Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2008 3 10 /09 /septembre /2008 16:41

~ Billet 16 ~

Samedi, je vais au marché. Les prix y sont élevés mais depuis quelques temps ceux du supermarché tendent à les rattraper pour une qualité moindre. Ai-je vraiment le choix ? Il est plus de 11 h et habituellement, c'est l'heure d'affluence. Tant pis, je n'arrive décidément pas à me lever suffisamment tôt. Pourtant les files devant les étals sont si clairsemées que le sens devant mon maraîcher habituel est indécise.( un vrai qui ne vend que sa production). A cette heure-là, je n'ai plus de poireaux car la saison vient juste de commencer.
En sortant de la place, j'entends des bribes de conversation entre trois marchands : une poissonnière, un fromager et une marchande de légumes qui se la joue écolo marketing et qui vend très cher des choses pas du tout bio ni de saison. Mais des snobs friqués adorent, tant mieux pour elle.
- les gens conduisaient leurs enfants à 9 heures et les reprenaient à midi. Ils venaient au marché entre deux. Maintenant  ....???
Figurez-vous qu'ils étaient au supermarché. Le parking était plein. Comme ils n'ont plus à aller en ville chercher les mômes au collège ou à l'école privée, ils ont zappé le marché. Il faut vous dire qu'en septembre les points bonus sont doublés.
Quoiqu'une fois à l'intérieur, je trouve les allées relativement aérées aussi. Un monsieur se propose spontanément pour attrapper un paquet de litière qui est en hauteur. C'est bien la première fois que je n'ai pas besoin de solliciter une aide.
J'ai oublié le sucre en poudre et une jeune femme rate son coup avec une boite qui heureusement n'est pas en verre. Pour faire de l'esprit, je lui dit en souriant que pour les jeux olympiques, il y avait encore du boulot.
Devant mon interpellation, son visage a d'abord viré à la contrariété puis à la perplexité pendant que ma phrase, somme toute anodine, parvenait à sa compréhension. Cela a bien pris une demi à une minute. Je m'éloignais déjà de la gondole quand elle m'a répondu "Ah oui, en effet !" en éclatant d"un rire léger.
Ouf, le but était atteint mais quand j'ai vu sa première réaction, ce n'était pas gagné. 
J'avais vu le dernier film de Mike Leigh "Be happy" le dimanche précédent et en était sortie enthousiaste. L'apparente légèreté n'occulte en rien la noirceur du monde, mieux, elle parvient au spectateur subtilement et je l'espère efficacement (hmmm !)
J'ai, depuis que j'ai dépassé des malheurs qui ont abîmé une partie de ma vie, (attention, je n'ai rien balayé, tout reste fragile), tendance à observer ce qui se passe autour de moi avec une grande acuité, ce qui n'est pas un défaut, et à intervenir ou interférer au besoin, ce qui en revanche peut-être perçu comme une intrusion. Si mon regard, d'aussi loin que je me souvienne,a toujours était en éveil,  cette posture active est beaucoup plus récente.
Je prend le risque de me mêler de ce qui ne me regarde pas. Ma spontanéité me conduit parfois à quelques faux pas, mais tant mieux quand un visage se déride.
Bref, en plus âgée bien entendu et pas avec les mêmes préoccupations immédiates, je me suis pas mal retrouvée dans l'obstination de l'héroïne du film à vouloir faire sourire les gens autour d'elle. Dommage que les sous-tires en français n'aient pas tous été à la hauteur des dialogues originaux !
J'atteins les caisses vers 12 heures 15. Il y a un peu d'attente mais les clients sont moins nombreux qu'avant l'été à cette heure-là un samedi. Juste devant moi, une trentenaire attend avec une baguette. Vais-je lui dire qu'une caisse rapide et des bornes lui éviteraient cette attente ? Son attitude ne me donne pas envie de l'aider. Au bout de deux à trois minutes de danse sur ses pieds, elle va reposer en maugréant le pain dans le rayon. "Une heure de queue pour un article !" Comme si le monde entier était à sa disposition !
Ma figure doit afficher un grand amusement. La vielle dame de devant qui vide péniblement ses achats sur le tapis s'excuse de sa lenteur.
- Bah, on a bien le temps tout de même ! que je lui dis.
Alors, elle me répond avec un air malicieux qui me lave de la mesquinerie précédente :
- on trouvera toujours bien le temps de mourir !
J'acquiesce chaleureusement à cette personne lucide qui ose parler de notre finitude sans pathos et dont les yeux rieurs et le contenu de son caddy attestent à l'évidence de son amour de la vie.

.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Q
Je regrette mon marché... j'allais tous les jeudis à Chennevières, lorsque j'étais plus jeune. Aujourd'hui, je vais au supermarché, par paresse, peut-être, pour la facilité, pas forcément pour les
prix.

Je n'aime toujours pas m'y rendre quand il y a trop de monde. Alors, je fais partie de ceux qui profitent honteusement des moments où les rayons se vident des visiteurs, même si je me dis qu'il est
anormal de rester ouvert jusqu'à 22h...

Je délègue beaucoup... les courses sont plus rapides quand c'est mon époux qui s'en charge.


J'aime la réponse de la dame... Prenons le temps de vivre, et gardons notre sourire.

Passe une douce journée. Bises.
Répondre
J


Je n'aime pas faire les courses mais il le faut de temps en temps. Le marché j'y vais mais pas toutes les semaines. 


Bises



M
Si j'étais une petite clé magique alors comme toi je ne mettrais plus de si dans mes phrases.
Tes écrits sont jolis et j'espère que tu poursuivras ton but d'exploration.
MA d'Autriche
Répondre
M
J'aime te lire ... j'ai l'impression que j'y étais avec toi à ce super marché ... et si je suis si touchée par ces lignes ... est ce peut etre parce que malgrè mon jeune age je m'y reconnais .... comme l'expression le dit nous vivons les uns a cotés des autres et non les un avec les autres ... et si par moment nous voulons casser cette barrière, c'est souvent pour y trouver de l'agressivité, de l'indifference et allons jusqu'a pousser au mepris... c'est surement pour cela que j'aime la spontaneité des anciens ... Ahhhh qu'est ce que j'aurais aimé vivre a une autre epoque que la mienne!!! et crier haut et fort que la vie est belle a condition d'y croire corps et âme !! bises ! maelis
Répondre
J

Notre époque n'est pas facile mais on a tendance à idéaliser l'époque des autres. Les trente glorieuses, qui sont plutôt vingt que trente, ont été une parenthèse d'espoir et même pas enchantée,
dans une histoire du vingtième siècle que je ne voudrais pas revivre


Présentation

  • : Fa Do Si
  • : Au fil de mes réflexions, en partant du quotidien et ou de l'actualité, d'une observation, ou à partir de thèmes des communautés de blogs ...
  • Contact

Sur les blogs, les jeux d'écriture témoignent de la vitalité

de la langue française sans tapage

Recherche

 

 Ephéméride de ce jour

 

et chaque jour

je n'oublie pas Anne-Sophie

les yeux dAnne-sophie

et ses compagnes d'infortune :

145 en 2010 ; 122 en 2011 ; 148 en 2012 ; 121 en 2013 ; 118 en 2014 ; 122 en 2015 ; 123 en 2016 et en 2017 ; 121 au moins en 2018 ; 150 en 2019 (au moins 122 confirmés)

(clic sur son regard pour comprendre ... un peu)

 

Profitez des instants de la vie :

le temps s'écoule à sa cadence,

trop vite ou trop lentement,

sans retour possible

N'oubliez pas que

"Tous les matins du monde sont sans retour"

Métiers improbables

TheBookEdition - Les anthologies Ephémères

La 6ème anthologie est parue en mai

Informations sur 

 Les anthologies éphémères