxes permet à la science de progresser comme c'est le cas en physique ou en mathématique, le maniement des paradoxes est aussi un art du discours bien connu des orateurs pour manipuler le lecteur ou l'auditeur, avec discrétion et, las ! efficacité.

Relevons quelques utilisations du paradoxe :
l'amalgame sémantique ou contextuel, notamment pratiqué par glissement de sens subtil
l'absence de démarcation
le raisonnement sournois, dissimulant habilement une erreur dans la démonstration.

C'est ce à quoi j'ai tenté de faire allusion dans le billet sur "marron" même si j'ai omis d'autres paradoxes liés à ce mot,
comme le fait de désigner, selon le contexte une personne qui est dupée "être marron" ou une personne qui dupe "un avocat marron".

L'oxymore
L'oxymore et un nom masculin dont la musique chante à mes oreilles. Pourtant c'est une variété particulière du paradoxe, un chef d'oeuvre de langue, qui dans une même expression réunit deux mots sémantiquement opposés appartenant à des catégories syntaxiques différentes.

Cette fois-ci, je vous renvoie à nouveau à
wikipédia d'où j'ai relevé quelques oxymores célèbres :

De [l'"obscure clarté" de Corneille dans Le Cid, acte IV, scène III jusqu'aux "fous nornaux" de Pierre Desproges en passant par Jean de la Fontaine dont la tortue du lièvre et la tortue "se hâte avec lenteur" et "dans un silence assourdissant" d'Albert Camus dans La chute.

C'est à peu près ce qu'il me semble de « Guerre des bisous ».

Alors, je veux bien envoyer des bisous (avec un s : ce n'est rien de tout cela bijou,caillou, hibou, genou, pou, joujou, chou), mais il ne sera pas question de guerre,

               un mot dont il me semble primordial de ne pas en atténuer le sens,
                            pour ne jamais en oublier l'absurdité !


Des bisous virtuels aussi car avec la progression à bas bruit de l'épidémie de grippe H1N1, il sera bientôt recommandé d'éviter les bisous et autres manifestations d'affection.

Bisous à vous qui passez par ici et belle fin de soirée

Partager cet article
Repost0

commentaires

D
J'aime bien les oxymores moi aussi  Bisous
Répondre
J

ils sont bien utiles aux poètes, aux humoristes et redoutés des pédagogues ...
Y en a-t-il dans le monde des jeux vidéo ? sûrement dans les jeux à clé ou à énigmes.
Bisoussssssssss


I
J'ai apperçu ton article l'autre jour mais comme j'avais peu de temps, je reviens pour le lire et je ne suis pas déçue. Merci pour toutes ces infos essentielles, ton humour et ta finesse. Bisou
Répondre
J

j'en rougis ! je n'ai pas fait grand chose sinon compiler à partir d'internet, et la photo bien sûr, prise dans mon jardin dont je vois la lavande depuis mon bureau.
Bisoussssssssssssss


L
Une caresse piquante - celle du tonton à barbe! -
Répondre
J

bel oxymore ! et je vais même aller au-delà : tu me rappelle une grande tante qui venait nous voir les jours de marché et que nous appelions la tante à barbe pour cette excellente raison, quand
elle nous embrassait !


M
C'est bien de faire un petit rappel des mots comme oxymore Bises
Répondre
J

c'est un nom auquel je ne fais pas attention depuis très longtemps. Il faut dire que je l'entend pas mal sur les médias, allez savoir pourquoi. J'aime bien le son qu'il produit, bizarre non ?
BisousSSS


S
merci pour tout ce développementc'est intéressant, car on a beau connaître les mots et les utiliserj'aime bien quand on approfondit ce que tu fais avec art !belle journéebisoussarah
Répondre
J

J'ai été cerné par des paradoxes en cette fin de semaine et l'expression de Nessa "la guerre des bisous" m'a déclenché cette envie de blablater un peu sur le sujet et ses dangers.
Et j'aime bien aussi ton oxymore : approfondir et faire avec art ne me semblent pas très compatibles. C'est ce que diront les scientifiques en tout cas ...
Je prend cela pour un précieux compliment même si il n'est pas mérité.
Belle fin de journée, bisous
Jeanne


A
Bisous à l'intellectuelle, j'adore ce genre d'articles!
Répondre
I
fort heureusement les bisous par ce biais ne seront jamais contaminateurs !oulala ton texte m'a donné mal à la tête c'est trop tard pour la complexité , mais tu as cent fois raison dans ce raisonnement !gros bisous d'iris
Répondre
L
L'oxymore est un pur régal...à mon goûtBon alors pas trop de bisous
Répondre
C
tu as raison, on ne voit pas quand on est manipulé, mais à la longue si tu réfléchis et surtout si tu écris beaucoup ton journal et que tu relis tu le comprends.. c'est ce que je fais maintenant,  depuis l'affaire de l'I.A. ça m'a servi de leçons si je peux dire. gros bisousclem 
Répondre
F
bisous à toi aussi :-)
Répondre
J

merci également


C
souvent les paradoxes rendent fous.. lol.. j'aime bien les paradoxes, mais pour les décoder de loin et non en être prisonnière.. bisous clem 
Répondre
J

Oui, car c'est un bon outil de manipulation. Je suis bien d'accord : en éviter les pièges, ne pas en être prisonniers. Mais quelquefois, on n'a pas le choix.
Bisous,
Jeanne


Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères